Environnement - Rodrigues Quatre sites potentiels identifiés pour des projets de marinas


Retour: Nouvelles Locales

Quatre sites ont été identifiés pour des projets de marinas, ski lanes et zones de baignade à Rodrigues, à Port-Mathurin/Baie-aux-Huîtres, Baie-du-Nord, Songes et Anse-Tamarin. C'est ce qui découle d'un rapport de faisabilité préliminaire réalisé par la firme consultante Mega Design, conjointement avec WSP Walmsley et Entech pour le compte du ministère de l'Environnement. Les données de ce rapport ont été présentées aux élus de l'Assemblée régionale de Rodrigues ainsi qu'aux différents partenaires rodriguais au cours d'un atelier de travail, lors de la récente visite du ministre de l'Environnement, Rajesh Bhagwan, à Rodrigues, fin août dernier.

" Port-Mathurin devrait préserver ses spécificités de centre commercial portuaire et Baie-aux-Huîtres est appropriée pour devenir un centre de pêche et de loisirs ", suggère le rapport. Cette proposition fait partie d'un plan d'ensemble pour le développement futur de Port-Mathurin, en lien avec Baie-aux-Huîtres. Les deux sites devront comprendre des facilités complémentaires ; l'objectif de l'administration rodriguaise est de décourager l'ancrage des embarcations dans la baie de la zone portuaire de Port-Mathurin. " Some problems were noted with the current mooring arrangement at the jetty on the eastern side of the port quay, close to the government offices. The vessels currently are moored with mooring ropes tied to pillars and other suitable protrusions ", souligne le rapport.

Dans ce contexte, le dragage d'un chenal reliant Port-Mathurin à Baie-aux-Huîtres est proposé. La ligne de démarcation de la zone côtière doit être réalignée, cela afin d'y aménager une promenade.

Une route côtière reliera Pointe-Vénus, la partie est de Port-Mathurin, à la partie ouest, afin d'atténuer l'intensité du trafic routier au centre de la capitale. Ce projet comprendra la mise en place d'un mur de soutènement en pierre reliant la jetée de Pointe-Lascar à la jetée de Port-Mathurin, l'utilisation du material fill recueilli du dragage, l'aménagement d'infrastructures routières et des travaux de terrassement. Selon les auteurs du rapport, il n'y aurait en principe aucun problème par rapport au projet de remblaiement et la mise en place d'un mur de soutènement, vu que " it is seen as a logical extension to the existing reclamation works and infrastructure ".

Outre de décourager l'ancrage des bateaux au quai de Port-Mathurin, il est recommandé de mettre en place des mooring bollards ou autres moyens pour sécuriser l'ancrage des navires.

Pour ce qui est de Pointe-Monnier (partie ouest de Port-Mathurin), port d'attache comportant aussi des infrastructures récréatives, il est suggéré que ces dernières soient utilisées et intégrées dans tout plan d'ensemble visant au développement de la région. " Present utilization of the area appears not to be optimal. Care should be taken not to duplicate facilities in Baie-aux-Huîtres which already exist here ", affirme le rapport.

Front de mer

Concernant Baie-aux-Huîtres, considéré comme le plus grand village de pêcheurs, il est rappelé que la région est un site naturel, dont une partie a été comblée par des sédiments en provenance du dragage de Port-Mathurin. Il est établi que l'absence d'une barrière pour contenir le remblaiement a provoqué le filtrage de celui-ci dans la mer, remplissant le lagon ainsi que l'approach channel.

Le rapport, qui souligne l'absence de facilités pour les pêcheurs, fait remarquer qu'en période cyclonique des bateaux doivent être hissés sur la terre ferme, et qu'en l'absence de rampe, " cela nécessite une dizaine de pêcheurs qui sont appelés à conjuguer leurs efforts pour hisser à sec une seule pirogue ". L'absence de facilités pour stocker et effectuer les réparations des embarcations est aussi soulignée.

Pour les auteurs du rapport, le site de Baie-aux-Huîtres est approprié pour le développement d'un front de mer, avec à la fois des activités de pêche et de loisirs, et donc susceptible d'être une attraction touristique. Il est suggéré d'y aménager deux marinas, une pour des bateaux de pêche et l'autre pour des bateaux de plaisance et des yachts. Des facilités infrastructurelles - une jetée, une rampe et un abri pour embarcations sur la terre ferme - sont préconisées pour une centaine de bateaux. Également prévus, un hangar pour abriter des moteurs hors-bord, un atelier mécanique, un collecteur d'huiles usées, une chambre froide pour stocker les prises. Parmi les autres facilités infrastructurelles proposées, on relève des brise-lames, un mur de soutènement, une boat house ; la présence d'une équipe de garde-côtes est également souhaitée.

Par ailleurs, il est proposé de mettre en place des bâtiments commerciaux, des boutiques d'artisanat et des gifts shops aux alentours de l'esplanade pour générer des activités sociales et de l'emploi.

Baie-du-Nord, baie naturelle entre Pointe-Nicolas et Pointe-du-Diable, au nord-ouest de l'île, se trouve loin de la capitale, et pour le rapport le projet d'une marina n'y serait donc pas approprié. Néanmoins, il est proposé d'y pourvoir des facilités en vue de répondre aux besoins des pêcheurs de la localité : remblaiement d'un site se trouvant de l'autre côté de la route côtière, agrémenté d'un mur de soutènement ; rehaussement du niveau de la route côtière ; réhabilitation d'une jetée historique ; dragage du lagon pour un chenal d'une profondeur de 2 mètres ; aménagement d'une rampe ; mise en place d'un abri pour des embarcations et d'un atelier pour y effectuer des réparations ; facilités de parking.

En ce qu'il s'agit de Songes, le rapport affirme que sa proximité avec l'agglomération de Port-Sud-Est et Anse-Mourouk et l'existence d'un chenal dans la Grande Passe fait de celui-ci un site idéal pour l'aménagement d'une marina.

Il est enfin proposé d'aménager des facilités infrastructurelles à l'intention des pêcheurs à Anse-Tamarin, notamment une rampe, une jetée, un débarcadère, une chambre froide, un site pour effectuer des réparations des bateaux, et des facilités de parking.

Le Mauricien 12 septembre 2003