INTERVIEW OF PROFESSOR
TARIQ RAMADAN – ISLAMIC SCHOLAR
“ Rather than an ecology of fear
we should strive for an ecology
of principle”

Nicholas RAINER – L’Express 5th of August 2009

 

 

The eminent intellectual found some time in his hectic schedule to talk to us about the sort of spiritual awareness it will take to save the planet. It’s all about going back to basics, apparently.

You’re well known as an Islamic scholar, less so as an environmentalist. Where does your talk entitled, “Ecology and Citizenship: When the universe comes together” fit in?

I’ve been writing about ecology and our ways of dealing with nature for the past 25 years. In all the religious traditions there’s the message that you have to respect nature that you have to be very aware of the principle of respect towards Creation. This is as important as praying. Having said we live in a time where we have to deal with natural catastrophes, with global warming, that are arising because of the way we’re destroying nature.

All of this should encourage us to ask ourselves how can we promote ethics in all its dimensions and how can we be consistent in our values not only as religious people, but also as atheists and agnostics. That’s what I’m trying to do: to show how, as human beings, we can share these goals. In this consumerist society, it’s more sorely needed than ever before. As citizens we have a responsibility to be involved not just in society but also in the environment. This is why we have to come together and take some decisions, about ethics in the economy, ethics in politics, ethics in all activities, in order to protect nature.

There is a wide consensus that we urgently need to change the way we live if we are to save the planet. Yet governments have been sluggish at best in addressing the issue. What sort of decisions do you have in mind?

You need the political decisions when it comes to global warming, to transnational corporations and the way they treat the environment; we need these regulations. At the same time, we have to change our way of life and to do that we have to change our mindsets and mentalities. There’s perhaps a need to come back to the essential teachings of our religions rather than the more formalistic aspects. It’s not just talking about praying and fasting but about the essence of religion. Our relationships with the scriptural teachings and lessons of our respective religions help us to change our mindsets because the essence of religions is about respect.

In secular society, we need to develop a new understanding of what we understand by philosophy and ethics. Philosophy is all about the essential question, ‘Why? ’. Why are doing what we are doing? Are we only consumers or do we have shared principles? This is also where civic education is important.

We have rights but we also have responsibilities and duties not just towards other people, but towards nature too. For centuries we have been talking about interpersonal relationships between man and man, but now we have a third partner: nature.

We need a natural contract to complement the social contract. Without a natural contract we are all going to be destroyed.

In Western Muslims and the future of Islam , you speak of “ an ecology of management” rather than “ an ecology of protection”. At this stage any type of ecology seems desirable, why do you discriminate between the two?

What we have now with all the new Green parties and other political trends are based on the knowledge that humanity is reaching its limit, that we’re destroying nature and creating catastrophes.

The ecological mindset is that we have to protect nature to protect ourselves. This is not the only approach. Rather than an ecology borne of fear we should strive for an ecology of principle. Once again, respect is the essence of spiritual teachings. Respect for people and nature. It’s not about having a relationship with nature based on power but on understanding.

Nature is the mirror of your spiritual journey, the way you treat it reflects the way you are with yourself.

There was hope that economic crisis that recently rocked the world would do away with the current exploitative world system. Yet the banks have been bailed out, speculation is back in fashion and business as usual has resumed. Will we ever learn our lesson?

We’re dealing with the crisis with structural reforms rather than changing the essence of the economic system. There’s a talk of ethical capitalism. I have a problem with that. Ethical capitalism is a contradiction in terms.

A bit like civil war or compassionate conservatism…

Capitalism is without ethics because it eschews regulations. How are you going to regulate a nonregulated system? It’s about certain people trying to protect their interests. During a meeting I attended at the European Union someone came up with an interesting definition. He said that we needed an ethical social market.

We’re playing with words rather than going back to principles and responsibilities. If we want to change the system we have to understand that our way of life in industrialized society is unsustainable and that we shouldn’t just export it everywhere. As soon as the crisis hit, we turned to the World Bank (WB) and the International Monetary Fund (IMF), the same two institutions that promote the system that is destroying the planet.

Sustainable development is all the rage nowadays. Everyone, including the WB and IMF, bandies it with wanton abandon. Is it a realistic ambition?

I’m quite critical about these wordings. I really think we have to question the very meaning of development.

