Érosion côtière: La menace s'accentue !


Retour: Nouvelles Locales

Flic en Flac, Belle Mare, Rivière des Galets… La zone littorale est sous la menace de l'érosion. La pression anthropique combinée à ce processus naturel qu'est l'érosion côtière, le danger de voir nos plages se défigurer et perdre leur biodiversité est aujourd'hui plus réel. Le rapport d'une étude environnementale commanditée par le ministère de l'Environnement, en fait état de manière alarmante : "irreversible erosion is occuring and has the potential to become widespread along the sandy beaches of Mauritius." Les conclusions et les recommandations du rapport sont claires. L'heure est à l'action. Pour éviter une nette dégradation de ce patrimoine, la mise en oeuvre d'un plan d'action est urgente. La reconstitution et la protection des différentes composantes naturelles, le récif corallien, le lagon, la plage et les dunes, y est fortement recommandée. "Without action, the sustainable future of the coastal zone is bleak", préviennent les experts.

La dégradation côtière est un problème que l'on retrouve dans le monde entier. Maurice n'est malheureusement pas épargnée par le phénomène d'érosion, de plus en plus présent sur nos côtes, et qui a atteint un niveau suffisamment alarmant pour que les autorités se décident de mettre en oeuvre une stratégie pour protéger ce patrimoine. Le ministère de l'Environnement s'y est attelé depuis depuis 1995 lors de la préparation du National Environment Strategies (NES). En effectuant un état des lieux du littoral et en adoptant une nouvelle approche dans le cadre de cette nouvelle stratégie environnementale, Maurice est déjà entrée dans cette nouvelle phase, celle de chercher des solutions pour protéger nos plages contre le phénomène d'érosion.

C'est dans le cadre de l'Integrated Coastal Zone Management Plan (ICZMP), que cette étude, intitulée , "Study on coastal erosion in Mauritius", a été conduite. Placée sous l'égide d'un Steering Committee, une équipe d'experts, dirigée par WF Baird and Associates Coastal Engineers et épaulée par ceux du Reef Watch Consultancy Ltd., notamment Rajiv Bheeroo et Michael Risk, experts en géologie marine, a procédé à une étude complète pour établir l'étendue du niveau d'érosion sur le littoral, trouver les causes du problème et proposer des solutions. L'objectif principal de la recherche est de mieux comprendre le fonctionnement de la zone littorale et d'identifier les facteurs contrôlant les différentes entités du système que constituent la plage.

Recherches sur 20 sites

Sur la base d'une approche méthodologique fondée sur l'expérimentation de terrain et de laboratoire, d'une part, et une approche par modélisation, de l'autre, l'équipe d'experts a dirigé ses recherches sur 20 sites, dont les plus connus sont Flic en Flac, Riambel, Grand-Baie, Albion, Le Morne, Pereybère ou encore Baie du Cap. L'efficacité des installations existantes pour protéger les plages déjà affectées a également été passée à la loupe. Le rapport précise qu'un examen détaillé du "wave climate" a été conduit pour la première fois à Maurice, grâce à l'utilisation des instruments de modélisation et les données météorologiques et océanographiques disponibles. Selon le rapport, l'érosion côtière fait partie d'un processus naturel. Les plages de sable changent naturellement. Cependant, indique-t-il, la zone littorale, confrontée à un développement rapide et à une exploitation continue, est aujourd'hui constamment sous un "severe stress".

Les observations sur la situation en général sont ainsi décrites : "It is important to recognize that naturally, this is a reversible process; healthy beaches recover fully through a combination of wind and wave forces in the hours, weeks and months following the cyclones. This reversible erosion process has been more widespread and frequent since 1960 owing to the fact that cyclones have tracked near the island at the rate of once every two to three years. The ability of beaches to recover from cyclone attacks is dependent on a healthy and robust reef-lagoon-beach system. When this system is disrupted or degraded by direct or indirect human impacts, long-term and irreversible erosion will set in, leading to the permanent disappearence of beaches. There are initial and alarming indications supported by hard evidence from this study that irreversible erosion is occuring and has the potential to become widesprtead along the sandy beaches of Mauritius."

Le littoral sous "severe stress"

Les experts préviennent les autorités mauriciennes plus loin. "Without action, the sustainable future of the coastal zone is bleak (…) This grave consequence of the widespread loss of beaches can only be avoided with urgent implementation of an action plan that will restore the health of the reef-lagoon-beach system." La préservation de ce milieu fragile d'intérêt socio-économique important nécessite une connaissance des processus contrôlant son évolution. Les principales composantes naturelles, notamment le récif corallien, le lagon et la plage - active beach - et la dune et la végétation constituent la bonne santé et la consistence d'une plage.

