Gestion des déchets: Course ouverte pour la gestion du Centre d'enfouissement de Mare Chicose


Retour: Nouvelles Locales

Les regards sont actuellement dirigés sur le prochain contrat qui sera alloué pour la gestion du Centre d'enfouissement technique de Mare Chicose. L'appel d'offres ayant été lancé en juillet dernier, quatre sociétés en partenariat avec des firmes internationales sont en lice pour l'obtention de ce contrat qui, selon les premières indications, est estimé à plus de Rs 1 milliard. Un comité technique procède actuellement à l'évaluation des Bids et il devrait soumettre ses recommandations au Central Tender Board la semaine prochaine. Le gouvernement a décidé de prolonger le contrat de STAM (Société de traitement et d'assainissement des Mascareignes), dont le contrat est arrivé à terme le 15 septembre dernier, en attendant que le prochain opérateur soit désigné.

Quatre sociétés en partenariat avec les firmes internationales ont en effet signifié leur intérêt de prendre en charge la gestion et la mise en opération du Centre d'enfouissement de Mare Chicose, à savoir STAM-Suez Environment, Bunjun & Sons-DSW, Envirosurf-Reihm Grinaker et Bilfinger Burger-Sotravic. Selon les documents disponibles au Central Tender Board, les quatre sociétés ont soumis des offres se situant à plus de Rs 1 milliard. Contrairement au contrat qui a été alloué à STAM en décembre 1997 pour une période de six ans, celui-ci sera échelonné sur trente ans. Dans les milieux concernés, l'on indique que le prochain opérateur du centre de Mare Chicose aura un cahier de charges "non seulement rempli mais clairement défini". Hormis la gestion et la mise en opération du site, le prochain opérateur aura pour tâche de créer un "working cell" additionnel, de produire de l'électricité à partir du gaz et la réhabilitation du site aussitôt qu'il cessera ses activités.

Selon les informations disponibles, un comité technique, présidé par le Dr Arjoon Sudhoo, a été mis sur pied pour un exercice d'évaluation. Ce comité, composé de plusieurs techniciens basés au ministère de l'Environnement et au Solid Waste Management Uni et siégeant In Camera, devrait soumettre ses recommandations au Central Tender Board d'ici la fin de ce mois. Au ministère des administrations régionales, on laisse entendre que l'allocation du nouveau contrat ne comportera pas les mêmes failles que celles notées au moment où le centre avait été mis en opération.

Conçu par Scott Wilson KirkPatrick en 1994 et construit par Reihm Grinaker Construction Ltd, le centre d'enfouissement technique a été mis en opération par STAM le 15 septembre 1997. Cependant, les consultants de Scott Wilson Kirk Patrick avaient recommandé la mise en opération d'un deuxième Landfill à Mare d'Australia. Face aux pressions sociales, le gouvernement devait abandonner le projet de Mare d'Australia, sans toutefois trouver un site alternatif. "Lorsque le centre de Mare Chicose avait été mis en opération le gouvernement qui était au pouvoir en 97 savit qu'il fallait un deuxième Landfill, mais il s'est contenté de faire rouler uniquement celui de Mare Chicose. Le résultat est qu'aujourd'hui, le centre est saturé…", soutient-on au gouvernement.

Un "Working Cell" additionnel nécessaire

Le "lifetime" de Mare Chicose a été réduit en raison du volume excessif de déchets qui y est déversé et enfoui quotidiennement. Initialement, le centre devait poursuivre ses opérations jusqu'en 2011. La surexploitation du site, avec un déversement excessif des déchets a en effet entraîné la chute de sa durée de vie. Le centre d'enfouissement avait été initialement conçu pour traiter en moyenne 400 tonnes de déchets par jours. Or, une moyenne de 1000 à 1200 tonnes y est déversée quotidiennement. Soit trois fois plus. Selon les indications obtenues, le taux de remplissage du site se situerait entre 70% et 75%% de sa capacité optimale.

A un certain moment, le gouvernement avait envisagé un projet d'extension en commanditant une étude auprès d'une firme consultante, Scott Wilson Kirk Patrick, et ce dans le cadre de son "revised Solid Waste Management Strategy" en avril 2002. Les résultats de l'étude géotechnique seraient favorables à une extension, mais "selon certaines conditions" précise-t-on à l'hôtel du gouvernement. Cette option n'a toutefois pas été écartée de manière irréversible car tout dépendra du temps que prendront la conception et la mise en opération d'un deuxième Landfill, ainsi qu'un incinérateur. Au niveau du gouvernement, l'on indique qu'"only a partial extension" pourrait être envisagé.

La construction d'un nouveau Waste Complex doté d'un incinérateur est considérée comme un élément clé dans le nouveau programme national de gestion des déchets car, d'après les prévisions, il devrait impérativement être opérationnel en 2005 pour pouvoir relayer le Centre d'enfouissement de Mare Chicose. Trois sites auraient été identifiés pour abriter le prochain Landfill. Plaine St Pierre et Pointe Moyenne sont cités comme sites potentiels. Cependant, c'est sur la base des résultats de l'étude géologique, actuellement conduite par les consultants de la firme Carl Bro, que le gouvernement devrait arrêter son choix. Le rapport d'étude est attendu pour novembre de cette année.

Le comité ministériel, présidé par le ministre Joe Lesjongard aux côtés du ministre de l'Environnement, Rajesh Bhagwan, s'est d'ailleurs réuni le mois dernier pour passer en revue les progrès accomplis dans le cadre de la mise en application de la nouvelle stratégie en matière de Solid Waste Management, basé sur le concept de Waste Minimization. Dans ces mêmes milieux, on laisse comprendre que "la coordination" entre les différentes autorités pour la mise en application de ce programme se poursuit de "manière professionnelle". Ce comité assure également le suivi des nombreux projets que le gouvernement compte mettre en chantier, particulièrement la mise en opération des premières stations de compostage cette année.


Déchets organiques-Centre de compostage à St Martin et Forbach Hill
La construction et la mise en opération de deux centres de compostage sont annoncées comme une des premières mesures du nouveau programme de Solid Waste Management. Les appels d'offres pour ces deux stations de compostage devraient être lancés dans les jours à venir, laisse-t-on entendre, dans les milieux gouvernementaux. Deux sites ont déjà été identifiés, Saint Martin et Forbach Hill, dans le nord de l'île. Selon les indications obtenues, ces sites ont été choisis par rapport à la demande dans les différentes parties de l'île. C'est sur la base des recommandations d'une étude de marché que le gouvernement a décidé d'aller de l'avant avec ce projet. Maurice produit annuellement 90 000 tonnes de déchets organiques. "Les différentes études ont d'ailleurs démontré que Maurice génère beaucoup de déchets organiques et avec les centres de compostage, cela devrait alléger le centre d'enfouissement de Mare Chicose et ne même temps servir de complément à l'agriculture", explique-t-on, au Solid Waste Management Unit. Les stations de compostage qui seront mises en opération devraient traiter 20 000 tonnes de déchets organiques annuellement et d'ici 2006, fait-on ressortir, de nouvelles unités seront créées pour absorber la totalité de ces déchets.

Le Week End 5 octobre 2003