Réforme de l'UE sur le Sucre: Onde de choc !


Retour: Nouvelles Locales

À un mois de l'annonce officielle des détails de la réforme du Régime Sucre de l'Union Européenne, une véritable onde de choc a ébranlé les producteurs de sucre du groupe de pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). En effet, un document préliminaire émanant de la Commission Européenne donne une première indication des intentions au niveau de la réduction du prix garanti pour le sucre des ACP. Aucune tergiversation: réduction du prix de 43% sur une période de deux ans à partir de 2006. Même si l'on peut être tenté d'associer ces éléments informations à une opération de ballon-sonde orchestrée par l'Union Européenne, cette proposition contenue dans un document de 68 pages rejoint l'approche obsessionnelle de la commissaire européenne à l'Agriculture, Mariann Fischer-Boel, pour une réforme plus radicale que celle proposée le 14 juillet de l'année dernière. L'enjeu se résume à une question de vie ou de mort et où les alliés traditionnels semblent vouloir prendre avantage d'une Licence to Kill l'industrie sucrière des ACP. Une première victime déjà identifiée, St Kitts et Nevis dans les Caraïbes.

En mode décodé, la proposition principale d'une réduction du prix garanti pour le sucre roux de 43%, si elle est entérinée par l'Union Européenne d'ici novembre prochain, se résumera pour Maurice à un manque à gagner de l'ordre de Rs 4 milliards sur des recettes sucrières annuelles de Rs 10 milliards. Ainsi, avec ce scénario, le planteur de cannes, qui reçoit aujourd'hui un prix de Rs 16 000 par tonne de sucre produite, ne recevra alors que Rs 9 600 par tonne, selon les premières estimations effectuées par des milieux sucriers autorisés.

" Ce sera une situation intenable pour les planteurs de cannes si l'on tient compte des coûts de production actuellement en vigueur et du niveau de l'endettement. L'urgence demeure la réforme accélérée de l'industrie sucrière avec les mesures d'accompagnement dignes de ce nom de la Commission Européenne ", soulignent ces mêmes milieux. Ces derniers évitent de s'aventurer pour dire si avec le scénario de baisse 43%, l'industrie sucrière pourra survivre. Ils préfèrent attendre les détails du plan de réforme accélérée de l'industrie sucrière pour tirer les conclusions nécessaires.

En tout cas, le document préliminaire de la Commission européenne à l'Agriculture souligne que " there is clear political consensus " autour de la réforme du Régime Sucre. Avec la réduction du prix du sucre roux de 43%, la Commission Européenne avance au paragraphe 2.2 que " the intervention price will be replaced by a reference price for sugar. The reference price will serve in the establishment of the trigger level for private storage ".

Les ACP contestent la thèse défendue par la Commission Européenne au sujet du consensus politique. Pour étayer leurs dires, ceux qui ont eu accès au document préliminaire et encore confidentiel, affirment que dans son Explanatory Memorandum, la Commission Européenne a occulté les représentations et les appréhensions des ACP, des Partners in Development. " From the resulting debate, the Commission has sought to take into account the views expressed by the Council, the European Parliament, the European Economic and Social Committee, and other consultative committees, as well as civil society, and to incorporate new elements into the present legislative proposal " peut-on lire au deuxième paragraphe du document où il n'est nullement fait mention des ACP.

Les producteurs de sucre des ACP, dont le porte-parole est Maurice, s'interrogent sur l'obsession de la Commission Européenne avec la nécessité de la réforme et trouvent que dans la conjoncture la confirmation des intentions européennes d'éliminer l'industrie sucrière des ACP. Ces sources ajoutent que le texte de la Commission Européenne prévoit des Specific Measures for the Chemical and Pharmaceuticals Industries, dont la survie ne dépend pas exclusivement du sucre. L'une des rares allusions aux ACP concerne le dialogue en vue d'élaborer des mesures d'accompagnement en faveur des pays affectés par la réforme du Régime Sucre.

Face à l'inflexibilité affichée jusqu'ici par la Commission Européenne, les pays ACP trouvent un certain réconfort dans les déclarations de l'Australie et du Brésil lors de l'adoption du Ruling du Panel sur le sucre devant le Dispute Settlement Body de l'Organisation mondiale du Commerce, jeudi dernier à Genève. Ces deux pays, qui avaient objecté et contesté Régime Sucre de l'Union Européenne, affirment que le Ruling n'interdit pas à Bruxelles de maintenir son régime préférentiel en faveur des pays ACP.

