85 contraventions pour pêche illégale


Retour: Nouvelles Locales

Les services de protection du ministère de la Pêche ont dressé 85 contraventions pour pêche illégale depuis le début de l'année. Le ministère de la Pêche se dit " déterminé " à lutter contre le braconnage sur les côtes mauriciennes.

Depuis le 1er janvier 2003, la Fisheries Protection Service a visiblement intensifié ses efforts dans la lutte contre la pêche illégale à Maurice. Les 85 contraventions effectuées à ce jour concernent principalement des pêcheurs qui utilisent des filets sous-dimensionnés ou même interdits (tels que le cast net ou épervier), ceux qui ramènent des poissons de taille inférieure à la norme établie ou encore ceux qui s'adonnent à la chasse sous-marine, entre autres activités illégales.

Ainsi, le 10 mars dernier, les services de protection ont procédé, à Trou-d'Eau-Douce, à l'arrestation d'un " braconnier " et à la saisie d'une senne de 297 mètres. Selon ces services, le filet avait des mailles dont la dimension était inférieure aux normes requises, mesurant entre 4 et 6 cm au lieu des 9 et 11 cm réglementaires. " Ce type de filet est une menace pour l'écosystème ", insiste un Senior Fisheries Protection Officer. Le même jour, les services de protection ont saisi 15 kilos de poisson pêchés illégalement. Signalons que, selon les statistiques du ministère de la Pêche, il y a eu 206 contraventions en 2002, 272 en 2001 et 279 en 2000.

Les services de protection ont fait l'acquisition, cette année, de deux patrouilleurs et de cinq véhicules pour la protection et la surveillance des zones de pêche et des 177 km qui constituent le littoral mauricien. De plus, cette année toujours, 47 recrues sont venues renforcer ces services qui emploient déjà 207 agents, répartis dans onze postes de surveillance à travers l'île.

Le ministère de la Pêche précise que ces agents sont chargés notamment de " combattre la pêche illégale, contrôler les bateaux de pêche et les prises des pêcheurs et s'assurer que les poissons pêchés ne sont ni toxiques ni sous-dimensionnés ". Pour s'en assurer, le ministère de la Pêche explique que les agents des services de protection " patrouillent régulièrement les zones côtières dans le lagon mais aussi hors du lagon ".

Le Mauricien 13 mars 2003