Séminaire sur le tourisme à Rodrigues

Nando Bodha : " Le choix du tourisme est imposé par des exigences économiques "


Return to: Local News

Le séminaire organisé par le ministère du Tourisme sur le développement de cette industrie à Rodrigies a permis de tâter le pouls des différents partenaires. Pour le ministre de tutelle, Nando Bodha, le choix du tourisme à Rodrigues n'est pas un choix politique mais est imposé par les exigences économiques. Du côté des membres de l'Association of Tourist Operators (ARTO), une attitude prudente est affichée quant à l'arrivée de nouveaux venus sur le marché hôtelier à Rodrigues alors que les représentants des forces vives, le décollage touristique offre un véritable ballon d'oxygène à l'économie rordiguaise. Mais l'unanimité s'est faite autour de la nécessité de préserver l'authenticité et la spécificité de Rodrigues. La préservation de l'environnement constitue également un véritable souci à Rodrigues. Le document pour la réflexion de la journée d'hier à l'hôtel Cotton Bay est le plan de développement du tourisme à Rodrigues élaboré par les consultants Deloitte & Touche et financé par l'Union européenne.

Présidant les délibérations, le ministre Bodha a clairement fait comprendre aux partenaires que le profil de l'industrie touristique rodriguaise pour les prochaines années sera arrêté sur la base des discussions du jour. Néanmoins, il a fait ressortir que trois éléments clés doivent être tenus en ligne de compte, notamment la planification, la préservation et l'intégration des Rodriguais à ce développement. " L'objectif est de définir aujourd'hui ce que sera le tourisme à Rodrigues dans les 10 ans à venir ? Les opérateurs veulent-ils une chaîne internationale ou une chaîne régionale ? Quel marché comptent-ils cibler ? Mais il est urgent de définir aujourd'hui les paramètres de ces développements en vue de pouvoir assurer le marketing international de ce produit touristique, qui peut être considéré comme un joyau de la couronne mauricienne " a-t-il fait ressortir.

Nando Bodha a révélé que le ministère se retrouve actuellement avec pas moins d'une cinquantaine de projets hôteliers pour Rodrigues. " Après le séminaire, nous comptons aller très vite dans la sélection des projets qui devront être approuvés par le conseil des ministres. Mais tout projet sélectionné devra inclure une composante majeure d'intégration et assurer une croissance durable et soutenue ", a-t-il fait comprendre. Il a mis l'accent sur le volet de la formation car Rodrigues devra se donner comme objectif de pourvoir un service 5 étoiles en vue d'assurer son image de marque sur le plan international.

Ainsi, le ministre du Tourisme a mis l'accent sur la responsabilité des opérateurs touristiques pour assurer l'intégration de la population dans ce nouveau développement. À ce titre, il a fait état des projets de réhabilitation de certaines zones touristiques à Maurice avec la participation financière des opérateurs. " Les chaînes hôtelières ont été appelées à contribuer une somme de Rs 200 millions pour la région de Grand'Baie. Chamarel deviendra un relais incontournable de l'industrie touristique dans le Sud avec la participation des groupes hôteliers. Avec le projet d'un musée du sucre à Beau-Plan, nous avons l'ambition d'apporter une nette transformation de la région des Pamplemousses. Nous procéderons de la même façon à Rodrigues pour que la population ne se sente pas exclue de ces développements " a-t-il souligné.

Le ministre a saisi cette occasion pour faire état de l'étude d'un important projet de développement hôtelier dans la région du Sud-Ouest de Maurice, notamment dans la région de Bel-Ombre. Suite à la centralisation sucrière, cette région de l'île devra connaître une renaissance économique avec la construction de pas moins de quatre hôtels de standing, nécessitant des investissements de l'ordre de Rs 2,4 milliards, soit quelque 600 nouvelles chambres et avec la création d'au moins 3000 emplois. Le gouvernement ambitionne de transformer Bel-Ombre en un nouveau Grand'Baie. D'autre part, une délégation se déplacera à Agaléga vers la fin du mois dans le cadre de l'exécution d'un important projet de construction de 12 chalets de luxe en vue d'attirer un segment spécifique du marché international.