" Such a result should not be feared nor regretted by World Trade Organisation Members. Not even by those with a legitimate interest in the maintenance of the preferential access granted by the European Community to sugar of ACP countries and India origin. There is absolutely nothing in the Reports the Dispute Settlement Body is now adopting (as well as in the cases brought by the three complainants) that would compel the EC to change the conditions upon which that preferential access is accorded to those countries " devait soutenir l'ambassadeur du Brésil lors de la séance plénière à Genève.

L'Australie a également fait un plaidoyer en faveur du sucre des ACP rejoignant la position adoptée par le Brésil. " The reports do not require the Eurpoean Community to make any changes to the preferential arrangements currently enjoyed by certain ACP countries into its internal sugar market. There is nothing to stop the EC from observing its commitments to the ACP countries as well as its export subsidy reduction commitments to Australia. The Panel called upon the EC to bring its production of sugar more into line with domestic consumption whilst fully respecting its international commitments with respect to imports, including its commitments to developing countries. Australia has called upon the EC to implement the rulings in a way that does not damage access to EC markets for the ACP countries ", a fait comprendre le porte-parole de l'Australie à l'OMC.

D'ici, le 22 juin, les 14 pays producteurs de sucre des ACP vivront dans la hantise que l'avenir d'un des piliers historiques de leurs économies ne dépend que d'un trait de plume à Bruxelles, qui se vante jusqu'ici d'une coopération et d'un partenariat Nord/Sud exemplaires…


Un " Ethanol Hub " dans le Sud-Est de l'île
Avec l'Accelerated Action Plan 2005/2015 pour l'industrie sucrière abordé lors des prochaines délibérations du conseil des ministres de vendredi prochain, l'un des éléments majeurs en vue d'assurer la viabilité à long terme de ce secteur économique concerne la mise en place d'un Ethanol Hub dans le Sud-Est de l'île, notamment dans les parages du Tank Farm de Bois des Amourettes. Cette proposition a été formulée dans le cadre d'une étude entreprise par une firme de consultants de Hawaii, Felix Ah Kee & Associates, sous l'égide de la Mauritius Sugar Authority.
Lors de la présentation de son projet, le consultant Felix Ah Kee a souligné que " the concept of an ethanol hub has a three staged approach i.e. (i) use of Mauritian molasses to produce ethanol for blending and/or export; (ii) use of imported molasses to produce ethanol for blending and/or export and (ii) the processing of imported hydrousethanol into anhydrous ethanol for re-export ".
Lors de son analyse sur le potentiel de production d'éthanol à Maurice, les consultants de Hawaii rappellent que sur les 162 000 tonnes de mélasses, quelque 42 000 sont consacrées à la production d'aliments pour bétail et à la production d'alcools de bouche. Les 120 000 tonnes de mélasse restantes peuvent être transformées en quelque 30 000 litres d'éthanol. Avec un 10% Ethanol Blend, qui permet aux véhicules de rouler sans problème aux moteurs, la consommation locale d'éthanol devrait être de 12 millions de litre annuellement et 15 millions de litres pour l'exportation.
Ainsi, les principales composantes de l'Ethanol Bub dans la région du Sud-Est de Maurice seront une distillerie d'éthanol d'une capacité de 30 millions de litres pour le marché local et l'exportation; le processing de l'étahnol importé du Brésil pour être écoulé sur le marché asiatique et en Europe; une centrale thermique à charbon pour encourager des investissements économiques dans cette région, des installations portuaires pour le débarquement du charbon destiné aux centrales thermiques de Savannah et de Saint-Aubin et la mise en place d'une Jet Fuel Handling Facility.
Avant de mettre à exécution cet ambitieux projet pour la réhabilitation économique et infrastructurelle de Vieux-Grand-Port, le gouvernement sera appelé à entreprendre une étude de faisabilité avec quatre objectifs précis soit de recommander une stratégie pour un 10% Ethanol Blend dans un premier temps avant d'atteindre le mélange de 25% en 2015; d'étudier les différentes options en vue de disposer de la vinasse, de recommander la Best Equity Mix entre planteurs et investisseurs pour un meilleur deal en matière de Profit-Sharing et de proposer une Implementation Strategy pour attirer les investisseurs étrangers et locaux dans le projet d'Ethanol Hub.
Les principales autres composantes du plan de réforme accélérée de l'industrie sucrière seront axées sur une révision à la baisse de la production nationale de sucre, une réduction de la superficie sous culture de la canne, un plan New Look de centralisation sucrière et la construction de nouvelles centrales thermiques à bagasse.
Les éléments de l'Accelerated Action Plan 2005/2015 pour l'industrie sucrière serviront de base pour les consultations cruciales prévues avec une mission de l'Union Européenne dirigée par Florence Van Houtten du DG Trade. Cette mission, qui est attendue à Maurice le 7 juin prochain, s'inscrit dans le cadre de la mise en place d'un Action Plan on Accompanying Measures for Sugar Protocol Countries affected by the Reform of the EU Sugar Regime ". La mise à exécution du plan de réforme accélérée dépend des ressources financières avancées par Bruxelles.


