Téléphérique au Morne CPM: "TMK est du côté du promoteur"


Retour: nouvelles locales

Le Collectif pour la préservation du Morne (CPM), qui s'oppose au projet de téléphérique au Morne-Brabant, a allégué que le ministre des Arts et de la Culture, Joseph Tsang Mang Kin, est du côté du promoteur, Innovative Leisure Ltd. "Il n'y a aucun doute", a souligné Gaëtan Jacquette, un des dirigeants du Rassemblement des organisations créoles (ROC) lors d'une conférence de presse vendredi. Il était entouré de Vijaya Teelock, historienne, et d'Yves Pitchen de l'association Art Jonction.

Selon M. Jacquette, TMK a donné l'impression d'être en faveur du projet de téléphérique à l'issue de la deuxième rencontre ministère de la Culture/Forces vives jeudi dernier. "A la première réunion, il y avait un doute. C'était ensuite tout à fait clair", a soutenu M. Jacquette. Lors de cette rencontre, Jean-Pierre Dufoix, expert de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), chargé de soumettre un rapport sur ce projet, était présenté aux opposants au projet. "Nous n'avons même pas eu l'occasion de lui adresser la parole", a souligné Gaëtan Jacquette. Selon lui, TMK a fait venir l'expert de l'UNESCO "pour promouvoir le projet".

Le soutien de l'ambassade de France au Musée de l'esclavage qui fait partie du projet est "embarrassant", a déclaré M. Jacquette. Il rappelle que le parlement français à condamné l'esclavage. "Aujourd'hui, l'ambassade de France se met du côté des promoteurs privés, descendants des propriétaires d'esclaves", dit-il. Le dirigeant du ROC demande la publication du rapport de M. Dufoix. "Le ministre a agréé à cette demande. Nous espérons qu'il respectera cet engagement", déclare M. Jacquette.

Yves Pitchen a rappelé les remarques et les critiques d'Art Jonction sur ce projet de téléphérique au Morne du point de vue environnemental, économique et culturel. "Il s'agit d'anti-développement. Les derniers espaces vierges sont accaparés pour en faire des boutiques (…) la situation est alarmante, on ne peut transformer l'identité mauricienne en supermarché", a-t-il déclaré. M. Pitchen a mis l'accent sur le soutien de nombreuses personnalités internationales à l'action du CPM - historiens et anthropologues - qui ont signé la pétition contre le projet de Innovative Leisure Ltd. Yves Pitchen a annoncé la création d'un site internet et d'un forum pour recueillir les réactions par rapport au projet de téléphérique.

Mme Teelock a souligné dans son intervention l'importance du Morne comme site historique et a trouvé "scandaleux" de créer un musée de l'esclavage "sans travail sérieux". Elle note que l'institution d'un tel musée avec un droit d'entrée constitue à nouveau le "commerce de l'esclavage". Mme Teelock demande que le site choisi pour le projet de téléphérique soit un lieu de recueillement et pas un site touristique. "Si des fouilles sont entreprises, on retrouvera certainement des restes d'esclaves marron qui vivaient au sommet", a-t-elle déclaré, avant de souhaiter que le gouvernement proclame ce lieu site historique et empêche le développement d'autres projets touristiques dans cette région.

Notons, par ailleurs, l'absence des représentants de l'Association socioculturelle Rastafari (ASCR), initiateur du Collectif pour la préservation du Morne.

 

Article paru dans l’édition du lundi 14 février 2000 du quotidien Le Mauricien