ONG et pêcheurs manifestent ce dimanche à Mahébourg


Retour

Plusieurs organisations de pêcheurs et de forces-vives de l'île annoncent " la tenue d'une grande manifestation ainsi qu'une marche pacifique dans les rues de Mahébourg dimanche prochain ". Ces actions ont pour but de réclamer l'arrêt immédiat des travaux de comblement sur une partie de la plage et dans le lagon, travaux se déroulant dans le cadre de la construction de chambres à l'hôtel La Croix-du-Sud. Les représentants des pêcheurs de Cité-La-Chaux se sont réunis hier soir pour partager leur appréhension quant à la progression des travaux à l'hôtel, et cela malgré leurs différentes manifs et la saisine de la Cour suprême, qui traitera de cette affaire le 11 octobre prochain. Par ailleurs, suite à la découverte de poissons morts flottant à quelques 300 mètres du chantier, les pêcheurs de la localité ont consigné une déposition à la police.

" C'est une lutte d'envergure nationale que nous menons et nous bénéficions du soutien de toute la population " : affirmation de Mario Briquin, porte-parole des pêcheurs de Cité-La-Chaux, qui ajoute que " c'est une grande injustice de la part des autorités concernées de manquer du respect à la nature, à l'écosystème marin et d'ignorer les pêcheurs, qui gagnent leur vie avec beaucoup de difficultés ".

M. Briquin a ensuite parlé des dommages causés dans le lagon par l'extraction de sable, activité qui a duré des années. " Finn arrête tire disable et dire laisse lagon régénéré et zordi pé construire dans lagon carrément ", a-t-il dénoncé.

Selon le porte-parole des pêcheurs de Cité-La-Chaux, " nous sommes victimes d'une injustice flagrante, car malgré nos diverses manifestations et malgré le fait que nous avons fait appel à la Cour suprême pour régler notre litige, les travaux sur le chantier avancent à grands pas ".

" Nous manifestons depuis plus de deux mois pour l'arrêt des travaux de comblement sur une partie de la plage et dans le lagon ainsi que l'arrêt de la construction de nouvelles chambres à l'hôtel La Croix-du-Sud. Nous le répétons : nous exigeons l'arrêt immédiat des travaux ", soutient Gervais Lamarque.

L'Association des pêcheurs professionnels de Mahébourg (APPM), également partie prenante de la " revendication citoyenne " de l'arrêt des travaux, a affirmé que l'extension de l'établissement hôtelier La Croix-du-Sud " provoquera un déséquilibre irréversible de l'écosystème marin ".

Les pêcheurs de Mahébourg ont réitéré leur détermination à refuser toute négociation avec la direction de l'hôtel, qui leur avait fait une proposition de compensation de Rs 100 000 par pêcheur. Les représentants des pêcheurs ont réaffirmé qu'ils ne sont " pas contre le projet d'extension de l'hôtel, encore moins contre le développement de la région ", mais qu'ils contestent la décision des autorités d'approuver que l'hôtel construise sur la plage et dans le lagon.

" C'est une situation grave qui touche tous les Mauriciens, qui doivent prendre conscience des enjeux de notre action. Nous sentons que nos droits sont menacés et que la loi n'est pas respectée par tout le monde ", a soutenu M. Briquin.

Les pêcheurs de Cité-La-Chaux rappellent qu'ils ont déposé une motion en Cour suprême le 30 août dernier - motion réclamant l'arrêt des travaux " qui, cependant, se poursuivent sans difficulté ". Ils soutiennent qu'un arrêt de poursuivre les travaux de construction (Notice to stop construction) a été émis le 6 septembre dernier par le ministère des Infrastructures publiques. Cependant, " magré cela, les travaux se poursuivent ", ont-ils soutenu.

Les nombreux pêcheurs rencontrés par Le Mauricien cachent difficilement leur amertume, soulignant qu'ils ont respecté toutes les procédures " pour une solution civilisée " - l'organisation de protestations " pacifiques " -, mais ils ont estimé que " cette méthode ne fonctionne pas ".

Les pêcheurs menacent d'envisager " d'autres formes de protestation " si les autorités concernées ne font pas stopper les travaux dans le lagon. Les pêcheurs ont déjà tenu quatre manifestations ces deux derniers mois. " Nou pou alle lors chantier et nou pou arrête travail là nou même ", a menacé un pêcheur. Cette affaire sera traitée en Cour suprême le 11 octobre prochain.

Plusieurs pêcheurs de la localité ont consigné une déposition au poste de police de Mahébourg et au Fisheries Post suite à la découverte de poissons flottant dans une nappe de mazout à quelque 300 mètres du chantier, dans le lagon, à marée basse, lundi dernier. " Ena quatre excavateurs ki pé travaille et zotte pé déverse mazout dans la mer ek ti-poissons pé morts ", ont affirmé plusieurs pêcheurs de la région. M. Vurdapanaiken a accompagné des gardes-pêche pour un constat de la situation alors que le Centre de pêche d'Albion a également été informé de ce " désastre écologique ".

Le Mauricien

20 septembre 2002