Peter Mandelson entendu mardi
Une première confirmation sur les intentions de la Commission Européenne au niveau du dossier de la réforme du Régime Sucre et surtout la question du prix garanti devra être obtenue dès mardi prochain. En effet, ce jour-là, Peter Mandelson, commissaire européen au Commerce, sera entendu par la Commission de l'Agriculture et du Développement rural du Parlement Européen.
Ce rendez-vous, qui a été confirmé officiellement, vise à permettre au président de cette instance du Parlement Européen, Joseph Daul et les autres membres de faire le point sur l'ensemble des relations commerciales entre l'Union Européenne et ses partenaires. Ainsi, pendant plus d'une heure le commissaire européen au Commerce sera en mesure d'éclaircir les zones d'ombre en matière de politique commerciale.
La question de la réforme du Régime Sucre de l'Union Européenne figure en bonne place d'autant plus que Joseph Daul et le député européen Jean-Claude Fruteau ont déjà piloté au Parlement Européen une résolution réclamant davantage de souplesse en matière de réforme sucrière en faveur des ACP. Selon des sources officielles en Europe, la Commission de l'Agriculture ne manquera pas d'interroger Peter Mandelson sur la récente décision de l'Appellate Body sur le sucre et l'absence totale de prise en compte de la bonne foi communautaire ainsi que sur la problématique du développement et des relations avec les ACP.
Les éléments de réponse fournis par le commissaire européen au Commerce sont attendus avec une certaine impatience dans la conjoncture. De leur côté, la Confédération internationale des Betteraviers Européens et du Comité Européen des Fabricants de Sucre soulignent dans une lettre ouverte à la Commision Européenne et au conseil des ministres de l'Union Européenne que " The freedom to import sugar from 50 LDCs with no quantitative restriction will sow disruption on the Community market and precipitate the collapse of European prices, as is currently illustrated by the sad example in the textile sector. European public opinion has clearly understood that it is urgent to react to the textile disaster. It is equally urgent to prevent a disaster in the sugar sector. "
Elles affirment que " The Commission still has the means to prevent this disaster and find a balanced solution. Therefore we entreat the three European Commissioners in charge, Mrs Fischer-Boel for Agriculture, Mr Mandelson for Trade and Mr Michel for Development, to show pragmatism and good sense. It is necessary to have the means to organise the quantitative management of the European sugar market in the interest of all producers, European, ACP or LDC. "

LE Week End 22 mai 2005

 

Menace de réduction de 43%

Sucre: L'enjeu de la viabilité !

