South Eastern Highway Project: Le PM réaffirme sa volonté d'épargner la Vallée de Ferney


Retour: Nouvelles Locales

Du nouveau dans la saga de la Vallée de Ferney: contrairement à l'impression donnée par les déclarations du vice-Premier ministre Rashid Beebeejaun le week-end dernier, le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a réaffirmé cette semaine son intention de sauver la Vallée de Ferney dans le cadre des travaux d'aménagement de l'autoroute du sud-est. C'est en tout cas ce qu'il a affirmé aux représentants de Nature Watch, qu'il avait conviés à son bureau jeudi après-midi. Une étude complète serait désormais relancée pour se pencher sur les alternatives permettant d'aller de l'avant avec ce développement routier en évitant la vallée, contrairement à ce que prévoyait le tracé retenu.

Le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Rashid Beebeejaun, avait créé la surprise le week-end dernier en effectuant une visite de la Vallée de Ferney, débouchant sur des déclarations qui laissaient comprendre que le nouveau gouvernement comptait aller de l'avant avec le projet d'autoroute du sud-est dans sa forme actuelle, "avec quelques petites modifications si nécessaires". Une position qui allait totalement à l'encontre de celle adoptée pendant la récente campagne électorale par le nouveau Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui avait clairement déclaré qu'il comptait faire stopper ce projet dès le lendemain de son accession aux commandes. Allant ainsi dans le sens des demandes faites par le Front Commun pour la Sauvegarde de la Vallée de Ferney, qui s'élevait contre le tracé de cette autoroute qui impliquait la destruction d'une des dernières forêts endémiques de Maurice, abritant des espèces végétales et animales rares ou menacées de disparition.

Réagissant aux déclarations du vice-Premier ministre, faites alors que lui-même se trouvait à Madagascar pour le sommet des chefs d'État de la COI, le Premier ministre a, dès son retour au pays, tenu à renverser la vapeur. Il devait ainsi, mercredi dernier, contacter personnellement Alvin Brigemohun, le président de l'association Nature Watch, qui a mené le combat pour la Vallée de Ferney, pour lui affirmer qu'il s'agissait là d'un "gros malentendu", et pour inviter les représentants de l'association à une rencontre avec lui le lendemain. Il a de fait, jeudi après-midi, reçu pendant près d'une heure et demie à son bureau le président de Nature Watch et son secrétaire, John Lam, pour discuter en détail du dossier de la Vallée de Ferney. Rencontre à laquelle assistait également Rashid Beebeejaun, mais pas le ministre de l'Environnement, Anil Baichoo.

"Nous avons rencontré un Premier ministre très au fait des diverses implications de cette affaire, qui était très à l'écoute et qui nous a réaffirmé sa volonté de sauver la Vallée de Ferney", déclare Alvin Brigemohun à l'issue de cette rencontre. "Aucune décision finale n'a été prise mais le Premier ministre nous a donné l'assurance que l'Environment Monitoring Committee sera réactivé pour réétudier les diverses alternatives permettant d'aller de l'avant avec l'aménagement de cette autoroute sans passer à travers la vallée", affirme le président de Nature Watch. Rappelons que pas moins de trois propositions alternatives au tracé décidé par la Road Development Authority avaient été formulées, alternatives qui évitaient non seulement le passage dans la vallée, mais aussi la construction controversée d'un tunnel de 670 mètres à travers la montagne.

Les coûts en question

"Le Premier ministre nous a proposé, à John Lam et à moi, de faire partie de cet Environment Monitoring Committee. Ce que nous avons accepté avec joie car cela nous permettra de faire valoir nos arguments en faveur d'un réalignement de cette route", poursuit Alvin Brigemohun. Rappelons que depuis le début de l'année, le rapport soumis par le président de ce comité, le PS Seebaluck, avait affirmé qu'il fallait trouver une alternative à un tracé qui causerait des dégâts irrémédiables à la Vallée et nécessiterait, le cas échéant, l'adoption de mitigation measures presque aussi coûteuses que le projet lui-même.