Juan Charles Rey, représentant de l'Union européenne à Maurice, qui a financé le projet d'étude a déclaré que " le potentiel de développement touristique est une réalité mais que ce développement devrait se faire sous certaines conditions afin que Rodrigues ne subisse pas le même sort que l'Espagne, mon pays. Nous ne souhaitons pas un développement touristique anarchique. Nous avons la possibilité d'éviter les erreurs commises par d'autres ".

En matière de pollution et de dégradation de l'environnement, le ministre Rajesh Bhagwan a rappelé à l'assistance la réalité des choses. " Les bouteilles en plastique, les cannettes de bière ou encore les ordures qui sont jetées dans la nature ne sont pas les seuls œuvres des touristes. Il est aussi évident que nous avons du retard à rattraper dans le domaine du traitement des eaux usées, du contrôle de la pollution des lagons. La lutte pour la préservation de l'environnement devra être l'affaire de tout un chacun à Rodrigues afin que l'environnement ne soit pas un slogan. "

Répondant aux inquiétudes exprimées quant aux options de développement de l'industrie touristique, Rajesh Bhagwan a souligné que " Rodrigues se retrouve aujourd'hui à la croisée des chemins. Ceux qui n'osent pas prendre des décisions rateront à coup sûr le train du développement. Le projet d'agrandissement de l'aéroport est lancé. Des solutions ont été élaborées pour le problème de l'eau et la réfection des routes est en cours. Le développement du tourisme représente un atout pour le devenir de Rodrigues " a-t-il fait ressortir.

Le ministre Joe Lesjongard a donné l'assurance que le nouvel essor touristique ne se fera pas aux dépens des Rodriguais. Le gouvernement envisage de décréter les premières plages publiques à Rodrigues avant de procéder à l'octroi des permis de développement hôtelier. " Li nous devoir protège nous bijou. Avec le mini parlement à Rodrigues, cotte pou prend bann décisions, banne déciders pou besoin éna ène budget. Sa banne développements kuma tourisme piu amène l'argent et pou créer l'emplois pou bann jeunes " a-t-il déclaré. Il a précisé que le type de tourisme pratiqué à Maurice n'est pas de mise dans l'île.

Le ministre des Terres, Mookeshwar Choonee a mis en garde les spéculateurs fonciers à Rodrigues. " Pareil kuma pou éna dans Maurice cotte gouvernement pou engage bann procédures pou récupère la terre de l'Etat qui bann promoteurs pas ine développé, nous pou faire li aussi dans Rodrigues si nous trouve bann spéculateurs. Banne Letter of Intent pou énan ène série de conditions qui banne promoteurs pou besoin respecter à la lettre " a déclaré le ministre des Terres.

A l'heure des débats, les membres de l'ARTO, qui s'étaient concertés à l'heure du déjeuner, ont affiché une attitude prudente sur une trop grande ouverture de l'industrie. Mais Claude Wong So, ancien Island Commissioner et actuel président de l'Airport of Rodrigues, est monté en première ligne pour atténuer les inquiétudes exprimées. Le député Nicolas Von Mally a attiré l'attention sur la tentation d'allouer les meilleures plages aux promoteurs hôteliers. Mais les représentants des forces vives s'en sont tenus à la réalité économique de l'île dans le respect de l'environnement. Ci-dessous des extraits de ces interventions :

Willy Auguste, président de l'ARTO a voulu chercher des précisions sur le target de construction de 200 nouvelles chambres au cours des cinq prochaines années de même que le poids du secteur informel, notamment les gîtes et pensions de famille, dans la

Nouvelle configuration de l'île ;

Désiré Carré, membre de l'ARTO et directeur de Les Cocotiers, s'est appesanti que l'un des principaux éléments du produit touristique rodriguais est l'authenticité. " Les opérateurs de l'industrie touristique dans le monde entier vendent des rêves. Ils doivent en fabriquer. Mais à Rodrigues, nous avons de la chance, le rêve est là. Il ne nous reste qu'à le partager avec les touristes. Mais une valorisation et une préservation de cette authenticité s'imposent car le jour où rodrigues perd cette authenticité, il n'y aura plus de produit touristique rodriguais, " a-t-il déclaré.

