Autoroute du sud-est: le nouveau GM ira de l'avant


Retour: Nouvelles Locales

Le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Rashid Beebeejaun, a conduit hier matin une visite sur le site de l'autoroute du sud-est. Accompagné notamment des ministres de l'Environnement et de l'Agro-Industrie, il a par la suite laissé entendre que le projet irait de l'avant selon le tracé initialement prévu, avec d'éventuelles modifications si nécessaires pour protéger l'environnement. Une prise de position qui contraste avec la déclaration du Dr Navin Ramgoolam, pendant la campagne électorale, à l'effet qu'il ferait stopper ce projet dès son accession au pouvoir.

Si je suis élu le 3 juillet prochain, les travaux de construction de la South Eastern Highway à Ferney vont stopper le 4 juillet. J'arrêterai tout de suite ce projet car il constitue un crime contre l'environnement et ses conséquences seront désastreuses. Ce sont là, en résumé, les paroles prononcées par Navin Ramgoolam lors d'une conférence de presse le 7 mai dernier, en pleine campagne électorale. Depuis, le 4 juillet est venu et passé, sans qu'aucune annonce du nouveau Premier ministre ne se fasse entendre à ce sujet.

La nouveauté est par contre venue d'une site visit effectuée hier matin par le Premier ministre par intérim et ministre des Infrastructures publiques, Rashid Beebeejaun, en compagnie du ministre de l'Environnement, Anil Baichoo, et du ministre de l'Agro-Industrie, Arvin Boolell. À l'issue de cette visite, le Dr Beebeejaun a tenu des propos qui laissent comprendre que le projet ira bel et bien de l'avant mais, a-t-il précisé, "dans le respect de l'environnement", ce qui pourrait impliquer quelques modifications ici et là, notamment pour assurer que les espèces rares de la Vallée de Ferney ne soient pas mises en danger. Le ministre n'a toutefois pas donné de précisions sur la nature ou l'ampleur de ces éventuelles modifications, se contentant de déclarer qu'un comité technique se penchera sur la question dès cette semaine.

Le ministre a par ailleurs laissé entendre qu'il n'était pas nécessaire de considérer d'autres alternatives qui ne cadrent pas avec le plan de développement global du pays, et a dit son admiration de la beauté de la Vallée de Ferney, estimant qu'il faudrait que les Mauriciens puissent en profiter. Ce qui n'est pas sans rappeler certains propos tenus précédemment par l'ex-Premier ministre, Paul Bérenger, pour justifier le passage de l'autoroute à travers la Vallée de Ferney. Ce à quoi s'oppose le Front Commun pour la Sauvegarde de la Vallée de Ferney.

Nature Watch "très inquiète"

Alvin Brigemohun, le président de l'une des composantes de ce Front Commun, nommément l'ONG Nature Watch, qui a fait de ce combat son cheval de bataille, nous a déclaré à ce propos hier soir que les membres de son association étaient "très inquiets" par rapport à ce développement. "Nous n'avons pas été invités à cette site visit et il apparaît difficile de savoir de quoi il en retourne exactement. À ce stade, nous restons toujours dans l'optique de penser que l'Alliance sociale va respecter sa promesse", dit-il, en faisant référence à la déclaration du 7 mai de Navin Ramgoolam. "Cela va montrer si cette Alliance sociale est constituée d'hommes et de femmes politiques d'honneur. Sinon, ce sera déjà un signal d'alarme par rapport aux promesses de campagne, qui ne laissera rien présager de bon pour les cinq ans à venir. On espère en tout cas avoir l'occasion de discuter de ce dossier avec le nouveau gouvernement, et qu'il fasse clairement entendre sa décision avant la lecture du discours-programme, vendredi prochain", dit-il.

Ce vendredi, 29 juillet, coïncidera d'ailleurs avec la reprise sur le fond, en cour, de la demande d'injonction pour stopper les travaux et de la poursuite engagée contre l'État par Nature Watch, dans le cadre de son refus du tracé de l'autoroute du sud-est, qui implique la destruction d'une importante partie de la forêt endémique de la Vallée de Ferney.


Le Week End 24 juillet 2005