BIODIVERSITÉ Un "Super grillage" pour sauver nos forêts


Retour: Local News

Pour protéger nos plantes, les autorités vont installer dans quelques jours un super grillage (Super-Fence) dans le parc national de Rivière-Noire. "Le Super-Fence est une amélioration de la technique des Conservation Management Areas commencée en 1996, dans le cadre du projet de la restauration des forêts primitives mauriciennes", explique Karl Jones, directeur scientifique de la Mauritius Wildlife Foundation, responsable du projet sous la supervision du National Parks and Conservation Service, (NP&CS) du ministère de l'Agriculture.

Méthode de conservation in-situ, la technique consiste à clôturer une partie de la forêt primitive dans le parc national de Rivière-Noire. Il y en a actuellement une dizaine. Les plantes envahissantes, telles que les goyaves de Chine et les privets, seront ensuite arrachées à la main, afin de permettre aux plantes indigènes de se propager dans leur milieu naturel. Le grillage tient à l'écart les cerfs, les cochons-marrons et les lièvres.

"Avec cette technique, non seulement de grandes parties de la forêt primitive ont été restaurées, mais on a également observé le retour d'oiseaux et d'insectes dans leur habitat naturel ", ajoute Yusuf Mungroo, directeur du NP&CS.

Le Super-Fence empêchera aussi les petits animaux, rats et mangoustes, de passer dans ces zones, explique Karl Jones : "Si nous réussissons, nous pourrons restaurer nos forêts telles qu'elles étaient il y a 400 ans."

La technique est importée de Nouvelle-Zélande où elle a fait ses preuves. "Ici, il s'agira de tester l'efficacité de cette technique non seulement pour éliminer les petites nuisances mais aussi pour résister aux cyclones", poursuit Karl Jones.

Tout comme le projet de restauration de la forêt primitive, le projet de super grillage, sera financé par le Programme des Nations unions pour le développement et la Global Environment Facility.

"En plus de l'intérêt de ce projet sur le plan de la recherche mondiale, s'ajoute la possibilité de faire figurer ce super-fence dans le cadre d'un projet d'éco-tourisme", explique Karl Jones.

Patrick YVON

300 espèces indigènes

L'île Maurice est le troisième pays au monde à posséder des espèces de plantes les plus menacées de disparition, affirme la World Conservation Union, qui milite pour la sauvegarde de la flore et de la faune en voie d'extinction. Les deux autres pays sont Hawaï en Polynésie et les îles Canaries situées dans l'océan Atlantique.

Des 700 espèces de plantes florifères que l'on trouve à Maurice, 300 sont indigènes. Près de 40 % d'entre elles sont menacées par des plantes envahissantes qui les étouffent dans leur milieu naturel, et par les animaux qui empêchent leur regénération. Des 44 espèces de vertébrés répertoriées sur le sol mauricien, 21 ont complètement disparues, dont le fameux Dodo et la tortue géante.

Concernant la biodiversité de notre écosystème marin, 1 656 espèces appartenant à 290 familles ont été répertoriées jusqu'ici. Toutefois de nombreuses espèces de notre diversité terrestre et marine restent à classer en vue de leur possible conservation.

C'est ainsi que depuis les années 80, des efforts ont été intensifiés non seulement pour préserver les espèces menacées mais aussi pour restaurer leur habitats dégradés.

 

L'Express 15 juillet 2001