ENGAGEMENT DE BÉRENGER


Retour: Local Environmental News



L’Etat compensera les pêcheurs avant la fin du mois

Estimant que les pêcheurs sont les "sacrifiés du développement", le ministre des Finances a promis de corriger la situation avec notamment un plan de pension.

Les pêcheurs de Port-Louis toucheront avant la fin de l’année leur compensation relative à la pollution de la mer autour de la capitale . C’est l’assurance donnée par le vice-Premier ministre et ministre des Finances, M. Paul Bérenger. Tout sera mis en oeuvre pour payer la compensation avant Noël, a-t-il promis lors d’une rencontre, hier, avec les pêcheurs du pays .

Le ministre des Finances s’est refusé à divulguer les conclusions du rapport Forget sur la pollution marine à Port-Louis, avant d’en avoir discuté au conseil des ministres. Le ministre de la Pêche, M. Sylvio Michel, souligne tout de même que la somme qui sera payée comme compensation aux pêcheurs de Port-Louis est "importante". Quelque 313 pêcheurs sont éligibles à cette compensation. Ils continueront, comme promis, à toucher leur allocation mensuelle de Rs 2 000 jusqu’à ce que le rapport Forget soit entériné.

L’ancien chef juge Jocelyn Forget a soumis, vendredi, son rapport traitant de l’incidence de la pollution marine sur la pêche dans la région allant de Pointe-aux-Sables à Baie-du-Tombeau.

Les pêcheurs des bancs, eux, ont touché vendredi Rs 4 000 chacun en guise d’aide provisoire pour les fêtes de fin d’année. Ils sont environ 850 à pêcher sur les bancs. Ils éprouvent des difficultés à trouver de l’emploi en raison de leur surnombre par rapport aux cinq bateaux opérant sur les bancs. Ils ont également du mal à concurrencer les Malgaches sur le plan des salaires.

"Je suis venu vous demander de ne pas perdre espoir. A partir de l’année prochaine, nous nous concentrerons sur votre cas," a déclaré à l’assistance M. Bérenger. Il a demandé aux pêcheurs de faire preuve de patience et de collaborer.

Il souligne également que la création d’un Fonds de bien-être pour les pêcheurs est une idée qu’il a avancée. Le ministre des Finances dit soutenir sans réserve l’idée d’un plan de pension pour pêcheurs et d’un centre pour gens de mer. Ce centre sera construit sur un terrain municipal adjacent au centre sportif de Roche-Bois.

Le secteur de la pêche est un des sacrifiés du développement de Maurice, tout comme l’archipel des Chagos a été le sacrifié de l’indépendance, estime M. Bérenger. "On ne s’est pas occupé des pêcheurs artisanaux, qui sont au nombre de 2 300," a dit le ministre.

Le vice-Premier ministre se dit très optimiste sur l’avenir du secteur de la pêche. Evoquant les initiatives pour régénérer le lagon, il a fait remarquer que d’ici 2003, les centres d’assainissement de Montagne Jacquot et de Grand-Baie permettront de freiner la pollution du lagon.

On devra mettre une fin définitive à l’extraction du sable corallien. Les extracteurs, eux, seront redéployés dans d’autres sphères d’activités.

Parlant toujours des projets à venir concernant la pêche, le ministre a déclaré que le gouvernement accélérera les négociations pour récupérer l’archipel des Chagos. Outre une meilleure exploitation des eaux de Chagos, d’Agaléga et de St-Brandon, Maurice explorera les réserves de poisson dans les grandes profondeurs. En même temps, l’unité des garde-côtes sera remaniée et sa capacité logistique renforcée pour une surveillance plus effective de la zone économique exclusive.

L’aquaculture sera privilégiée. Trois fermes seront mises sur pied à titre d’essai avec le support de l’université australienne de Quentin. En même temps, la mise en place de fermes intégrées aquaculture-viviculture-culture maraîchère sera encouragée. Les pêcheurs devront se former et se spécialiser pour relever le défi. A cette fin, le gouvernement étudie avec grand intérêt la proposition des autorités japonaises d’ouvrir une école de pêche à Maurice.

L'Express, 18th December 2000