If it’s just about economic growth with the word sustainable attached to it because we’re adding social and environmental dimensions to it then the situation will remain unchanged. At the end of the day, even the United Nations is saying that we have to change the parameters of development to include well- being. That’s one way to question the concept of development.

How can the individual go about fostering the values necessary to ease the pressure humankind is exerting on the planet?

That’s what we want to do when we try to connect citizenship and ecology. From a religious viewpoint - whether you’re a Christian, a Jew, a Muslim, a Hindu or a Buddhist – there are principles and teachings which can help us, with such questions as ‘what are you eating?’, ‘what are you buying?’ and, generally, ‘what are you doing?’. This personal commitment is something we have to recapture. In Western philosophy - from Socrates to contemporary philosophers - we can find a very deep commitment to rationality that says we can’t go on like this. When Jean Paul Sartre said that there’s no God he was talking about personal morality. You have to ask yourself, “If I’m doing this, can the whole of humanity do the same?” We must to get rid of the superficial conflicts at the periphery of our traditions and to come to the essence, to tell the individual that he has a responsibility, be it in terms of what he eats, acts or how he shows solidarity. It’s not only about rights but also about obligations.

 

 

 

 

 

Le Mauricien 15/08/09

BALACLAVA Hôtel InterContinental

 

Des dégâts aux récifs coralliens pour ouvrir un passage décriés

Des pêcheurs dénoncent les travaux actuellement en cours pour briser des récifs coralliens afin d'ouvrir une "passe" à Balaclava, à proximité du parc marin, par les promoteurs de l'hôtel InterContinental, Lateral Holdings. Ces travaux, réalisés à l'aide de bulldozer, portent atteinte à l'environnement marin et à l'écosystème, disent-ils.

Ces pêcheurs dénoncent également les accords signés par deux groupes, l'un composé de 155 pêcheurs et l'autre de 151, pour recevoir des compensations de Rs 10 000 et Rs 5 000 respectivement pour d'autres travaux à être entrepris au bord du rivage. Selon certaines sources au ministère de l'Environnement, un Stopping Order a été servi aux promoteurs.

" Mo lapes laba. Mo bann kazie finn kraze ", s'insurge Désiré Médon, un pêcheur de Baie-du-Tombeau, qui s'oppose à ces travaux. La barrière corallienne, dit-il, protège le rivage contre le déferlement de grosses vagues et l'érosion côtière, et les provisions du Fisheries Act ne permettent pas aux promoteurs d'entreprendre de tels travaux. Et de citer les différentes conventions internationales pour la protection de l'environnement, dont Maurice est signataire.

Abondant dans le même sens, des habitants de Baie-du-Tombeau et de Pointe-aux-Piments fustigent l'attitude de ces pêcheurs qui ont accepté des indemnités de Rs 15 000, soit Rs 10 000 dans un premier temps et Rs 5 000 dans un deuxième temps. " La mer est à tout le monde, elle n'appartient ni aux pêcheurs, ni aux plaisanciers, ni aux promoteurs de projets hôteliers ou immobiliers, et encore moins aux politiques exclusivement. La mer et les ressources marines appartiennent à la République de Maurice. Nul n'a le droit de les brader contre de l'argent ", insistent-ils.

Ce groupe de pêcheurs s'interroge sur l'octroi d'un quelconque permis d'Environment Impact Assessment (EIA) pour ouvrir un passage directement dans les récifs. " Akot promoter finn gayn permi pou mont lor resif ? Na pa akoz zot pe konstruir enn lotel zot bizin mont lor resif pou ouver enn pasaz pou al an deor lagon ", disent-ils. Alors qu'il existe des conventions sur la protection de l'environnement, et que l'on parle de phénomènes comme les tsunamis, le changement climatique ou l'érosion, il est inadmissible, pour eux, que " ces promoteurs s'arrogent le droit de détruire des coraux vivants, situés à proximité du parc marin ".

Descente des lieux

Selon Désiré Médon, avec la mise en œuvre du projet de l'hôtel InterContinental, il y a un an et demi, un premier deal portant sur l'octroi de Rs 10 000 fut conclu entre les promoteurs et un groupe de 155 pêcheurs. " Selon l'EIA, les travaux comprenaient le nettoyage du nord du rivage. Ces travaux, échelonnés sur neuf mois, portaient sur l'aménagement de deux ou trois îlots dans le lagon en face de l'hôtel. C'est vraiment triste que pour Rs 10 000, des pêcheurs donnent carte blanche à un groupe de promoteurs pour qu'ils détruisent ainsi l'environnement ", déplorent des habitants de la région.