Françoise Baptiste, gérante de chambres d'hôte, souligne l'importance d'un service 5 étoiles tout en rappelant le volet consacré à la participation des rodriguais à cette nouvelle aventure économique pour la régénération de l'île. Elle a

ajouté que beaucoup de Rodriguais installés en Australie, envisagent d'investir dans l'île si des opportunités sont créées.

K. Soobrayen de Sunshine Boarding House a fait un véritable plaidoyer pour le statu quo vu les risques que les Rodriguais deviennent des locataires dans leur propre pays. Il se dit en faveur d'extensions aux établissements hôteliers existants au lieu de la construction de nouveaux. " Nous pas besoin Radisson Hotel dans Rodrigues " a-t-il déclaré en mettant, néanmoins, en garde contre les pensions de famille-champignon.

Claude Wong So n'est pas passé par quatre chemins pour faire comprendre aux opérateurs économiques qu'il ne faut pas avoir peur du changement. " Avec les développements à l'aéroport Plaine-Corail, de nouvelles perspectives s'offrent au développement touristique. Il faut voir plus loin. Certes, nous devons maintenir l'authenticité de Rodrigues mais il nous faut niveler par l'excellence et non par le bas. Ne soyons pas pessimistes. Il faut apprendre à réagir avec le temps. "

Karl Allas, président du Rodrigues Council of Social Services, s'est félicité de la vision développée par le ministre du Tourisme. Il regrette que l'île n'est pas dotée d'une salle de conférence susceptible d'accueillir 300 personnes. " Si demain, une firme internationale décide d'animer un séminaire pour ses employés à Rodrigues, avons-nous suffisamment de chambres d'hôtels pour les accueillir, " s'est-il demandé. Il a fait ressortir que l'Incentive Market peut être uin créneau à développer à Rodrigues.

Nicolas Von Mally a souligné que de par sa taille, Rodrigues doit rechercher la qualité au lieu de la quantité : " Le tourisme peut aider à résorber le chômage dans l'île. Mais attention si le développement élimine les Rodriguais des meilleures plages publiques de l'île, des problèmes pourraient surgir. Pourquoi ne pas envisager d'allouer de bonnes plages qui ont connu une certaine dégradation pour réaliser les projets d'hôtels ? Cette démarche permettra une valorisation de ces endroits "

Patrick Leal, propriétaire de Les Cocotiers et Le Tamaris à Rodrigues, est d'avis que le potentiel de chambres d'hôtels est le triple de ce qui a été avancé par les consultants. " Il faut viser le haut de gamme. Les gîtes devront se regrouper pour leur marketing. Le gouvernement investit beaucoup dans l'infrastructure pour accompagner le décollage de l'industrie touristique. Aux Rodriguais de prendre avantage de ces nouvelles conditions. Je ne pense pas que quand il y a des îles, il faut penser petit " a-t-il fait ressortir.

Noël Allas, journaliste, a demandé aux opérateurs d'assumer leurs responsabilités. " Opérateurs besoin pense beaucoup plus loin. Nous besoin capave accéllir à Ridrigues les Jeux des Iles et les Jeux des Villes de l'océan Indien. Nous besoin réussi accommode une partie de la clientèle haut de gamme de Maurice et pas juste dans le tourisme artisanal " devait-il déclarer en conclusion à ce volet du séminaire.


