Le projet de 152 chalets d'Arcon sur les deux îles d'Agaléga, De la poudre aux yeux…


Retour: Nouvelles Locales

Ce qui avait été présenté à l'issue de la dernière réunion du Fast Track Committee présidé par le Premier ministre, le 18 février dernier, comme un grand projet hôtelier à Agaléga au coût de Rs 9 milliards, ne serait que de la poudre aux yeux visant à faire croire que les investisseurs se bousculent pour venir mettre leurs capitaux à Maurice. Week-End a, en effet, découvert, après recherches, que la compagnie sud-africaine Arcon, qui est supposée se spécialiser "in wild life and gain related projects throughout South Africa" n'est qu'un cabinet d'architectes, et que les propres documents du Board of Investment précisent qu'il s'agit de "only an expression of interest from Arcon, no detailed project has been submitted".

Une visite du site d'Arcon comporte un bref descriptif de la compagnie. Pas de nom d'un quelconque responsable, à part un enquiry form. C'est à travers ce formulaire que Week-End a sollicité des détails sur le projet d'Agaléga en fin de semaine. La réponse est venue d'une certaine Désirée Kruger, qui ne décline pas ses responsabilités au sein de la compagnie, en ces termes: "The Agalega project has been formulated and we would be delighted to furnish you with any information you require about this exciting project once our studies are complete". Le Fast Track Committee avait fait croire qu'il s'agissait d'un projet ferme, mais la compagnie elle-même parle d'études qui ne sont pas complétées.

Il ne nous a pas été possible d'établir les contacts locaux d'Arcon. Mais ce qui est clair, c'est que ce sont probablement des promoteurs d'ici qui ont soumis une "expression of interest" au BOI en copiant le projet, gelé, d'Ireland Blyth. Sauf que si celui d'IBL comportait 15 chalets, un centre de pêche, une boat house et une aire de jeux, l'emploi de 40 personnes dont 60% de résidents, une unité de dessalement d'eau de même que de traitement des eaux usées, la réhabilitation de la cocoteraie, le tout sur 25 arpents, superficie généralement accordée à Maurice à ce type de développement, le préprojet d'Arcon est d'un gigantisme scandaleux et visiblement irrespectueux de la spécificité locale et ignorant des réalités locales à Agaléga.

Voyons ce qui a été proposé au BOI: 152 sites sur les deux îles, nord et sud d'Agaléga, avec cette précision qui devrait faire sourire ceux qui n'arrêtent pas de dénoncer le revirement de l'Alliance sociale sur les projets Integrated Resort Scheme. Arcon, ou du moins son satellite à Maurice, dit que ces 152 sites "will be sub-leased by the promoters to third parties for development of residential units". Pour 15 chalets qui devaient être loués aux touristes, c'était du "bradage d'un patrimoine géostratégique", selon Navin Ramgoolam avant les élections de juillet 2005. Mais ici, ce sont 152 sites sur l'ensemble des deux îles qui seront sous-loués à des étrangers par les promoteurs.

Autres aspects du préprojet: 120 sites sur la plage de 1 hectare chacun et deux réservés à des espaces commerciaux sur l'île du nord et 30 autres sur la plage de l'île du sud. Les promoteurs ont aussi évoqué la construction d'une marina, le rehaussement de la piste d'atterrissage, alors que dans son état actuel, elle peut accueillir des avions type Beachcraft que possède déjà IBL, qui l'avait d'ailleurs acheté pour son projet de chalets à Agaléga, lequel a été gelé le 14 octobre 2005. Les promoteurs ont aussi annoncé la rénovation de la "clinique" et de l'école d'Agaléga, l'aménagement de "tented camps", d'un bureau des douanes, de boutiques, et la réfection de routes et autres infrastructures.

Il est à noter que de hauts fonctionnaires ont exprimé des réserves sur l'application du programme IRS à Agaléga et ont soutenu qu'ils ne sont pas conformes à ce qui est pratiqué jusqu'ici. Pour satisfaire les besoins d'Arcon, "this would require either amendment to the IRS Regulations or the setting up of a separate scheme catering only for Agaléga".

Ce n'est pas tout. Les mêmes familiers du dossier ont également souligné que "promoters have requested to have long-term lease (99 years) of the two islands of Agaléga form the Government. As per existing regulations, IRS development should be carried out exclusively on freehold land". Sur la vente des "bare lands", ils notent que "presently sale of bare/unserviced land by promoters is not allowed under IRS".

Autres réserves exprimées, celles portant sur la superficie. "Arcon proposes to develop beach sites of 1 hectare each. However, a single plot cannot exceed 0,52 hectares or 1 arpent 25". Même critiques sur l'impact environnemental de la "marina". Il est également à noter que c'est le bureau du Premier ministre qui aura à trancher une autre demande scandaleuse qui figure dans le préprojet d'Arcon, celui de vols directs privés à Agaléga de n'importe quelle destination.

Il est intéressant de prendre connaissance des conditions d'Arcon lorsqu'on sait ce que l'opposition avait débité au Parlement sur le projet du groupe mauricien IBL à Agaléga l'année dernière. Cela prend des allures de vraie supercherie avec un nom comme Arcon…

 

2 avril 2006