SAJ: "Le futur de la société mauricienne dépend de la protection de l'environnement"


Return to: Local News

"L'environnement ne constitue pas un enjeu à court terme. L'existence future de la société mauricienne dépend de la protection de l'environnement": propos du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, lors de l'inauguration officielle de l'Expo Environnement 2001, hier soir, au Domaine Les Pailles. Cette exposition qui s'inscrit dans le cadre de la Journée mondiale de l'Environnement, a pour thème Connect with the World Wide Web of Life et regroupe une quarantaine d'exposants des secteur privé et public dont la CWA, la Mauritius Port Authority (MPA), les Bois et Forêts, Geiser et Biocom. Elle restera ouverte au public du 6 au 10 juin. Cette manifestation a pour objectif de présenter l'environnement sous ses différents aspects et de sensibiliser le public en général sur les principaux enjeux environnementaux dans le but de le responsabiliser. La cérémonie d'ouverture de l'exposition a été marquée par la projection d'un clip sur les dommages causés à l'environnement à Maurice.

SAJ soutient que sa mission consiste à encourager un partenariat entre le gouvernement et le secteur privé en vue de réduire les effets de l'industrialisation sur l'environnement. Selon le PM, le monde des affaires n'a d'autre alternatif que d'être innovateur et insiste qu'il y a un grand besoin pour la mise en application de nouvelles techniques, notamment Green Productivity, Eco-efficiency, Cleaner Production et Waste Minimisation. Soulignant que de tels concepts sont inscrits dans le World Trade Agreement et l'Africa Growth and Opportunity Act, SAJ déclare: "Notre survie dépend largement de notre abilité à respecter ces normes environnementales, qui sont imposées par des accords internationaux."

"Development-centered & environment-friendly"

Soutenant que le gouvernement actuel a pour mission d'apporter les réformes nécessaires pour les générations à venir, le PM déplore: "Au cour de ces dernières années notre pays a perdu un temps précieux, car il n 'y avait pas de volonté politique pour prendre les mesures qui s'imposent." La stratégie gouvernementale, dit-il, consiste à développer tout en préservant l'écosystème. "We are development-centered but also environment-friendly", dit-il. En tant que PM et président de la National Environment Commission (NEC), SAJ afirme que son gouvernement a pris l'engagement d'assurer une meilleure protection et gestion du tissu de "l'écosystème mauricien fragile." "Depuis 1990, voire bien avant le Sommet de Rio, je m'étais engagé à donner priorité aux enjeux de l'environnement", maintient le PM.

Rappelant les 72 projets mis au point en marge du 2nd Environment Investment Programme (EIP2) - qui nécessitent un montant total de Rs 670 M, puisés des sources de financement locales - SAJ affirme que ceux-ci doivent être achevés dans un delai de cinq ans. Une attention particulière sera accordée à Rodrigues et aux îles éparses, dit-il. Dans la perspective du EIP2, SAJ souligne que l'accent sera mis sur des secteurs suivants: la terre, les zones côtières, la qualité de l'air de l'eau, la gestion des déchets et la biodiversité pour un meilleur environnement.

Dans le cadre des amendements qui seront apportés à l'Environment Protection Act 1991, en septembre prochain, le PM declare: "Nous devrons repenser le rôle des enforcement agencies. Nous faillirons à notre mission si les enforcement agencies ne sont pas à la hauteur de leurs responsabilités en donnant pleinement satisfaction."

Réévaluer la situation

Pour sa part, le ministre de l'Environnement Rajesh Bhagwan affirme que cette Journée de l'Environnement permet aux instances décisionnelles et autres autorités concernées de réévaluer la situation et de prendre les mesures nécessaires. "Ce que vous avez vu dans le film n'est que la partie visible de la situation, voire le bout de l'iceberg. La partie invisible est cachée, sous la mer, dans l'air, a atteint une proportion alarmante", confie-t-il. Il précise que le volume de déchets produits par jour s'élève à 1 200 tonnes, dont 5% sont considérés comme étant toxiques. Il souligne que 60 millions de PET (bouteilles en plastique), plus de 110 millions sacs en plastique et 25 millions de cannettes en aluminium sont produits annuellement. Dans la même optique, il concède qu'il y a environ 150 tonnes de déchets solides, soit 12% qui ne sont pas enlevés quotidiennement, ainsi que 25 tonnes de matériaux de construction et de démolition qui sont entreposés de manière illégale et non contrôlée chaque jour. Il soutient qu'une telle situation provoque des eye-sores et de la pollution.

Par ailleurs, M. Bhagwan fait aussi le bilan de la Police de l'Environnement qui a à son actif 1 000 cas de contravention et 800 cas de verbalisation.


UNDP - GEF/SGP

Volunteer Award décerné à titre posthume à Jawaharlall Baguant

Le Volunteer Award des Nations unies a été décerné à titre posthume, hier à la mairie de Port-Louis, à Jawaharlall Baguant, ex-président du Comité national de selection UNDP-GEF/SGP (Global Environment Facility Small Grants Programme). A cette occasion, quatorze autres membres du comité ont également été récompensés, dont Karl Allas, président du Rodrigues Council of Social Services. Cette activité s'inscrit dans le cadre de la Journée internationale de l'environnement et de l'Année internationale des volontaires. Cinquante-quatre pays à travers le monde ont récompensé leurs volontaires hier.

"I am making an appeal to all of you to make a firm commitment on this auspicious occasion to act as responsible citizens", a déclaré le ministre de l'Environnement, Rajesh Bhagwan, qui a souhaité que, d'ici la célébration de la Journée internationale de l'environnement, l'année prochaine, Maurice aura éliminé "all its eyesore, polluting industries and damaged lagoons and that more NGOs will emerge and participate actively in making Mauritius a real paradise, an ecological island". Le ministre a déclaré qu'il ne fuira pas devant ses responsabilités et qu'il prendra les mesures nécessaires pour faire respecter l'environnement "à chaque fois que cela sera nécessaire".

La représentante du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Maurice, Rose Gakuba, a cité le discours de Mark Malloch, administrateur de cet organisme, à l'effet que "it is the poor who are most affected, with 800 million people undernourished and 5 million dying each year because of polluted water, lack of sanitation, and waterborne diseases alone".

Notons que le GEF Small Grants programme a été lancé à Maurice en 1995. M. Jawaharlall Baguant, ex pro-vice chancelier de l'Université de Maurice, en fut le président de 1996 jusqu'à son décès en 1998. Selon Pamela Bapoo-Dundoo, coordinatrice nationale, le rôle du comité de sélection est de " fournir la direction stratégique dans laquelle le programme de micro-financement doit s'intégrer, à travers l'élaboration du Country Programme Strategy, et il doit assumer l'entière responsabilité de ce choix ". Le comité a, également, pour tâche de s'assurer de la qualité technique des projets.

Le UNDP-GEF/SGP vise, rappelons-le, à promouvoir et à soutenir les initiatives locales relatifs aux problèmes de l'environnement global à travers l'action communautaire. Le PNUD alloue des financements allant jusqu'à US $ 50 000 aux ONGs et autres organisations communautaires pour soutenir des petits projets pilotes en ce sens.

A également pris la parole, hier, le Lord-maire, Abbas Salim Mamode.

Le Mauricien

7 juin 2001