Les exigences de la réforme du Régime Sucre de l'Union Européenne, avec la menace d'une réduction de 43% du prix garanti offert dans le cadre du Protocole Sucre, sont tenues en ligne de compte dans l'Accelerated Action Plan pour l'industrie sucrière (2002/2015). Ce document, qui a été adopté par le conseil des ministres lors de sa réunion de vendredi dernier, est présenté comme un programme intégré avec des objectifs d'ordre social, environnemental et économique. Les propositions de réformes élaborées constitueront la base de négociations cruciales avec la mission de l'Union Européenne attendue à Maurice le 7 juin prochain, d'autant plus que le commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, a confirmé l'intention de la Commission Européenne de proposer le 22 juin prochain simultanément avec la réforme du Régime Sucre le plan d'action sur les Accompanying Measures for Sugar Protocol Countries. Pour Maurice, la période la plus difficile pour la réforme a été identifiée comme allant de 2007 à 2010 avec la réduction du nombre de sucreries de onze à six d'ici 2008. D'autre part, quelque 4 000 employés de l'industrie sucrière pourraient bénéficier des facilités sous le Voluntary Retirement Scheme (VRS).

L'Accelerated Action Plan pour l'industrie sucrière vise trois objectifs majeurs, soit réduire les coûts de production à l'usine et aux champs; améliorer la valeur ajoutée des sous-produits de la canne et s'assurer que le Sugarcane Cluster puisse continuer à soutenir les objectifs socio-économiques. En tout cas, la nécessité pour une réforme accélérée n'est plus à discuter car le plan d'action soutient que " there is a clear need for the industry to accelerate its restructuring programme ".

Plus loin, le rapport soutient que " although the Accelerated Action Plan is an integrated programme with social, environmental and economic objectives, its central aim is to ensure the future viability of the core activities of growing and milling cane to produce bulk raw sugar. Without this, the sustainability of the entire sugarcane cluster - together with its social and economic objectives - would be in jeopardy ".

Avec un Target de production revu à la baisse de 575 000 tonnes de sucre à 550 000 tonnes annuellement, le plan d'action de la réforme accélérée rappelle que la période la plus difficile sera de 2007 à 2010 en vue de transformer Maurice en un Cost Competituve Supplier. " The most difficult years would be 2007 to 2010. These years are those when the major part of the investment in the context of the accelerated Action Plan has to be made. The difficulties of the 2007-2010 period are compounded by the fact that there is a time lag between an investment and the flow of the stream of benefits derived therefrom. Moreover, the development of markets for value added products takes time. "

Trois principales mesures identifiées dans le plan d'action concernent les opérations aux champs, une seconde édition du Voluntary Retirement Scheme et la centralisation. Pour ce qui est des opérations aux champs, l'accent est mis sur les projets de Derocking de même que l'extension des facilités d'irrigation. Une étude du Mauritius Sugar Industry Research Institute indique qu'avec un programme de Derocking systématique quelque 50 000 hectares de terre peuvent être consacrés à la canne. " The derocking/irrigation/mechanization project requires substantial fund outlays. But more importantly, it is a very important project in terms of its economic, of production, and social benefits. In terms of project implementation, it offers the most daunting challenge. "

Près de la moitié de cette superficie appartient aux petits planteurs de cannes. Le plan d'action note que " The derocking/irrigation/mechanization project in the case of small planters suffers from four major constraints which would have to be addressed: (i) regrouping of thousands of plots belonging to thousands of individual economic operators into larger production units termed "mini estates" with a different economic management and decisional set up; (ii) the provision of funds given that the investments required are well beyond what the small planters can mobilize; (iii) the availability of equipment; (iv) service provision, cutting, loading, transport or cultivation, is not well established in the small planter sector. "

La superficie actuellement sous irrigation est de 21 000 hectares et le but est de passer à au moins 31 000 hectares d'ici 2015. De ces 10 000 hectares additionnels, les sources d'approvisionnement d'eau ont déjà été identifiées pour quelque 5 000 hectares. Ces terres sont situées dans l'Eastern and Southern Cane Belt.

Le plan d'action pour la réforme accélérée concède que le VRS II ne présente pas de caractéristiques financières attrayantes. " VRS II is not financially attractive. However, it is an important element of the Accelerated Action Plan from both an economic and social perspective. This is because it makes it possible for estates to mechanise field operations, which would not be possible if the vast majority of workers remained as permanent employees. The cost of VRS II will depend critically on how quickly estates are able to sell land to recoup their costs ".