Il est souligné qu'en marge des travaux additionnels visant à ouvrir un passage dans les récifs, des pêcheurs avaient effectué une descente des lieux pour protester. " Nou finn al laba, nou finn dir promoter la ki travay ki zot pe fer li pa korek. Ou roul 30 m ou al lor resif pou fer enn pasaz pou ki bato rant e sorti. Promoter dir ki li ena EIA ", se plaint Désiré Médon.

L'alerte ayant été donnée au ministère de la Pêche, une équipe de deux ou trois techniciens du Centre de Recherches d'Albion a été dépêché sur les lieux en vue de constater les dégâts. " Zot dir nou byin grav sa ki promoter la finn fer ", soutient M. Médon.

Par ailleurs, il est soutenu que les promoteurs ont approché à nouveau les pêcheurs pour la signature d'un deuxième deal, portant sur l'octroi de Rs 5 000. Seuls 151 des 155 auraient opté pour ce deal. " O depar, li dir ki li ena permi pou rant lor resif, apre enn semenn li vini li dir nou sign enn deziem akor ", déclare M. Médon. " Les 151 pêcheurs qui ont signé l'accord ignorent que leur avenir est menacé. Nos coraux ont besoin d'être préservés. Il est inconcevable de détruire l'environnement au nom du développement ", soutiennent des habitants de la région. Cela d'autant plus que le Parc Marin de Balaclava s'étend de la pointe de Balaclava jusqu'à la lisière de Pointe-aux-Piments.

Du côté du ministère de la Pêche, on affirme tout ignorer de ces travaux. Quant au ministère de l'Environnement, le ministre de tutelle, Lormesh Bundhoo n'était pas disponible à son bureau hier matin pour un commentaire concernant un éventuel EIA délivré pour ces travaux.


 

InterContinental : " On a négocié avec les pêcheurs "

Sollicité à propos des travaux dans le lagon et sur les récifs, un des responsables de la direction de l'hôtel InterContinental, dans une déclaration au Mauricien, hier après-midi, rétorque : " Il y a eu des négociations avec les pêcheurs de la région portant sur l'octroi de compensations de Rs 10 000 dans un premier temps et de Rs 5 000 dans un deuxième temps. Seuls trois ou quatre pêcheurs étaient réticents. Ils réclamaient des indemnités plus conséquentes. " Ces négociations, ajoute-t-il, remontent au début de l'année.

Notre interlocuteur soutient que les promoteurs sont dans les règles concernant la licence EIA. Le Stop Order du ministère de l'Environnement, dit-il, concerne l'aménagement d'une jetée en face de l'hôtel. " Le seul litige qui subsiste a trait au respect du low et du high water mark ". Quant aux travaux pour l'ouverture d'une passe, il affirme qu'il y avait déjà un passage en face de la plage de Ville Valio, permettant aux pêcheurs de sortir du lagon. Les promoteurs, allègue-t-il, veulent seulement l'agrandir en vue de permettre le libre passage des bateaux. " Des discussions sont en cours avec certaines instances décisionnelles, dont les ministères de l'Environnement et de la Pêche, mais cette question de "passe" n'a jamais fait l'objet de discussions ".

 

Projet hôtelier à Balaclava

Les pêcheurs : "Promoter pe detrir resif alor ki parc marin a kote"

Un groupe de pêcheurs s'insurge contre des travaux de dragage qu'effectue l'hôtel Intercontinental à Balaclava afin d'ouvrir une "passe", alors que le parc marin est à proximité. Selon les promoteurs aux pêcheurs, cette passe aurait pour but de faciliter la rentrée et la sortie des bateaux. Ces pêcheurs mécontents sont catégoriques: ces travaux portent atteinte à l'environnement et à l'écosystème marin. Selon eux, 151 pêcheurs ont signé un accord pour que ces travaux de dragage continuent. Ils dénoncent l'ignorance de ces pêcheurs qui disent-ils, ne sont pas conscients des répercussions de tels travaux. Pour sa part, le Syndicat des Pêcheurs dit que de telles négociations doivent cesser car l'environnement est en danger. Par ailleurs, une source au ministère de l'Environnement affirme que les travaux ont cessé car, dit-elle, "de tels dégâts à l'environnement marin sont inadmissibles". Un des directeurs de l'hôtel Intercontinental, que Week-End a interrogé, maintient n'être au courant de rien et affirme toujours avoir été dans les normes. Nous n'avons pu avoir une déclaration du ministère de l'Agro-industrie malgré nos tentatives.