Les barrages de récif représentent actuellement un atout inestimable pour la protection des plages contre les attaques des vagues. Selon l'étude, l'état de santé du récif corallien est "sufficient to maintain the natural level of wave protection". Cependant, ils font remarquer qu'il n'existe aucune garantie que le niveau actuel sera maintenu avec une éventuelle hausse de la température de la mer due au réchauffement planétaire. Les coraux dans les lagons se positionnent non seulement comme un élément de défense contre les vagues, mais ils participent à la régénération de sable.

Le rapport met en évidence la dégradation de nos lagons, citant Flic en Flac et Plamar, qui, au cours de ces dernières années, ont vu le fonds marin être dépourvu de coraux. "The degradation of any part of the system will disrupt a fine balance and lead to the onset of irreversible erosion", font remarquer les experts. C'est l'écosystème marin même qui est menacé. "In addition to the removal of lagoon coral and water quality degradation another stress on the all important lagoon coral ecosystem throughout Mauritius is overfishing. Several fish species are critical for protecting the reef from predators and in maintaining the health of the coral. Another damaging activity is the remove of coral and dredging associated with the creation of water skilanes within lagoons. In addition to reducing the sand supply to the beaches the created depressions in the lagoon bed act to trap the sand before it reaches the beaches", est-il souligné.

Fonds marins menacés

Certains aménagements sur les plages représentent également des dangers. Le rapport citait plusieurs cas où des aménagements pouvaient favoriser le déclenchement ou l'accélération des processus de l'érosion. "Throughtout the sandy shores of Mauritius there are many exemples of inappropriate coastal structures in the form of walls, groynes, jetties and breakwaters", est-il indiqué. Les dunes et un couvert végétal naturel sont considérés comme des moyens de protection efficaces et naturels contre l'érosion. De nombreuses plages sableuses sont actuellement en cours de démaigrissement et de recul.

L'amélioration de la connaissance des processus affectant la zone littorale permet d'accroître les moyens de protection. Les experts recommandent ainsi la publication d'un "Blue Print for Integrated Coastal Zone Management. The preservation and restoration of the natural and integrated reef, lagoon, beach and coastal vegetation systems will ensure that irreversible coastal erosion is avoided and does not become an issue in the future" expliquent-ils.

Les experts recommandent ainsi que le travail et le suivi ayant déjà démarré sous lICOD Ecology Program du "reef ecosystem" soit maintenu et que les autorités se penchent sur le danger que peuvent représenter certaines "passes" qui, selon eux, devraient être fermées.

Ils invitent les autorités à pousuivre les efforts en vue de régler le problème de "overfishing" dans les lagons et de protéger les ressources marines à l'intérieur du lagon. "Marine protected areas and marine parks should be established adjacent to parks where coastal ecosystem has high ranking, such as Belle-Mare. This will set a leading exemple for lagoon resource protection. A pilot lagoon patch reef restoration project should be implemented offshore of the public beach at Flic en Flac and expanded. This will help establish coral based ecosystem and in the long term will help produce the sand", est-il recommandé.

Blue Print recommandée

Il invite le gouvernement à mettre en application un "Legislated setback policy" en vue d'interdire la construction ou l'aménagement de structures en béton ou autres infrastructures - même des routes - dans les zones connues comme "dynamic beach zone". Cette zone devrait être délimitée sur une distance de 30 mètres à partir du High Water Mark. Les aménagements illégaux doivent être enlevés, précisent-ils, pour que les opérateurs remplissent désormais les standards minimaux de protection des côtes. "Perhaps the private sector can be encouraged to remove unnecessary structures or implement beach fill projects in place of structural approaches to erosion protection. Where possible, road and other public infrastructure should be removed from the dynamic beach zone over time."

Le rapport préconise également que les plages publiques soient pourvues d'un "endemic coastal vegetation" et que les véhicules soient interdits d'accès aux plages. "We envisage a beautiful transformation of shoreline vegetation to create an attractive and uniquely Mauritian experience. we believe this will set an example for already developed private sector areas to emulate and promote a unique Mauritian experience for tourists", fait remarquer le rapport tout en invitant les autorités à miser sur des campagnes éducatives et d'information pour mieux sensibiliser le public.