Avec la centralisation, les six sucreries, qui continueront à être en opération au-delà de 2008, devront être dotées de centrales thermiques à bagasse/charbon. En 2015, le plan d'action mise sur une génération de 1 700 GWh à partir des centrales de l'industrie sucrière, dont 1100 GWh à partir du charbon et 600 GWh de la bagasse alors qu'actuellement la production est de respectivement 325 GWh et de 425 GWh. Les nouvelles centrales, qui entreront en opération, sont Savannah d'une capacité de 82 MW à partir de 2008 et Médine d'une capacité de 35 MW à partir dfe 2011 ou 2012. Les centrales de FUEL et de Deep-River/Beau-Champ devront être remplacées au cours de la période allant de 2008 à 2011.

Le projet visant à faire de Vieux-Grand'Port un Ethanol Hub (voir Week-End de dimanche dernier) figure également parmi les projets du plan de réforme accélérée.


Des chiffres de l'industrie sucrière
Actuellement, la canne couvre une superficie de 72 000 hectares, soit quelque 40% de Maurice ou encore 80% des terres fertiles. Quelque 28 000 planteurs sont engagés dans ce secteur en cultivant des champs variant entre 4 000 hectares et moins de 0,1 hectare. La majorité est constituée de petits planteurs.
Les cannes sont broyées par 11 sucreries avec des capacités allant de 200 000 tonnes cannes à 800 000 tonnes. La production annuelle est de 5,2 millions de tonnes de cannes pour une production sucrière de 575 000 tonnes. De cette production, quelque 540 000 tonnes sont exportées dans le cadre des arrangements préférentiels, soit vers l'Union Européenne soit vers les Etats-Unis.
Quelque 40 000 tonnes de mélasse sont utilisées dans la production d'aliments pour bétail et d'alcool de bouche. Maurice a été un des pionniers dans l'utilisation de la bagasse. La production actuelle d'énergie à partir de la bagesse est de 325 millions de kWh. " Bagasse derived electricity accounts for 18% of demand and coal and bagasse derived units represent 45% of demand. Electricity from bagasse sold to the grid currently avoids the use of some 200,000t of coal yearly. If the energy used to manufacture sugar is taken into account, coal avoidance goes up to 440,000t of coal. The projections for 2015 would mean that the figures of 200,000t and 440,000t would move to 330,000t and 525,000t respectively " note le plan d'action.
L'importance de l'industrie sucrière dans l'économie est définie comme suit : " Gross sugar sales to all destinations account for some 20% of total merchandise trade. This figure goes beyond 30% if net sugar sales are taken into account. "


Réaménagement du régime sucrier européen

UASI: "Que les éventuelles mesures compensatoires profitent aussi aux travailleurs de l'IS"

En marge du prochain réaménagement du régime sucrier préférentiel de l'Union Européenne (UE) au bénéfice des pays ACP producteurs, et qui doit être marqué par une baisse sensible du prix garanti, l'Union of Artisans of the Sugar Industry (UASI) demande que les éventuelles mesures compensatoires européennes profitent aussi aux travailleurs de l'industrie sucrière ainsi qu'aux petits planteurs.

Serge Jauffrey, président de ce syndicat, reconnaît que la baisse annoncée - moins 43%, étalée sur deux ans, selon les dernières indications de Bruxelles - constitue un "problème réel" pour le pays. Il souhaite néanmoins que les éventuelles mesures compensatoires ne profitent pas qu'aux seuls usiniers mais à l'ensemble des acteurs du secteur, dont les ouvriers au champ et à l'usine.

Le président de l'UASI réclame des autorités que les syndicats de l'industrie sucrière soient pleinement mis dans le coup au moyen de réunions tripartites de concertation. Il déclare que, jusqu'ici, les autorités ne se sont concertées qu'avec les seuls patrons de l'industrie sucrière.

Par ailleurs, l'UASI trouve que le plan stratégique gouvernemental pour le secteur sucrier, pour nécessaire qu'il soit, "ne va, néanmoins, qu'à la rescousse de la seule oligarchie sucrière, au détriment des travailleurs". Ce syndicat regrette de n'avoir pas été mis dans le coup en vue de son élaboration.

Notons que l'UASI, qui fête en septembre ses 35 ans d'existence, entend célébrer dignement cet anniversaire par la tenue, notamment, d'un congrès à l'auditorium de l'Université de Maurice, avec la participation de délégués venant de la Réunion, de Madagascar, des Seychelles et de l'Inde.

Le Week End 29 mai 2005