Baie-du-Tombeau Des pêcheurs boycottent l'inauguration du "Fisheries Port"


Retour: Nouvelles Locales

La majorité des pêcheurs de Baie-du-Tombeau ont boycotté la cérémonie inaugurale d'un Fisheries Post à Baie-du-Tombeau, jeudi dernier, en signe de protestation contre l'" inaction du gouvernement " par rapport à leurs doléances (NdlR : cinq au total) concernant la pollution du lagon de la région. Ils devaient ainsi improviser une manifestation sous la varangue d'une boutique, de l'autre côté de la route. Pour sa part, le ministre de la Pêche, Sylvio Michel, annonce l'octroi d'équipements de sécurité [fusées éclairantes, radars-réflécteurs, bâches…] aux pêcheurs de Maurice.

" Qui servi nou alle inauguration, nou alle plein nou ventre kan dans la case nou femmes ek zenfants zot ventres vides ", lâche le président de l'Association de pêcheurs de Baie-du-Tombeau, Mamede Hassenally. "Kan nou bizin Sylvio Michel, li pas conne nou. Astère vinn invite nou. Plusieurs fois, nous finn gagne réunions avec li, nou dossier qui finn alle avec vice-Premier ministre, Paul Bérenger n'a pas finn abouti à rien ", déplore M. Hassenally. Le lagon aux alentours de Baie-du-Tombeau et de Port-Louis serait " pourri ; miné par la pollution ", dit-il. Il se plaint, par ailleurs, que l'allocation de Bad Weather de Rs 750, accordée aux pêcheurs, la semaine dernière pour plusieurs jours de mauvais temps, " est insuffisante ". " Couma pou vivre avec Rs 750 ? ", se demande M. Hassenally.

Expliquant le boycott de la cérémonie inaugurale du Fisheries Post - un débarcadère construit au coût de Rs 2,5 M -, par la communauté de pêcheurs de la localité, M. Hassenally indique qu'ils n'ont pas reçu les compensations réclamées. " Nou la mer finn pourri. Premier compensation Rs 50 000 pêcheurs Roche-Bois ek Baie-du-Tombeau finn gagné. Depi 1992 à 2002 nou la mer finn pollué encore plis, de Baie-du-Tombeau ziska Pointe-aux-Sables. Bann pêcheurs Roche Bois finn gagne Rs 100 000. Mais pêcheurs Baie-du-Tombeau ek Pointe-aux-Sables n'a pas finn gagne narien ", explique-t-il. La région de Baie-du-Tombeau, rappelle-t-il, regroupe 94 pêcheurs.

Blocus

Les pêcheurs, rappelle-t-il, ont été contraints de faire un blocus dans le port récemment, en vue d'avoir des négociations avec le VPM et ministre des Finances, Paul Bérenger. " VPM ti dire ki li pas capav décide lor nou bann demandes. Li dire nou laisse le port travay ; ki la semaine prochaine, li pou donne nou enne réunion ", déclare le président de l'Association de pêcheurs de Baie-du-Tombeau.

Soulignant que lors d'une nouvelle rencontre, Paul Bérenger les avait informés qu'il soumettrait leur dossier au Conseil des ministres, Mamede Hassenally déplore : " Depi sa, Bérenger pas coze ditout. Sylvio Michel envoye lettre à nou négociateur, Mario Flore, lor nou demande. Bérenger faire dire ki li pou faire coustic pou aide nou, mais zéro. "

À la fin de l'inauguratiion, le député Dev Hurnam est allé à la rencontre des manifestants, sous la varangue de la boutique. Il leur a demandé de venir le voir, le lendemain, (NdlR : vendredi 30 mai dernier) à son bureau avec une délégation de cinq pêcheurs. Selon nos renseignements, les pêcheurs n'ont pas pu s'y rendre. " Mo finn bizin alle la pêche, sa jour là ", a confié M. Hassenally, au Mauricien. Auparavant, lors de son intervention, Dev Hurnam a estimé qu'" il y a des gens qui empoisonnent l'esprit des pêcheurs et qui font du cinéma dans le port. " Il insiste que le PPS Jhurry et lui-même ont tenu leur parole pour la mise en place de ce Fisheries Post.

Le ministre Michel a, pour sa part, déclaré que cet ancien débarcadère, transformé en un Fisheries Post, était délabré, jonché de déchets et autres débris. Remerciant Dev Hurnam pour la pertinence de ses questions au Parlement sur cet ancien débarcadère abandonné, M. Michel a laissé entendre que Rs 288 000 ont été investis pour rénover le bâtiment. Il ne reste plus que l'asphaltage de la route d'accès, soit par le ministère de la Pêche, soit par la NDU. Le ministre Michel indique que ce projet viendra en aide à 150 pêcheurs de Baie-du-Tombeau et de Roche-Bois, lesquels doivent se rendre à Port-Louis pour estampiller leurs cartes de pêcheur professionnel.

Par ailleurs, M. Michel a parlé de l'introduction de balances pour la pesée, par les officiers des Fisheries, des prises des pêcheurs. " Nous ne pouvons plus laisser cette tâche aux banians, c'est un changement minime mais qui a toute une portée économique ", déclare M. Michel. Autre changement : des glaçons seront offerts aux pêcheurs pour qu'ils puissent garder leurs prises au frais. Dans ce contexte, le ministre dénonce les conditions hygiéniques dans lesquelles le poisson est mis en vente dans la région de Mahébourg.

Sylvio Michel annonce également, qu'outre le gilet de sauvetage, d'autres équipements de sécurité seront offerts aux pêcheurs, notamment des flaises, radars-réflecteurs, bâches… " Une dotation budgétaire dans ce sens a été faite dans le budget 2002-2003 ", rappelle-t-il.

10 M de garantie

Par ailleurs, selon le ministre de la Pêche, si 45 % des pêcheurs remboursent leurs emprunts contractés pour l'achat de bateaux et de moteurs, 55 % ne le font pas. Leur cas est en train d'être examiné, dit-il.

Aussi, Sylvio Michel annonce qu'une somme de Rs 10 M est injectée à la DBM par le ministère des Finances en termes de garantie. " Cette somme vient garantir des prêts allant de Rs 200 000 à Rs 1 M ", déclare le ministre de la Pêche. L'objectif fixé, souligne-t-il, est d'encourager les pêcheurs à s'adonner à la pêche hauturière. Il cite le cas d'un Français qui voudrait travailler avec des pêcheurs de la pêche artisanale pour monter une usine de transformation du thon et d'espadon. " Si ce projet se matérialise, les pêcheurs sortiront du gouffre ", pense M. Michel. Se référant au projet de l'école de pêche de Pointe-aux-Sables, qui sera fin prête en juin 2004, le ministre Michel affirme que " les pêcheurs pourront y apprendre des nouvelles techniques. "

Le PPS Jyaneshwur Jhurry et le président du Fishermen Welfare Fund, Aimé Lamarque, se sont également adressés à l'assistance composée d'une majorité de gardes-pêche et de techniciens du ministère de la Pêche. Il a rendu hommage au ministre Michel qui " dans la mesure du possible aide à l'amélioration des conditions des pêcheurs ". Le président du FWF a, pour sa part, regretté " la présence squelettique " des pêcheurs à cette cérémonie inaugurale.

Le Mauricien 3 juin 2003