Un "Waste Management Bill" en voie de préparation


Return to: Local News

Le ministre des Administrations régionales et de Rodrigues, Jœ Lesjongard, présentera, prochainement, un Waste Management Bill au Parlement. C'est ce qu'a affirmé le ministre, hier, lors de l'ouverture d'une conférence ayant pour thème: Enforcement of environmental regulations in Mauritius, au Domaine Les Pailles. Cette conférence, réunissant des représentants de différentes autorités responsables de l'application des législations et règlements concernant la protection de l'environnement, s'inscrit dans le cadre des activités marquant la Journée mondiale de l'Environnement. Par ailleurs, lors de son discours à l'ouverture de la conférence, le ministre de la Santé et de la Qualité de la Vie, Ashok Jugnauth, a insisté que la qualité de l'eau à Maurice est conforme aux normes internationales.

"My ministry has already initiated action to prepare a comprehensive Waste Management Bill. This new solid waste management legislation would regulate the essential elements of solid waste management and bring under its umbrella all relevant regulations for solid waste", déclare le ministre Lesjongard. Il est d'avis que les règlements de la présente législation, le Local Governement Act, n'est pas mise en pratique de la même manière par les différentes autorités locales.

Jœ Lesjongard indique que la nouvelle loi va gérer les nouveaux types de déchets (industriels et commerciaux) incluant la prévention et la réduction de détritus ; restaurer des lieux qui ont subi une dégradation et cater for liabilities for damage. De plus, ajoute-t-il, le ministère des Administrations régionales s'assurera que le ramassage, le transport et la destruction des ordures se fassent de manière appropriée.

D'emblée, il fait ressortir que le ministère est tout à fait conscient qu'il y a souvent eu des problèmes à cause d'un manque de personnel qualifié, de ressources adéquates et de volonté politique.

De son côté, le ministre de la Santé et de la Qualité de la Vie a assuré la population que l'eau utilisée à Maurice est conforme aux normes internationales. Selon lui, des échantillons d'eau sont analysés quotidiennement et il soutient que le ministère de la Santé et la Central Water Authority (CWA) prennent les mesures correctives, si besoin est. Il observe que la bonne qualité de l'eau à Maurice a considérablement diminué l'incidence de maladies d'origine hydrique et cela s'est traduit par une baisse du taux de mortalité infantile dans le pays.

Concernant la pollution atmosphérique et sonore, Ashok Jugnauth soutient qu'il s'agit d'un nouveau phénomène découlant du développement industriel qu'a connu Maurice. Cependant, fait-il ressortir, "to attend these emerging problems of pollution, modern and sophisticated equipment are required. This is very costly and can be acquired only over a period of time". Le ministre de la Santé a précisé que le gouvernement a déjà initié l'action nécessaire pour faire l'acquisition d'équipements en vue de contrôler la pollution atmosphérique et sonore.

Il a conclu en évoquant l'engagement du gouvernement de développer un Environmental Protection Programme en vue de s'assurer que le développement économique ne se fasse pas au détriment de l'environnement.

Le ministre de l'Environnement, Rajesh Bhagwan, estime que c'est l'occasion de faire le bilan et de prendre des mesures correctives pour la protection de l'environnement. Il observe que le nombre de plaintes reçues au niveau de son ministère a trait à la non-application des lois existantes et tombant sous la responsabilité de différentes autorités. "Local authorities responsible for the collection of solid wastes are not giving satisfaction to members of the public", constate le ministre Bhagwan.

"The role of the Ministry of Environment is more of a watchdog, a facilitator and a coordinator", insiste-t-il. Il note que durant les cinq derniers mois, le ministère de l'Environnement a enregistré 250 plaintes concernant la pollution sonore et 200 concernant les ordures. Il salue également le travail effectué par la police de l'environnement.

Le Mauricien

7 juin 2001