Rodrigues

Des investissements de Rs 700 M pour les cinq prochaines années

Le Tourism Development Plan pour Rodrigues préparé par les consultants de Deloitte & Touche prévoit des investissements de l'ordre de Rs 700 millions dans ce secteur au cours des cinq prochaines années. Cette enveloppe comprend la participation du secteur privé dans la construction de nouveaux établissements hôteliers et également la part du gouvernement au niveau de la mise en place de l'infrastructure nécessaire.

Ainsi, les consultants soutiennent qu'au cours de la période, le secteur privé investira quelque Rs 350 millions pour porter le nombre de chambres disponibles dans l'île à hauteur de 580 contre les 380 actuelles en vue de pouvoir accueillir les 57 000 touristes prévus en une année. Selon les dernières statistiques disponibles, Rodrigues a enregistré l'année dernière 38 000 visiteurs, dont une majorité de Mauriciens et de Réunionnais.

De son côté, le gouvernement sera appelé à investir Rs 250 millions sous le " Programme of Public Sector Investment in Tourism Promotion ". Mais le gros de ces dépenses vise à doter Rodrigues d'un aéroport susceptible d'accueillir des moyens porteurs et d'assurer des liaisons aériennes internationales directes, de la Réunion dans un premier temps. Les deux phases de modernisation de l'aéroport de Plaine-Corail, exécutées sous le contrôle de l'Airport of Rodrigues Limited, nécessiteront respectivement Rs 138 millions et Rs 78 millions.

La première phase des travaux à Plaine-Corail concernant l'agrandissement de la piste d'atterrissage et l'installation d'équipements d'aide à la navigation aérienne devra démarrer au mois de juillet prochain. Une étape majeure a été franchie au cours de la semaine écoulée avec la signature à Rodrigues d'un accord de prêt de Rs 100 millions du Fonds national de Pension à l'Airport of Rodrigues. Ce prêt est assorti de taux d'intérêts de 12% annuellement et est remboursable en quinze ans. La durée des travaux devra varier entre 9 et 12 mois dépendant de la décision que prendront les responsables de l'Airport of Rodrigues suite à une demande d'extension de la durée des travaux par les contracteurs présélectionnés.

La seconde phase des travaux, notamment la construction d'un nouveau terminal pour passagers avec des facilités hors taxes et d'autres facilités aéroportuaires sera livrée aux autorités en 2003. Quatre firmes d'architectes ont été présélectionnées pour le concours de design du nouveau terminal et de la nouvelle tour de contrôle. Dans la journée de vendredi, les représentants de ces bureaux d'architectes se trouvaient à Rodrigues pour une visite du site identifié et pour des séances de travail avec les consultants d'Alexander Gibb and Partners et avec les responsables de l'Airport of Rodrigues. Les propositions de design devront être soumises en juillet prochain pour adjudication.

En sus de son intervention sur le plan des infrastructures, le gouvernement devra prévoir une enveloppe de Rs 15 millions au chapitre de la formation des ressources humaines pour permettre aux Rodriguais de participer au décollage de l'industrie touristique, un budget de Rs 30 millions pour la gestion et la préservation de l'environnement et une autre enveloppe de Rs 25 millions en vue d'améliorer le produit touristique rodriguais.


Rodrigues: un cas en faveur de la pratique d'éco-tourisme

Malgré une faune et une flore extrêmement limitées, les consultants affirment que rodrigues disposent d'éléments qui peuvent pousser vers la pratique de l'éco-tourisme. Le bilan de la situation dressé est que " of the original wildlife, only fruit bat and two bird species, the fody and the Rodrigues Warbler remain. The bat colonies are found in twio heaily wooded areas at Cascade Pigeon and solitude. Seabirds such as the noddy, fairy term and frigate birds can be spotted on the offshore islands. Most of the endemic plants have disappeared ".

