Développement dans le sud, Saint-Félix; mobilisation en faveur du projet hôtelier


Retour: Nouvelles Locales

Les représentants des villages de Chemin-Grenier, Surinam et Chamouny se déclarent en faveur du projet hôtelier de Saint-Félix. Ils ont organisé une véritable démonstration de force, hier, au centre social de Chemin-Grenier, lors d'un point de presse. " Notre région a besoin de ce développement, sinon elle va mourir ", ont lancé en chœur les présidents de ces trois villages, entourés d'une centaine de leurs concitoyens.

" Notre région est en train de connaître des problèmes de chômage, de drogue. L'avenir de nos jeunes est en danger. S'il n'y a pas de développement, Chemin-Grenier et les villages avoisinants vont mourir ", lancent Devanand Darma, Barlen Venkatachellum et Ramdursingh Surnam, les présidents des conseils de village de Chemin-Grenier, Chamouny et Surinam et Ravin Juggernauth représentant de Surinam au conseil de district de Grand-Port/Savanne. Or, pour ces élus locaux, la présence annoncée de nouveaux hôtels à Bel-Ombre et surtout à Saint-Félix va donner du travail " à des milliers de jeunes de la région, directement et indirectement ".

" Nos villages vont connaître un grand essor, vont devenir des villages phares. Les petits commerces vont prospérer, de même que les chauffeurs de taxis, les planteurs et les pêcheurs ", expliquent MM. Darma et Juggernauth. Selon eux, " il y aura un effet multiplicateur qui va rejaillir sur la région " au niveau des infrastructures routières, sportives, sociales. " Nous voulons lancer un signal fort aux promoteurs et au gouvernement pour leur dire que nous sommes en faveur du projet de Saint-Félix ", insistent les élus locaux.

Rappelons qu'un groupe d'habitants de la région de Chemin-Grenier s'était élevé, récemment, contre le projet de développement hôtelier prévu par la compagnie Saint-Félix. Celle-ci veut héberger un établissement de luxe du groupe indien Ananda Resorts sur ses terres situées au bord de la mer. Le groupe d'habitants s'était notamment déclaré opposé à la déviation de la route côtière, corollaire indispensable à la réalisation du projet hôtelier.

Apolitique

Les élus locaux de Chemin-Grenier, Surinam et Chamouny ont insisté, pour leur part, sur le fait que ce groupe de personnes n'est pas représentatif de la région et que la mobilisation qu'il avait organisée la semaine dernière s'était effectuée en présence du secrétaire général du Parti travailliste. " La grande majorité de la région est en faveur du projet et c'est une petite minorité qui fait du tapage ", insiste Devanand Darma.

Les représentants de ces trois villages ont certifié que leur démarche était " apolitique " et qu'elle rassemblait des gens de divers courants politiques. Une affirmation somme toute un peu légère lorsqu'on sait que la rencontre avec la presse était orchestrée par un conseiller au ministère des Utilités publiques, dont le titulaire, Alan Ganoo, est également député de la circonscription No. 14 et dont ces trois villages font partie…

Les élus locaux qui animaient la rencontre d'hier se sont néanmoins efforcés de convaincre la presse qu'ils étaient motivés avant tout par l'avenir de leur région. Ils ont rappelé que le sucre mauricien était de moins en moins compétitif sur le marché mondial et que les sucreries étaient en difficultés, dans le sud. Ils ont insisté sur le fait que de grosses usines textiles, implantées dans la région, avaient annoncé leur fermeture d'ici au mois de septembre prochain. " Que vont devenir les jeunes de villages à vocation agricole et textile si ces industries s'effondrent ", insistent Devanand Darma et Ravin Juggernauth. MM. Darma, Juggernauth et leurs amis déplorent le fait que le Sud " reste loin du développement " que connaissent les autres régions, au Nord, à l'Est, à l'Ouest…

Les habitants des villages voisins de Saint-Félix disent également avoir confiance dans le gouvernement pour que celui-ci s'assure que l'équilibre écologique soit respecté. " Mais on ne fait pas d'omelette sans casser les œufs ", lance M. Darma. Ainsi, pour lui et ses amis, la déviation de la route est inévitable si on veut investir Rs 1 milliard dans un hôtel de luxe sur le littoral.

Pour les représentants des villages de Chemin-Grenier, Chamouny et Surinam, le choix est déjà fait : c'est celui du développement, de l'amélioration des conditions de vie et de la création d'emplois et de richesses. Même s'ils reconnaissent n'avoir pas encore rencontré les promoteurs du projet, ils affirment qu'il leur sera bénéfique. " Mais le gouvernement devra s'assurer que nous obtenons les infrastructures nécessaires ", insistent les élus locaux de ces trois villages du Sud.


Site visit à Bel-Ombre et Saint-Félix
Le vice-Premier ministre et ministres des Finances, Paul Bérenger, effectuera une site-visit à Bel-Ombre et à Saint-Félix, ce week-end. Il sera accompagné de Nando Bodha, le ministre du Tourisme et des Loisirs. Les deux ministres se pencheront sur la question de réalignement des deux routes côtières concernées par les projets hôteliers.
Par ailleurs, selon le ministère du Tourisme et des Loisirs, la construction des premiers établissements hôteliers de Bel-Ombre devrait démarrer avant la fin de l'année, probablement entre septembre et novembre prochains. Cinq établissements y seront aménagés.

Le Mauricien 11 juillet 2003