"Enn premier laccord Rs 10 ,000 ti signé ek tou bann peser pou ki lotel nettoye rivage", explique Désiré Medon, pêcheur de la région. Cependant, dit-il, au bout de neuf mois, les promoteurs ont à l'aide d'un bulldozer commencé à briser des récifs coralliens. "Ler zot monte lor recifs, bann peser inn contesté", indique-t-il. Désiré Medon affirme que le promoteur a fait preuve d'arrogance et s'est montré cavalier à leur égard en se vantant d'avoir tous les permis nécessaires. "Mo fair seki mo le avek mo kas. Mo pas gagn zot tracas moi. Mo ena tout permis ki bizin", a dit ce dernier aux pêcheurs. Contacté au téléphone, le promoteur en question déclare qu'il n'est plus associé aux travaux qu'éffectue l'hôtel. Les pêcheurs ont disent-ils, alors alertés les autorités. "Nou finn alor contacté minister la pess. Enn bann officiers fisheries Albion inn vini. Zot inn fair tir masin ek inn analyse degats ki sa bulldozer la inn causé", soutient Désiré Medon. Poursuivant, "Bann officiers la inn dir ek bann peser ki pas tigit degat inn causé". Nous avons en vain tenté d'avoir une déclaration du ministère de l'Agro-industrie.

Le groupe de pêcheurs s'interroge et se demande comment, dans un premier temps, le promoteur a déclaré détenir un permis alors qu'une semaine plus tard, il vient de l'avant avec un deuxième accord de Rs 5000. Mais cette fois-ci, dit Désiré Medon, certains ont résiste, dont lui, car dit-il, il est conscient des répercussions de tels travaux. "Bann pesers kinn signe sa laccord la pas rann zot compte ki zot lavenir menacer. Lamer c'est nou gagne pain", soutient-il. Il avance également qu'en dessous de ces récifs coralliens, des crustacés y vivent. "Ki kalité degats zot pe fair. Tous sa bann langoustes la pou disparet", se lamente-t-il. Pour sa part, par le biais de son président, Judex Ramphul, le Syndicat des Pêcheurs, déplore de tels travaux. "Alors que nous parlons de Maurice île Durable, et connaissant l'importance des récifs, comment peut-on permettre une chose pareille?," s'interroge-t-il. Il affirme également que les autorités doivent mettre en place un comité avec à la tête un juge ou un ancien magistrat pour toutes négociations avec les pêcheurs. "Seki important la dan, c'est nou l'environneman ki nou bizin protézé", dit-il. Rappelons que les promoteurs ont octroyé Rs 50000 aux pêcheurs afin que les travaux de dragage continuent.

Un des directeurs de l'hôtel Intercontinental, déclare n'être au courant de rien. Il soutient cependant que des négociations ont eu lieu avec les pêcheurs et qu'ils ont été payés à deux reprises. "Nous sommes très sensibles à l'environnement et nous travaillons d'ailleurs en collaboration avec l'Université de Maurice et le Young Farmers Association, pour ériger un "compost plant". Poursuivant, "We have always been within the parameters of what have been settled by the autorities".

Un responsable du ministère de l'Environnement, confirme qu'une fois alertée, l'arrêt des travaux a été ordonné. "Personne n'a le droit de détruire les récifs. Certainement, nul ne détient un EIA licence pour de tels travaux", soutient cette source.

Le Week End 16/08/2009

 

 

Le Mauricien du 20/08/09

RING ROAD

Il est urgent de trouver des solutions alternatives

Les réformes des infrastructures routières demandent largement une bonne dose de réflexion, d'analyse et d'étude de faisabilité. Il est essentiel de bien cerner l'objectif qu'on veut atteindre en construisant de grands axes routiers, des autoroutes ou des routes circulaires et de s'assurer que ces infrastructures vont réellement résoudre les problèmes de circulation ou de congestion routière.