Les recommandations pour les différents sites affectés
Flic en Flac: La dégradation de la plage et l'état des gabions installés comme mesure de protection fait Flic en Flac un "High Priority Site". Le niveau d'érosion sur cette plage du littoral ouest s'est révélé être un "excellent case study" pour les chercheurs en vue d'identifier les vraies sources du phénomène d'érosion. Les experts recommandent ainsi le lancement d'une opération de "beachfill", l'élimination des gabions - tout en maintenant une seule ligne de défense -, l'enlèvement du "seawall" aménagé par Pearl Beach Hotel, la restauration des coraux dans le lagon, la suppression des filaos au profit d'une végétation côtière endémique et de la mise en place d'un programme de sensibilisation et d'un "Management Plan" pour contrôler l'accès aux piétons et aux véhicules à certaines parties de la plage.
Belle-Mare/Palmar: Même si la plage de Belle-Mare ne démontre pas des signes apparents d'érosion, les experts expriment de sérieux doutes sur sa capacité de résister au phénomène d'érosion à l'avenir. Le lagon de Palmar est infesté d'algues. Le potentiel d'érosion est ainsi réel sur cette partie du littoral. Les experts préconisent la mise en place d'une "dynamic beach setback zone" et que tout projet de construction ou autres aménagements soit interdit. Le remplacement des filaos par des couverts végétaux, l'installation d'une clôture pour protéger une partie de la dune et le suivi de l'état du récif corallien et du lagon sont également recommandés.
Le Morne: Pour prévenir cette plage, très utilisée, du phénomène d'érosion, les chercheurs recommandent également la mise en place d'une "dynamic beach setback zone" et la mise en application d'un programme pour protéger la végétation et les cauraux du lagon. Cette partie de l'île est particulièrement affectée par le phénomène d'érosion après le passage de cyclones sur l'île.
Riambel: Les experts invitent les autorités à ne pas réinstaller des gabions à Riambel, une fois que ceux déjà aménagés pour contrer le problème d'érosion auront fait leur temps. Il est recommandé que le "park road" soit supprimé à l'avenir pour que la "dynamic beach area" soit libérée et protégée. Ils préconisent les membres mesures pour la protection des dunes, du récif corallien et le lagon.
Rivière des Galets:Rivière des Galets, désignée également comme un "High Priority Site", connaît également une dégradation graduelle. Les risques d'érosion sont réels en cas de cyclone. Des solutions alternatives à la mise en place de gabions sont recommandées pour ce site. Un "Stone revetment" a en contrepartie été proposé pour combattre le problème.
Les autres sites: La partie affectée à Grand-Baie, selon les experts, nécessite une attention immédiate, car les dégâts causés par l'érosion représentent un "eyesore in this popular tourist destination". Le "Longterm Stone Revetment Concept" est préconisé pour contrer le problème. Ce même concept pourrait être appliqué dans certaines régions où les premiers signes d'érosion ont fait leur apparition. Baie du Cap,, Quatre Soeurs, Bambous Verieux, Pointe d'Esny, Cap Malheureux, Bain Boeuf, Trou d'Eau Douce, Poudre d'Or, Pointe aux Piments, Pereybere ou encore Albion feront l'objet de travaux de réhabilitation ou de réaménagement.


Mesures contre l'érosion côtière: Le conseil des ministres donne son feu vert
Le conseil des ministres a donné son aval, vendredi, pour la mise en application des recommandations du rapport W. F. Baird sur l'érosion côtière à Maurice. Cette étude environnementale avait été commanditée en octobre de l'année dernière et a coûté Rs 14 millions à l'État. Le rapport final a été soumis le 12 septembre dernier. Les sites classés "High Priority Erosion Sites", à savoir Flic en Flac, Belle Mare, Rivière des Galets et Grand-Baie, feront l'objet d'un programme de réhabilitation et de travaux sur une période de dix ans.
Une somme de Rs 30 millions sera nécessaire pour la mise en application des mesures préconisées dans le rapport W. F. Baird. Un comité technique, placé sous la présidence du ministre de l'Environnement, Rajesh Bhagwan, sera mis sur pied pour assurer la mise en application de ces mesures. Le comité sera également représenté par le ministère des Administration régionales et celui du Tourisme, ainsi que par le Mauritius Oceanographic Institute, les Meteorological Services, la Beach Authority et la National Coast Guard.


Le Week End 12 octobre 2003