Le téléphérique du Morne divise le gouvernement


Retour: Nouvelles Locales / Le Morne

Un spectacle pour commémorer le 165e anniversaire de l'abolition de l'esclavage a donné lieu hier à des propos divergents de deux membres du gouvernement sur le projet d'Innovative Leisure Ltd au Morne.

Le ministre délégué Hervé Aimée a publiquement pris position contre ce projet touristique. Il a déclaré qu'il ne croit pas que ce lieu "se prête aux réjouissances étant donné son importance dans l'histoire des esclaves". M. Aimée a fait un appel au ministre des Arts et de la culture Joseph Tsang Mang King pour qu'il informe le gouvernement de la "réticence des habitants du Morne à ce projet".

Lui donnant la réplique, ce dernier a expliqué que le gouvernement attend un rapport d'un expert de l'Unesco sur ce projet avant qu'une décision ne soit prise. Il faut pouvoir allier les impératifs économiques à la préservation du patrimoine, a toutefois fait ressortir M. Tsang Mang King. Les deux parlementaires intervenaient lors d'un spectacle organisé par le Centre culturel africain sur la plage publique de Flic-en-Flac, hier.

Le ministre délégué a concédé que la région du Morne a besoin d'un développement touristique, mais qu'il faut respecter "certaines limites".

Quelque peu pris au dépourvu par cette prise de position de son camarade de parti, M. Tsang Mang Kin a, lui, choisi d'être bref sur cette question. Il a indiqué qu'il a écouté les arguments avancés par les promoteurs du projet ainsi que ceux des opposants. C'est à la suite de cet exercice qu'il a demandé l'avis d'un expert de l'Unesco, qui devra soumettre son rapport dans les jours qui viennent, a-t-il dit.

Le ministre a tenu à souligner l'aspect économique que comporte ce projet de loisirs. Le projet d'Innovative Leisure Ltd, dont le promoteur est M. Francis Piat, comprend un téléphérique, un parc de loisirs, des restaurants sur le sommet du Morne. Les opposants au projet avancent des raisons historiques, culturelles et écologiques.

Myette AHCHOON

Article paru dans l’édition du 14 février 2000 du quotidien mauricien L’EXPRESS