Sur ordre du ministère de l'environnement: Arrêt temporaire des travaux (golf) à l'île-aux-cerfs


Retour: Nouvelles Locales / Ile aux Cerfs

Des cadres du ministère de l'Environnement et du Centre de Recherches d'Albion, après un constat effectué à l'Ile-aux-Cerfs, hier, ont établi que les travaux pour le parcours de golf sur cette île comportent des manquements et des irrégularités par rapport au Environment Impact Assessment Permit. Sont notamment mis en cause les écrans géotextiles qui, estime-t-on, n'offrent pas la protection attendue parce que mal placés alors qu'il est souligné que Kerzner International, promoteur des travaux, ne possède pas un Environment Impact Assessment Permit (EIA) en bonne et due forme pour l'installation d'un tuyau dans la mer, de l'hôtel Touessrok à l'Ilot-Mangénie ; un tuyau qui, selon la Pleasure Craft Association, pourrait provoquer des accidents en mer. Le ministère de l'Environnement a, en conséquence, ordonné l'arrêt immédiat des travaux. Une mesure temporaire, souligne-t-on, en attendant des mesures correctives des promoteurs.

La visite de cadres du ministère de l'environnement a eu lieu mercredi dernier à la demande de la Pleasure Craft Association qui regroupe une trentaine de propriétaires de bateaux dans cette région. Ces derniers, qui organisent des traversées en mer pour les touristes, notamment jusqu'à l'île-aux-cerfs allèguent que des eaux boueuses envahissent le lagon et que l'installation d'un tuyau dans le lagon constitue un danger potentiel pour les opérateurs de bateaux.

C'est donc après une visite du chantier en vue de l'aménagement d'un parcours de golf sur l'île que les officiers du ministère de l'Environnement ont conclu que les écrans géotextiles étaient mal placés tant sur le chantier que dans la mer, ce qui a permis à une eau boueuse, en provenance des fouilles et du dragage effectués, de se répandre dans le lagon. " Les écrans géotextiles ne protègent pas convenablement le lagon lors des opérations de dragage et n'obéissent pas aux conditions imposées par le EIA ", soutient-on au ministère.

Vu que cela constitue un manquement grave aux conditions imposées, le ministère de l'Environnement a ainsi réclamé l'arrêt immédiat des travaux sur le site. C'est une mesure temporaire, affirment toutefois des hauts cadres du ministère, qui sera enlevée dès que les promoteurs auront pris des mesures correctives par rapport aux manquements qui leur ont été reprochés dans une correspondance officielle. Ce courrier mentionne également le tuyau qui servirait à approvisionner l'Ilot-Mangénie en eau. Le ministère de l'Environnement indique que l'installation de ce tuyau ne figure pas sur le EIA Permit et que le ministère de la Pêche sera avisé de la situation, en vue d'autres mesures éventuelles.

La Pleasure Craft Association soutient, pour sa part, que différents travaux sont en cours dans le lagon, dont la construction d'un pont entre l'Ile-aux-Lièvres et Le Touessrok. " Zotte pé range enn pont et nou bateau pas pou capave passe emba là ", indique Jude Séblin, qui, à propos du tuyau, est catégorique : " C'est une obstruction et il y aura des accidents ". M. Séblin dit sa colère et sa révolte à propos des fouilles : " Ena la terre partout et quand marée basse qui ou trouve sa. " Concernant la structure sur l'île pour les beach-hawkers, il estime qu'il ne pourra pas les abriter tous. " Les beach-hawkers sont au nombre de 31 et seulement 17 y auront de la place ", avance-t-il.


Kerzner International: "Arrêt temporaire pour permettre une action immédiate"

Dans une déclaration au Mauricien, le promoteur des travaux en cours sur l'île aux Cerfs, Kerzner International affirme que les travaux sur le site ont été temporairement stoppés pendant la visite des différents ministères mercredi dernier pour permettre une action immédiate quant à la rectification des écrans géotextiles. Les travaux ont ensuite repris normalement et à ce jour aucun ordre d'arrêt n'a été reçu des ministères.

" Les écrans géotextiles autour du site ont été mis en place depuis le début des travaux conformément aux préconisations du rapport EIA ; nous reconnaissons cependant qu'ils n'ont pas été maintenus en place de manière adéquate. Le nécessaire a été fait en vue de remédier à la situation ", soutient le service de presse du groupe hôtelier. Et d'ajouter que " la canalisation d'eau déjà existante entre le Touessrok et l'Ilot-Mangénie, n'ayant pas été utilisée pendant la fermeture de l'îlot et de l'hôtel, a nécessité des travaux d'entretien non-prévus au contrat et de ce fait non-listés dans le rapport EIA ".

 

Le Mauricien 18 Octobre 2002