Mais au-delà de ces problèmes, Rodrigues peut offrir aux amateurs d'éco-tourisme une certaine satisfaction. Des propositions de " Walking and Biking Tours " dans le Sud-Est de Pointe Coton à Mourouck, à l'Ouest de La-Ferme à Baie Topaze en passant par Baie Lascars et au centre de l'île de Mont-Lubin à La-Fourche-Corail. L'attraction principale demeure Caverne Patate alors que la possibilité de stopper les activités à la carrière de coraux de Plaine-Corail est évoquée au chapitre de la préservation. " The coral stone quarry should be used to extract coral stone for crafts and not for buildiong. The costs are too high compared to cement blocks " souligne le Plan.

Au chapitre des réserves naturelles, les consultants mettent l'accent sur la nécessité d'une meilleure vulgarisation des sites de même que la formation de guides et un meilleur balisage des sentiers pour faciliter l'exploration des sites. La réserve naturelle d'Anse Quitor à côté de l'aréoport couvre une superficie de 30 hectares. Déclarée zone naturelle depuis 1983, la région d'Anse Quitor héberge des spécimens endémiques qualifiés d'uniques. Les caves d'Anse Quitor sont en bien meilleur état que celles de Caverne Papate et l'objectif est d'assurer un contrôle sur le nombre de touristes visitant cette région à l'avenir.

Deux projets, soit la réserve de tortues géantes dans le Sud-Ouest de l'île à Anse-Quitor et la création d'un jardin botanique à Cascade Mourouk, sont actuellement à l'étude et une fois réalisés devront permettre aux amanteurs d'éco-tourisme de bénéficier de nouveaux attraits. Pour le projet de réserve de tortues géantes, le promoteur Owen Griffith prévoit la réintroduction de cette espèce de tortues dans l'île de même que des visites organisées dans des caves de l'île. Une superficie d'une vingtaine d'hectares a déjà été identifiée à Caverne Thiule et pour être viable le projet devra être en mesure d'attirer quelque 25 000 visiteurs annuellement.

Ces deux projets sont considérés comme étant compatible à la nouvelle vocation touristique de l'île. " If Rodrigues is to offer a different experience to meet the aspirations and requirements of a substantially increasing number of visitors, new activities to meet demand will be required. Investment in envirponmentally compatible attractions to absorb visitors will be required " note le schéma directeur du tourisme.

Un contrôle strict devra être exercé quant à l'accès à Ile aux Cocos pour des besoins écologiques. Actuellement, le nombre de visiteurs est de 11 000 annuellement " Ile aux Cocos is a birds nesting reserve along with Ile aux Sables (closed to the public). The number of tourists should be kept low considering that the accessible part of the island is quite small and encouraging tourists to picnic on île aux Cocos may be disturbing " préviennent les consultants, qui rappellent que les rares plages publiques sont très prisées par la population les week-ends.

Par ailleurs, Port-Mathurin, le chef-lieu de Rodrigues, est appelé à subir un véritable

Lifting pour une remise en valeur de son héritage architectural et culturel. Les consultants préconisent l'adoption du modèle de Civic Trust en Grande-Bretagne dans ce projet. " There may be scope for encoyraging such preservation by tax reduction schemes for building materials such as timber paint and iron materials. An alternative could be street conservation schemes that encourage self-help, and which demonstrate the benefits that flow from it, such as operated in other countries e. g. in Britain by Civic Trust "

La Résidence, qui est actuellement utilisée actuellement comme le bureau de l'Island Secretary, est considérée comme la pièce maîtresse dans le projet de renouveau touristique. " The Residence is of such importance that we are proposing that it forms the focal centre for Tourism in port Mathurin. " L'idée est de transformer l'organisation spatiale autour de la Résidence à Port-Mathurin avec l'élimination des murs autour de cet immeuble historique et la création d'un jardin reliant le front de mer tout en préservant l'atmosphère typiquement rodriguaise de cette partie de Port-Mathurin.

Le projet de construction d'un musée d'histoire et de la culture de Rodrigues à l'angle des rues Morruson et Duncan a déjà été estimé à Rs 20 millions.

Ces projets, dont également la rénovation du marché, fait parti du " Tourism and Heruitage Concept for Port-Mathurin.


