Les premières actions contre l'érosion à Trou-aux-Biches


Retour: Nouvelles Locales

Le ministère de l'Environnement initie actuellement les premières actions pour remédier au problème de l'érosion qui touche la plage, devant le jardin d'enfants et le débarcadère, de même que pour le projet d'embellissement du front de mer s'étendant de l'ex-l'Argonaute jusqu'à l'Aquarium - qui rouvrira ses portes bientôt, apprenons-nous -, à Trou-aux-Biches. Dans ce contexte, une équipe de la Police de l'Environnement était dépêchée sur place, la semaine dernière, en vue de fixer sur pellicule l'ampleur des dégâts causés par l'érosion. Un comité technique se penche sur la question et le ministre de tutelle, Rajesh Bhagwan, dans une déclaration au Mauricien, hier, annonce qu'une réunion avec tous les partenaires -Beach Authority, MPI, Road Development Authority (RDA), Administrations régionales, Utilités publiques, Pêche, NDU, conseil du Nord, Environnement- sera convoquée à brève échéance. De leur côté, des habitants, plus particulièrement des pêcheurs, souhaitent qu'une fin soit mise au " calvaire " qu'ils subissent quotidiennement à cause des murs de soutènement du jardin d'enfants et de l'aire de stationnement qui sont fissurés et s'écroulent. Ce parking, qui sert également de point d'ancrage pour les pêcheurs, est dépourvu d'électricité depuis plus de deux mois ; des câbles électriques sont exposés à l'air libre, constituant un danger. Des touristes, dont des amateurs de plongée sous-marine, sont confrontés aux mêmes difficultés.

" Quand mo desçann gramatin avec mo moteur lors mo zépaule, enn côté la main mo binzin attrape enn la lampe pou trouve clair ", se plaint Norman Marie Jeanne, porte-parole des pêcheurs de Trou-aux-Biches. Depuis, que la fourniture électrique a été interrompue, des pêcheurs qui sortent en mer avant le lever du soleil, transportant leurs moteurs hors-bord et autres attirails de pêche, éprouvent des difficultés pour avancer, leur marche étant constamment ralentie par les murs de soutènement qui se sont affaissés. Des pêcheurs qui rentrent après le coucher du soleil, subissent le même calvaire. Certains pêcheurs, à l'instar de Christian Médard ont failli être électrocutés en hissant leur trolley d'attirails de pêche.

"Piège"

" Enn soir mo sorti la pêche, mo attrape mo trolley pou alle la case, mo gagne coute courant dans la main ek mo lé corps. Deux trois camarades ek moi finn bizin attache linges secs avec mo trolley pou capav joine la grande route pou capav rentre la case ", raconte M. Médard. Alerté, le CEB interrompt fourniture électrique.

Certains pêcheurs amateurs et autres marcheurs disent s'être blessés aux pieds en marchant sur ces murs écroulés et lézardés. " J'ai eu le pied gauche blessé en m'aventurant sur ces murs. C'est un véritable piège ", déclare un pêcheur amateur.

En effet, les murs ceinturant le pied des arbres sont lézardés, les câbles électriques alimentant la fourniture d'électricité pour l'éclairage du jardin sont visibles alors qu'ils sont censés être …souterrains, le slip-way aménagé en vue de faciliter la tâche des pêcheurs pour hisser à sec leurs pirogues est littéralement suspendu dans l'air, le sol autour ayant été rongé par l'érosion.

Aussi, des habitants de Trou-aux-Biches réclament " de toute urgence " un plan de sauvetage et souhaitent la réalisation du projet de réaménagement du front de mer, allant de l'ex-l'Argonaute jusqu'au débarcadère. Selon Harold Ami et Claude Colomès, ce " bijou " mis en place au début des années 90 risque de disparaître en raison de " l'érosion de la plage et des drains inadéquats ", causée par des changements climatiques et la pollution. La FUTAB soutient que cette situation résulte du drain principal venant de Triolet et qui est resté bloqué à la hauteur du jardin d'enfants. La situation s'est aggravée avec les eaux pluviales et suite au passage de cyclones successifs, notamment Dina et Gerry.

Conscient du problème, le ministre Bhagwan déclare qu'un comité technique se penche déjà sur la question. Dans ce contexte, il a dépêché une équipe de la police de l'Environnement sur place, la semaine dernière, pour prendre des photos. " Nous avons prévu une dotation budgétaire pour des projets d'embellissement dans des zones côtières, surtout touristiques. S'agissant de Trou-aux-Biches, nous allons convoquer une réunion avec tous les partenaires, à brève échéance. Cela avant d'élaborer un plan de travail ", déclare Rajesh Bhagwan. À la lumière du constat fait à partir de ces photos, le ministre espère que chaque partenaire apportera sa pierre au problème d'érosion à Trou-aux-Biches et au projet d'embellissement du front de mer. " Il faut dire que Trou-aux-Biches est un haut lieu du tourisme. On a terminé les travaux de réaménagement de la plage publique en 2001. Cette année, il nous reste la partie marginale du village à considérer ", déclare M. Bhagwan. Il exprime le vœu de réaliser quelque chose de concret d'ici la fête de la République de 2004.

Le Mauricien 5 aout 2003