Valeur du jour, l'une des questions qui se pose concerne justement le problème du coût. Vu que les travaux préliminaires d'aménagement de cette autoroute ont déjà débuté, le contracteur chinois ayant obtenu le contrat, la Beijing Chang Cheng Construction Corporation (BCCCC), serait habilité à réclamer, en cas d'arrêt des travaux, un paiement compensatoire se montant à Rs 325 millions. Alors que le montant total du contrat est de Rs 650 millions, financé à partir d'un emprunt contracté par le gouvernement mauricien auprès de la Banque Africaine de Développement. Et que des travaux préliminaires estimés à Rs 125 millions auraient déjà été effectués. "Ces travaux préliminaires ne sont pas perdus parce que la partie sur laquelle ils ont œuvré jusqu'ici peut toujours être utilisée dans le cadre d'un tracé alternatif. Et le Premier ministre nous a dit qu'il allait négocier avec le contracteur pour pouvoir trouver un terrain d'entente", déclare Alvin Brigemohun.

Forte en tout cas de ces assurances renouvelées, Nature Watch a décidé vendredi dernier de surseoir à la présentation de l'affidavit qu'elle avait rédigé dans le cadre du procès qu'elle avait logé il y a deux mois contre le gouvernement pour faire stopper ce projet. "Nous nous attendons maintenant à ce que le gouvernement, de son côté, ne dépose pas son affidavit la semaine prochaine comme initialement prévu, ce qui montrera clairement qu'il n'y a plus de litige entre nous. À partir de là, il va falloir travailler pour faire avancer ce dossier dans la bonne direction", conclut le président de Nature Watch. À noter que l'association a réitéré, auprès du Premier ministre, sa demande pour que la Vallée de Ferney soit transformée en parc naturel protégé

 

Le Week End 31 juillet 2005

Projet d'autoroute du sud-est

Ferney: le Front Commun dissous

Une semaine après la rencontre de Nature Watch avec le Premier ministre au sujet de la sauvegarde de la Vallée de Ferney, le Front Commun constitué à cet effet a été dissous. Au centre de ce qui se révèle comme un véritable litige: la suite à donner à l'affaire. Estimant avoir été marginalisée, la Mahebourg Citizens Welfare Organisation a adressé vendredi une lettre au Premier ministre pour demander à siéger également sur le monitoring committee. Ce afin de faire valoir le tracé alternatif qu'elle propose pour l'autoroute du sud-est, qu'elle juge plus approprié que celui de Nature Watch pour les habitants du sud-est et le pays en général.

C'est en décembre 2004 qu'un groupe de jeunes constitue l'association Nature Watch, pour lutter contre le projet de faire passer l'autoroute du sud-est à travers la Vallée de Ferney, qui abrite des espèces menacées voire uniques au monde. Début mars, l'association est rejointe, pour l'organisation d'une marche pacifique citoyenne le dimanche 13 mars à Mahebourg, par l'association Eco-Sud (qui s'était battue contre le projet hôtelier menaçant le parc marin de Blue Bay) et par la Mahebourg Citizens Welfare Organisation (MCWO). Celle-ci est menée par Georges Ah Yan, qui s'est déjà signalé par son combat pour l'hôpital de Mahebourg. Le Front Commun pour la Sauvegarde de la Vallée de Ferney est alors constitué, et va maintenir la pression au cours des semaines qui vont suivre à travers conférerences de presse, communiqués, pétitions.

Or, la décision de dissoudre ce Front Commun est prise prise lors d'une réunion tenue mardi dernier, 2 août 2005. Dans le communiqué officiel qu'elle émet à ce sujet le lendemain, Nature Watch affirme que le Front Commun a "officiellement décidé de (se) séparer, puisque nous pensons tous que notre but a quasiment été atteint. La vallée, étant en marge imminente d'être sauvée, nous considérons que notre contrat est rempli et donc avons dissolu le front commun après une collaboration très réussie".

Deux sons de cloche

Une décision qui peut surprendre et sembler précipitée, voire prématurée, dans la mesure où Nature Watch elle-même, dans la suite du communiqué, reconnaît que la sauvegarde de la Vallée de Ferney n'est pas encore totalement acquise dans les faits: "Nous faisons confiance au gouvernement pour honorer sa résolution d'épargner la vallée et attendons avec impatience le jour où sera prononcée l'annonce officielle de la sauvegarde de Ferney". L'association garde toutefois toutes les portes ouvertes en affirmant que "Nature Watch, Eco Sud et le MCWO reprennent dès aujourd'hui leur autonomie mais resteront en contact et même se reformeront si le besoin se fait sentir. Nous continuerons à suivre le dénouement de la Vallée de Ferney pour ensuite évoluer sur nos différents projets respectifs".