Or dans le cadre du projet de la construction de la Ring Road, rien ne prouve que cela résoudra le problème de circulation dans la capitale. Pire : selon le tracé proposé, cette route constitue une troisième voie d'entrée sur Port-Louis ce qui nous amène à croire qu'il y aura une augmentation de la circulation et de la pollution.

Plusieurs villes à travers le monde sont des exemples d'échec en la matière, particulièrement en Europe et sur la côte ouest des USA. C'est pourquoi il faut s'inspirer de ce qui a été fait ailleurs et adapter les meilleures initiatives au contexte mauricien. Beaucoup de grandes villes américaines n'utilisent plus le modèle de développement urbain que les États-Unis ont eux-mêmes développé et appliqué depuis les années 1950. La construction des autoroutes n'est pas une solution efficace pour décongestionner le réseau routier ; cela entraînera une augmentation de la superficie urbaine, plus particulièrement autour de la capitale, et une utilisation accrue des voitures. Cette route circulaire entraînera d'innombrables conséquences, dont un effet de coupure territoriale, alors que la piètre convivialité du milieu déstructurera l'espace et diminuera la qualité de vie des habitants. Les conséquences d'une pareille cicatrice dans le paysage urbain sont importantes, tant pour tout ce qui a trait à l'environnement qu'à l'aménagement du territoire.

La construction d'une autoroute, peu importe son emplacement, encouragera le transport de marchandises et de personnes par les modes les plus énergivores et les plus polluants. Il faut prendre en exemple la mise en œuvre de politiques de transport favorisant l'utilisation de modes plus respectueux de l'environnement et le transfert de modes énergivores vers ceux qui le sont moins.

La construction d'une autoroute augmentera les niveaux de pollution dont les principaux responsables sont les véhicules motorisés. Les principaux polluants émis par la combustion de carburant fossile par les moteurs des voitures et des camions sont le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de carbone (CO2), l'ozone (O3) et les particules en suspension, à l'origine du smog, et les oxydes nitreux (NOX). Les impacts de ces polluants seront d'autant plus importants pour le tracé nord, compte tenu que l'autoroute sera située dans un milieu urbanisé, où résident et travaillent des êtres humains.

Modifications radicales

Construire l'autoroute dans cette zone ne fera que détériorer le paysage et diminuer la valeur des propriétés ayant un intérêt patrimonial. Que la route soit plus à gauche ou plus à droite, qu'elle soit en tunnel ou surélevée, tout cela n'influencera en rien le débit de circulation. C'est pourquoi il faut que les modifications au projet soient "radicales", qu'elles divergent complètement du concept d'autoroute.

Il est temps pour une société comme la nôtre de voir l'aménagement du territoire autrement qu'avec des autoroutes et des espaces de stationnement, des méga-complexes pour la consommation de masse. Ce modèle de développement axé sur l'automobile a trop souvent montré ses limites. Il est temps de le repenser et d'en utiliser d'autres. Ce type de développement doit maintenant céder sa place à un développement axé sur les transports collectifs et alternatifs et sur l'aménagement d'espaces urbains plus sécuritaires, plus conviviaux et plus humains.

Il est complètement ridicule de croire qu'on atténuera le problème d'embouteillage aux différentes entrées de la capitale avec cette route circulaire, ainsi que l'a dit un membre du gouvernement. Pire encore : ces axes routiers seront construits avec un accès circulant en deux sens une entrée et une sortie vers Port-Louis ce qui encouragera plus de voitures à avoir accès à la capitale.

Si l'objectif du gouvernement est vraiment de décongestionner la capitale, ce n'est pas une autoroute qui résoudra le problème ; la décentralisation de certains services gouvernementaux et privés vers d'autres centres urbains peut constituer une solution. Il y a aussi le trafic maritime qu'on peut utiliser pour atteindre Port-Louis. Ou encore que cette route circulaire soit à sens unique, pour sortir de la capitale.

Une réflexion s'impose donc sur les choix de nos gouvernements en matière de transport et d'aménagement du territoire. Des alternatives plus durables existent et doivent être mises en œuvre.

Jean-Claude Charles

Architecte consultant