Les contraintes au développement touristique à Rodrigues

Les principales contraintes identifiées par les consultants sont entre autres le potentiel d'eau potable, l'" Air Access et les marchés touristiques et la mobilisation du capital pour les nouveaux investissements. Dans le rapport qui a été présenté hier aux différents partenaires de l'industrie, les consultants passent en revue ces différents problèmes et évoquent des solutions.

D'emblée, les consultants de Deloitte & Touche soutiennent que " water supply and carrying capacity are challenges that have to be met and to be dealt with in future developement in Rodrigues " Ils vont jusqu'à soutenir qu'en l'absence de plan pour régler le problème d'eau, un moratoire sur le développement touristique dans l'île devrait être envisagé. Entre-temps, les promoteurs de projets hôteliers seront appelés à assurer par leurs propres moyens la fourniture d'eau pour les besoins de leurs activités.

Le plan de développement touristique se penche sur la nécessité d'une révision des tarifs aériens pratiqués sur le secteur par Air Mauritius tout en évoquant la possibilité de prévoir des taifs préférentiels à l'intention des Mauriciens. Une meilleure formule en vue de faciliter le transit à Maurice des touristes étrangers se rendant à Rodrigues est considérée comme une priorité.

Au chapitre du marketing du produit touristique rodriguais, Deloitte & Touche rappelle que " the principal implication is that Rodrigues has to win over a substantial number of first-timers holidaymakers every year " Il fait ressortir qu'à part quelques Tour Operators notamment en Europe, particulièrement en France, la destination touristique de Rodrigies n'est pas vendue sur les principaux marchés ciblés par Maurice.

Mais l'un des plus gros problèmes pressentis demeure au niveau de la mobilisation des capitaux pour construire de nouveaux hôtels. " Our analysis of the viability of hotel development leads us to the view that hotels are not particularly attractive investments in Rodrigues " affirment les consultants, qui ajoutent que la marge de profits est relativement restreinte avec la profitabilité axée principalement sur des taux d'occupation raisonnables

Les consultants sont arrivés à la conclusions que l'hôtellerie à Rodrigues dispose actuellement d'une " Over Capacity avec le taux d'occupation variant entre 40 et 60 %. Ils attirent l'attention sur le fait que les autoités devront se montrer extrêmement prudentes dans l'allocation de nouveaux permis de développement hôteliers à Rodrigies. Néanmoins, ils reconnaissent que plusieurs demandes de permis ont été logées auprès du ministère du Tourisme et que pas moins de huit de ces projets sont situés dans la région du Sud-est de l'île, soit entre Pointe Coton et Pâte Reyniex. " New developments should be assessed against a rigorous set of environmental, social and design criteria. Only those projects that are compatible with sustainable island development and give added value should be approved " affirment-ils. Pour contourner cette contrainte, le rapport soumet toute une série de propositions, dont entre autres le développement de grans établissements, soit des hôtels de plus de dix chambres dans des régions sopécifiques, notamment Port-Mathurin, Anse aux Anglais, Gravier et Pointe Coton. Ces projets devraient être dotés de leurs unités de dessalement de l'eau et autres sustèmes pour disposer des ordures et autres eaux usées.

Un autre volet concerne les projets de gîtes et de " Guesthouses " selon des règles bien établies. La mise en opération de cette catégiorie d'hébergement touristique est considérée comme le moyen par excellence pour faire les Rodriguais devenir partie prenante de l'industrie.

Les consultants mettent davantage l'accent sur la nécessité de préserver et de conserver l'environnement à Rodrigues dans le cadre de ce nouveau développement. Une des mesures recommandées est des restrictions sur les déplacements des 4x4 à travers l'île.

Le rapport Deloitte & Touche fait état de la nécessité d'une remise en ordre et d'un meilleur contrôle sur le développement de fîtes et autres " Guesthouses " à travers l'île. Des accords devront être passés avec Gîtes de France et Clevacances pour assurer le respect de normes reconnues internationalement en la matière.

 

Le Mauricien

13 mai 2001