Journée mondiale de la pêche Les pêcheurs mauriciens face aux nouveaux défis


Retour: Marine Resources / Local News

La Journée Mondiale des Pêcheurs est célébrée aujourd'hui à travers le monde. A Maurice, c'est le ministère de la Pêche qui coordonne les événements qui y sont liés. Après un festival de régates, dimanche dernier à Trou-d'Eau-Douce, une jounée familiale est prévue, dimanche prochain, à Mon-Choisy. Pour Jean Vacher, directeur de l'Apostolat de la Mer, qui est à l'origine des premières célébrations de la Journée Mondiale des Pêcheurs à Maurice, ceux-ci doivent surtout se " regrouper " et se " mobiliser pour les défis à venir ".

La Journée Mondiale des Pêcheurs a été décrétée en 1997, à New Delhi, lors du Forum Mondial des Pêcheurs. Ceux qui y participaient avaient alors insisté sur l'importance du regroupement des pêcheurs, une catégorie socio-professionnelle réputée pour son individualisme.

A Maurice, les premières célébrations de l'événement furent organisées par des associations de pêcheurs, à partir de 1998. Cette année, par contre, le ministère de la Pêche a choisi d'en prendre l'initiative. " Nous voulons faire en sorte que les pêcheurs mauriciens arrete passe misère ", avait lancé, dimanche dernier à Trou-d'Eau-Douce, Sylvio Michel, le ministre de la Pêche. Pour Jean Vacher, par contre, "l'initiative de cette célébration doit revenir aux pêcheurs". " Les pêcheurs doivent se regrouper pour faire entendre leur voix car ils doivent aujourd'hui faire face à une pression grandissante de la part du tourisme, des industries polluantes mais aussi de la part des techniques de pêches destructrices ", ajoute-t-il.

M. Vacher souhaite que les divisions entre différentes catégories de pêcheurs cessent. " Les pêcheurs doivent aujourd'hui se mobiliser pour affronter les nouveaux défis de la pêche hauturière, contourner le problème de l'épuisement du lagon, se battre pour obtenir des facilités et rechercher une meilleure formation ", insiste le directeur de l'Apostolat de la Mer. " Les autorités doivent être davantage à l'écoute des pêcheurs ", ajoute-t-il.

Selon le ministère de la Pêche, Maurice et Rodrigues comptent 6 000 pêcheurs en activité, sans compter les nombreux pêcheurs amateurs ou occasionnels qui sillonnent le littoral. Pour Benjamin Moutou, conseiller au ministère, on pêche à Maurice depuis l'époque des Hollandais. A cette époque, on pratiquait essentiellement la pêche à la senne.

M. Moutou explique que les traditions de pêche, à Maurice, sont héritées de régions françaises comme la Bretagne ou la Vendée mais aussi d'Afrique ou du Golfe du Bengale. " On retrouve d'ailleurs dans le vocabulaire des pêcheurs mauriciens des expressions bretonnes comme calfatage (calfater), fog (foc) ou africaines comme bambara (olothuries) et batatran (filet) ", précise M. Moutou. Pour le conseiller du ministère de la Pêche, les premiers pêcheurs mauriciens se sont installés sur les côtes " pour se prémunir contre la faim ".

Benjamin Moutou explique que pendant la période britannique, la pêche a été délaissée au profit de la culture de la canne à sucre. " Les pêcheurs vivaient pratiquement en autarcie dans des régions côtières comme le Morne, Roches-Noires, Rivière-Noire, etc ", raconte-t-il. Il affirme que la pêche a pris un certain essor dans les années 60, avec l'introduction de subventions et la création des coopératives. " Aujourd'hui les pêcheurs sont mieux encadrés ", conclut M. Moutou.

La Chine est le pays comptant le plus grand nombre de pêcheurs, avec 6 millions de professionnels recensés. 94 millions de tonnes de poisson sont pêchées annuellement à travers le monde. Selon les statistiques disponibles au ministère de la Pêche, à Maurice, la production totale de poisson s'élevait à environ 12 085 tonnes en 1999, dont 1 225 tonnes pour la pêche artisanale, contre 18 956 tonnes en 1994.

Toujours dans le cadre de la Journée Mondiale des Pêcheurs, signalons que l'Association des Pêcheurs de Bain-des-Dames organise une messe cet après-midi. Cette cérémonie inter-religieuse aura lieu à partir de 17 h 15 à l'église du Saint-Sacrement, à Cassis.

21 Novembre 2001

Le Mauricien