Mais la réalité semble être nettement moins consensuelle. Le lendemain de l'émission de ce communiqué de Nature Watch, soit le jeudi 4 août, Georges Ah Yan en émet de son côté un autre, au nom de la MCWO, où il déclare que son association mène désormais son combat seule "car le Front Commun ne répond plus aux aspirations des habitants du sud-est, les principaux concernés".

De toute évidence, Georges Ah Yan n'a pas accepté de n'avoir pas été partie prenante de la réunion convoquée le jeudi 28 juillet dernier par le Premier ministre. Celui-ci avait personnellement appelé, la veille, le président de Nature Watch, Alvin Brigemohun, en lui exprimant le souhait de le rencontrer au plus vite à son bureau pour parler de la question de la Vallée de Ferney. Rencontre qui eut effectivement lieu le lendemain, en présence également de John Lam, secrétaire de Nature Watch.

Georges Ah Yan, lui, estime qu'il aurait dû aussi être partie prenante de cette réunion, en tant que représentant du MCWO, membre du Front Commun. Lors de la conférence de presse qu'il a tenue vendredi dernier au Centre Social Marie Reine de la Paix, il taxe Nature Watch de vouloir faire cavalier seul, en écartant la MCWO. Pour lui, le combat ne fait que commencer, et il n'est pas uniquement question de sauver la vallée. "Sauver la vallée oui, mais pas en écrasant les habitants du sud-est" dit-il. Car il estime que c'est ce que risque de faire le tracé alternatif mis en avant par Nature Watch. "Leur tracé passe tellement à l'intérieur des terres que cela deviendrait plus un Midlands Highway Project qu'un South Eastern Highway Project", ironise-t-il.

Ne pas oublier les villages du sud-est

Pour Georges Ah Yan, ce sont les tracés 4 et 5, proposés par son association, qui seraient les plus appropriés par rapport aux tracés 1 et 2 du gouvernement et le tracé 3 proposé par Nature Watch. "Notre tracé 4 que nous avions déjà proposé évite la Vallée de Ferney et passe à environ 200 mètres des villages situés sur la route côtière entre Ferney et Anse Jonchée, pour ensuite rejoindre le tracé initial à Belle Rive. Et le tracé n°5 que nous venons d'identifier passe lui encore plus près de ces villages, à 75 ou 100 mètres. Ce qui permet à la fois de créer une autoroute sûre, rapide, peu coûteuse, et en même temps de désenclaver les villages du sud-est qui seraient reliés à cette autoroute par des bretelles ", fait ressortir Georges Ah Yan. Une position que soutient le vice-président de la MCWO, Manand Guruvadoo, qui estime que cette question ne concerne pas seulement la préservation du patrimoine mais aussi un aspect économique et social que l'on ne peut négliger par rapport aux villages du sud-est.

En conséquence, la MCWO a adressé, vendredi dernier, une lettre officielle au Premier ministre, demandant à faire également partie, au même titre que les membres de Nature Watch, du monitoring committee qui sera mis sur pied pour revoir tout le dossier de l'aménagement de l'autoroute du sud-est en évitant la Vallée de Ferney. Réponse attendue.


Les alternatives de la MCWO
Cette carte dressée par Georges Ah Yan montre les deux tracés alternatifs proposés par la Mahebourg Citizens Welfare Organisation, par rapport aux autres tracés.
Le Tracé 1 est celui initialement retenu par le gouvernement.
Trajet: 25 kms
Coût: Rs 1.3 milliard
Passant par la Vallée de Ferney
Tunnel de 670 mts
Péage
Le Tracé 3 est celui proposé par Nature Watch
Trajet: 34 kms
Coût: Rs 500 millions
Evitant la Vallée de Ferney
Pas de tunnel
Les Tracés 4 (et 5 en pointillés) sont ceux de la MCWO
Trajet: environ 27 kms
Coût: Rs 300 millions
Evitant la Vallée de Ferney
Pas de tunnel
Bretelles reliant les villages côtiers

 

Le Week End 7 aout 2005