L'autoroute du sud-est: Feu vert de la BAD


Retour: Nouvelles Locales

La Banque Africaine de Développement a donné son feu vert au projet de construction de l'autoroute du sud est qui passe par la vallée de Ferney. Elle l'a confirmé dans une correspondance, adressée, le mercredi 20 avril dernier, au directeur de la Road Development Authority, Goolam Moreea dans laquelle K. Bedoumra, Director, Infrastructure Department (North, East & South Region) écrit que "we feel now that adequate information, is available to move the process forward".

Cette correspondance fait suite à celle que Goolam Moreea avait adressée le 14 avril à la BAD, rappelant les grandes étapes de ce dossier et à laquelle était annexé le rapport du consultant américain New World Forestry service (NWFS), reçu le 24 mars dernier et dont les recommandations ont été retenues par le conseil des ministres le 8 avril dernier.

Dans cette lettre, le Directeur de la RDA parle des actions d'atténuation des dommages à l'environnemnt et précise aussi que "the cost of these measures amounts to Rs 8,635,000 and funds have been provided in the 2005-20063 Capital Budget presented to the National Assembly on 4 April 2005". Goolam Moreea est à Tunis pour des discussions avec la BAD depuis le 18 avril. Il est attendu au pays demain.

Rappelons aussi que le mouvement écologique Nature Watch avait, dans des déclarations publiques au déout de mars dernier, déclarer "placer ses espoirs das la BAD". Week-End a, par ailleurs, appris que le gouvernement se propose de remettre le rapport du consultant américain ainsi que les correspondances y relatives à toutes les parties concernées par le South Eastern Highway Project et de rendre publics ces documents.


Jeudi prochain à Port Louis

Nature Watch convie à une marche de protestation

Le gouvernement a-t-il décidé d'aller de l'avant avec le projet d'autoroute du sud-est à travers la Vallée de Ferney, malgré le rapport d'experts américains qui indique que des mitigation measures coûtant entre Rs 200 et 500 millions devront être prises dans ce cadre ? C'est la question qui se pose alors que les machines ont déjà commencé à abattre des arbres sur la route menant à Ferney. Loin de baisser les bras, l'association Nature Watch, qui se bat contre ce projet jugé aberrant tant en termes écologiques qu'économiques, organise une marche de protestation jeudi prochain, 28 avril, dans les rues de Port-Louis.

Après une première marche organisée à Mahébourg le 13 mars dernier, avec la collaboration de l'association Eco-Sud et de la Mahébourg Citizens Welfare Organisation (MCWO), Nature Watch a décidé, comme annoncé précédemment, d'organiser une nouvelle marche de protestation, cette fois à Port-Louis. Cette marche aura donc lieu jeudi prochain, 28 avril, et partira de la Cathédrale St Louis à midi pour se diriger vers l'hôtel du gouvernement. Là, les animateurs remettront au Premier ministre, Paul Bérenger, une pétition ayant recueilli quelque 15 000 signatures contre l'actuel tracé de l'autoroute du sud-est et la destruction de la Vallée de Ferney.

Les marcheurs prendront ensuite la direction du Jardin de la Compagnie, puis se dirigeront vers le ministère de l'Environnement, à côté des casernes centrales, pour remettre une lettre au ministre Bhagwan. Ils reviendront ensuite vers le Jardin de la Compagnie, où se terminera cette marche de protestation.

"Il est très important que les Mauriciens se mobilisent pour participer à cette marche, car cela nous concerne tous. Il y va de l'intérêt de chacun et de toute l'île Maurice", déclare Yan Hookoomsing, l'un des animateurs de Nature Watch.

Ce groupe fait en effet ressortir que le tracé choisi par le gouvernement pour l'autoroute du sud-est présente deux défauts majeurs. D'une part, il implique de passer à travers la Vallée de Ferney, et donc de détruire la biodiversité unique qu'elle abrite, tant en termes de flore que de faune. Des espèces végétales que l'on croyait disparues y ont en effet été retrouvées, et cette forêt constitue l'habitat privilégié d'une espèce menacée, les crécerelles.

D'autre part, cette autoroute, qui implique de creuser un tunnel à travers la montagne, a été évaluée à un coût initial de quelque Rs 800 millions, ce sur quoi devraient venir s'ajouter non seulement les Rs 200 à Rs 500 millions préconisés par l'étude américaine pour mitiger les impacts négatifs au niveau de l'environnement, mais aussi les dizaines de millions nécessaires pour assurer la sécurité à l'intérieur de ce tunnel. Ce qui porterait au final à un coût avoisinant les Rs 1,3 à 1,5 milliard, cette autoroute destinée à être empruntée chaque jour par moins de 4 000 véhicules.

Dilapidation de fonds publics

"Du côté de Nature Watch, nous avons proposé une voie alternative dont l'aménagement n'impliquerait ni ponts, ni tunnel, et qui coûterait entre Rs 350 et Rs 500 milliards. Mais les autorités continuent à faire la sourde oreille et s'obstinent à vouloir aller de l'avant avec ce projet désastreux. C'est encore de la dilapidation de fonds publics", s'insurgent les jeunes de Nature Watch.

Il n'y a pas, d'ailleurs, que le gouvernement qui suscite leur indignation. Le 7 avril dernier, Nature Watch a remis un mini-dossier de cinq pages sur la question à chacun des 70 élus siégeant à l'Assemblée nationale. "Qu'il s'agisse de députés de la majorité ou de l'opposition, nous n'avons pas reçu une seule réponse, pas même un accusé de réception. On espérait un débat dans le cadre du budget, il n'y a rien eu. Nous avons encore adressé une lettre au Premier ministre le 11 avril, toujours rien. Devant le manque de réaction et d'égard de nos élus face à cette question que nous, jeunes de ce pays, jugeons cruciale, nous n'avons donc pas d'autre solution que de descendre dans la rue pour tenter de nous faire mieux entendre", font ressortir les membres de Nature Watch.

La marche de protestation pacifique prévue pour jeudi prochain est d'autant plus importante, fait ressortir cette association, que les travaux ont déjà commencé à progresser discrètement aux abords de la Vallée de Ferney. Des arbres ont déjà été abattus sur la route entre le centre communautaire de Ferney et l'ancienne usine sucrière de la localité. Des essais de dynamitage ont aussi été rapportés par des habitants de la localité. Ce alors que le gouvernement n'a toujours pas fait savoir quelle était sa position par rapport aux conclusions des experts environnementaux américains qui, dans leur rapport commandité par ce même gouvernement, concluaient effectivement à des conséquences écologiques importantes, au point de nécessiter Rs 200 à Rs 500 millions pour les atténuer.

"Cette marche de protestation est aussi une façon de dire aux élus qu'ils sont accountable vis-à-vis de la population du pays", concluent les jeunes de Nature Watch. À suivre jeudi prochain

Le Week End 24 avril 2005