Les écoliers de Beau-Vallon visitent le parc marin

 


Retour: Blue Bay / Nouvelles

Une brochure qui incite à protéger notre patrimoine."Les élèves ont été très impressionnés par la découverte, enrichissante, du parc marin marin". Tel est le sentiment de Hamid Elaheebux, enseignant à l'école primaire de Beau-Vallon après la visite mardi matin de cet endroit.

L'initiative vient de l'ECO-SUD,une organisation non gouvernementale mise en place pour la préservation de notre éco-système. Cette visite a été organisée en collaboration avec le Mauritius Oceanography Institute(MOI) et le Mauritius Underwater Group(MUG) pour sensibiliser les élèves des écoles primaires de la région de Mahébourg dans ce domaine. Ce projet- pilote ayant pour thème: Lagoon Reef Watch Movement a été lancé par le Mauritius Oceanography Institute. Il a été financé par le National Environment Fund.

Les membres de ces deux organisations ont fait des projections de films dans ces écoles et des visites en bateau de fond de verre dans le parc marin de Blue-Bay.

Hamid Elaheebux, enseignant à l'école primaire de Beau-Vallon, a accompagné mardi matin, les élèves des trois classses de cinquième.

"Je trouve très positive la démarche de ces organisations qui ont offert aux élèves la possibilité de découvrir la beauté et la richesse de notre éco-système. Après cette expédition en mer, j'ai eu comme l'impression que certains élèves ont été très marqués par ce qu'ils y ont découvert", constate-t-il.

Un petit garçon en classe de cinquième faisait également partie de l'excursion. "Nous avons découvert toute une variété des coraux: en forme de choufleur, de parasol, de pomme de terre. Mo capave dire ou qui sa journée pou mémorable pour beaucoup parmi nous", dit-il.

 

Doris Sénèque, vous êtes secrétaire d'Eco-sud. Quelle est la cause que votre organisation défend principalement?

Nous défendons toutes les causes qui sont liées à l'environnement. Que ce soit l'environnement marin ou physique Nous voulons sensibiliser les jeunes sur la nécessité de préserver la flore et la faune.

Le parc marin de Blue Bay a été souvent au centre de controverses ces derniers temps. Si vous aviez à vous prononcer sur sa gestion, que diriez-vous?

Je suis un peu optimiste parce que je constate que les poissons ont recommencé à se reproduire dans cette zone. Mais pour ce qui est du plan de gestion qui doit être appliqué par le Ministère de la Pêche pour faire respecter davantage les règlements dans ce parc marin, je regrette qu'aucune mesure n'a été encore prise jusqu'ici pour installer les "traffic ways" qu'empruntent les bateaux pour avoir accès à l'île aux deux Cocos et d'autres zones sensibles. À mon avis, si cela continue ainsi, cela pourrait causer davantage de dommages à notre éco-système.

Selon vous, quelles sont les causes de ce retard?

Il y a trop de lourdeur administrative. Je dois vous rappeler que les règlements pour la gestion du parc marin de Blue-Bay ont été publiés en décembre de l'an 2001 et que pas grand-chose n'a été accompli.

Vous habitez à Blue-Bay, depuis un certain nombre d'années. Avec le nombre de maisons en construction, dans cette partie de l'île. Craignez-vous qu'elle connaisse le même type de développement qui se fait dans la région de Grand-Baie ou Pereybère?

J'ai un peu peur quand je vois le nombre de maisons qui sont construites sans aucune planification, au point que je me permets de m'interroger sur la validité de certains permis de construction qui ont été délivrés par le conseil de district de Grand-Port Savanne. Etant une région qui ne dispose pas d'un tout système de tout à l'égout, je pense que, les habitants sont eux mêmes, victimes d'une mauvaise planification.

Que faudra-t-il faire, à votre avis, pour éviter un tel désastre?

Il faut qu'il y ait un contrôle plus sévère et être plus vigilant avant de délivrer des permis de développement.

Propos recueillis par Jocelyn Rose

L'Express 13 juin 2002