Balaclava : Trois sites identifiés pour des projets hôteliers


Retour: Nouvelles Locales

Trois sites seront disponibles pour le développement de projets hôteliers et touristiques dans la région de Balaclava. Le Master Plan présenté par le gouvernement dans le cadre de son projet de développement touristique, basé sur le concept de Integrated Resorts Scheme, propose en effet, trois sites d'une superficie de vingt arpents chacun pour abriter des hôtels. Des projets annexes seront également développés une fois le nouvel Outline Scheme finalisé, comme la création d'une Marine Park Station et d'un delphinarium dans la partie abritant le park marin et l'agrandissement de la plage publique connue comme Ville Valio. Le développement de cette partie du littoral sera axé sur le même concept de développement que celui adopté dans le sud de l'île, notamment à Bel Ombre et Saint Félix. C'est ce qu'à déclaré le Premier ministre, Paul Bérenger, lors d'un site visit, hier matin. "L'idée est comparable à ce qui se fait à Bel Ombre et Saint Félix : assurer un développement continu dans le partage et dans le respect farouche de l'environnement. Ce sera une win-win situation", a-t-il déclaré.

C'est au terme d'un site visit allant de l'hôtel Maritim jusqu'à la plage de Ville Valio, sous une pluie battante, que le Premier ministre a élaboré sur le projet de développement touristique intégré à Balaclava. Commentant le Master Plan préparé par le ministère des Terres et de Logement, il a soutenu que ce document repose sur deux philosophies axées, d'une part sur un développement touristique continu dans le pays et d'autre part sur l'upgrading des plages et lieux de loisirs existants. "Nous savons qu'il ne reste plus beaucoup d'endroits pour assurer un développement touristique poussé. L'idée est comparable à ce qui se fait à Bel Ombre et Saint Félix. Nous fine dégage ene Master Plan pour assure ène développement touristique continu et ène bon partage des fruits de ce développement", a-t-il assuré.

Le Premier ministre a également mis l'accent sur le respect des normes environnementales et le "partage" des retombées de ce projet de développement. Il a insisté sur la nécessité de créer une win-win situation pour que les promoteurs des projets et la communauté locale puissent profiter de ce projet de développement. Les deux principaux villages concernés dans le cadre de ce projet sont Le Goulet et Le Gamin.

Selon le Master Plan, cette zone côtière, située au sud du Northern Tourist Zone, pourra abriter trois complexes hôteliers. La nouvelle délimitation prévoit une superficie de vingt arpents pour chaque hôtel. Le développement touristique débutera ainsi à partir du Golf Course de l'hôtel Maritim, où se trouve le park marin, géré actuellement par le ministère de la Pêche et des Ressources marines. Le park marin a été aménagé à l'embouchure de la rivière Citron. Le nouveau plan propose sur ce même site d'une superficie de trois hectares la création d'une Marine Park Centre, d'un aquarium et d'un delphinarium.

Les deux sites hôteliers, situés après le park marin, longeront la côte sur une distance de près de 300 mètres. Le développement des complexes hôteliers se fera sur les Pas géométriques et s'étendra sur une partie des propriétés appartenant à la Compagnie agricole de Balaclava, Massila Ltd et à Théodore Maigrot. La nouvelle plage publique séparera les deux premiers sites et le dernier site identifié pour accueillir un troisième hôtel. La nouvelle plage publique sera agrandie et sera dotée de nouvelles facilités. Le gouvernement prévoit de financer ce projet à travers un Community Fund au sein duquel les promoteurs devront contribuer.

Planteurs relogés

Le troisième site est situé au sud de la plage publique Ville Valio, sur une partie du War Department Land de Batterie d'Artois, terrain qui était jusqu'ici loué à bail à des sociétés coopératives et utilisé à des fins agricoles. Cette partie de la zone côtière abrite également les deux villages cités par le Premier ministre, à savoir Le Goulet et Le Gamin. Dans ce contexte, Paul Bérenger a fait ressortir que les planteurs seront "relogés" et qu'aucun cas de squatting ne sera permis. "Nous pensons à reloger les planteurs dont les terres seront affectées par ce projet. Certains sont intéressés et nous devrions arriver à une entente. Le gouvernement ne permettra aucun cas de squatting. Toutes les dispositions nécessaires seront prises à cet effet", a-t-il précisé tout en indiquant que les ruines des bâtiments historiques seront également préservées et réhabilitées.

D'après les premières propositions du Master Plan, une nouvelle route sera également aménagée pour faciliter l'accès aux hôtels et la nouvelle plage publique. Avec la révision de l'Outline Scheme de cette région le gouvernement prévoit d'étendre la Northern Tourist Zone jusqu'à cette nouvelle zone de développement touristique, et ce jusqu'au Domaine du Massilia, où un projet de développement touristique intégré y est prévu.

Le Master Plan prévoit par ailleurs que le même mécanisme que celui adopté pour le projet de Bel Ombre et Saint Félix soit adopté pour les procédures de Land Exchange dans la perspective d'acquérir une partie des propriétés privées.

Le Week End 25 janvier 2004

 


 

L'Express

Actualité Locales
Lundi 26 janvier 2004
No - 14949

AMÉNAGEMENT
Balaclava, zone touristique
Aquarium, villas privées, golf et delphinarium… De l’hôtel Le Maritim à Le Goulet, le génie de l’homme s’emploiera à transformer un coin sauvage en havre touristique.

Balaclava est un des derniers petits coins sauvages du littoral nord. D’énormes rochers noirs gardent cette côte contre la puissance des lames. Ici, les plages sablonneuses des cartes postales ne sont pas visibles. Côté terre, au-delà d’une frange d’arbres, c’est le règne de la canne à sucre. Ce site aux reliefs austères a tapé dans l’œil des développeurs. Hôtels, villas, parcours de golf, delphinarium, océanarium, parc marin… La civilisation s’apprête à le conquérir.

Le plan d’aménagement du territoire pour le Nord sera modifié pour faire de Balaclava une zone touristique. Une ébauche du plan directeur pour le développement de la région a été présentée samedi au Premier ministre, Paul Bérenger. Ce document sera finalisé d’ici six mois. À l’occasion, le Premier ministre a bravé une pluie battante pour aller vérifier l’état des lieux. Il en est rentré, trempé comme une soupe.

Les limites de la superficie en considération commencent à l’hôtel Le Maritim et se terminent à Le Goulet, Baie-du-Tombeau. Les terres sont possédées essentiellement par la Compagnie Agricole de Balaclava Ltée et le Domaine de Massilia. Les pas géométriques sont loués à deux coopératives d’agriculteurs. Leurs baux sont arrivés à terme et l’Etat ne compte pas les renouveler. Une vingtaine de planteurs squattent également la région.

Balaclava est une région empreinte d’histoire. Des ruines de fortifications datant du temps de l’occupation française de l’île témoignent encore de ce passé glorieux. Cette partie du littoral donne sur le parc marin qui se trouve au Nord, à la bouche de la rivière Citron.

Les travaux pour la construction des infrastructures d’accueil du parc marin de Balaclava sont sur le point de débuter. C’est le ministère de la Pêche qui en a la responsabilité. Le site jouxte l’hôtel Le Maritim du côté sud. Adjacents, se trouveront un aquarium et un delphinarium. Juste après, deux hôtels. La plage publique de Ville Valio, rehaussée et dotée de toutes les facilités modernes, séparera ces hôtels d’un troisième. Le territoire de celui-ci s’arrêtera à proximité de la plage publique de Le Goulet. Chaque hôtel occupera environ 20 arpents.

Protéger l’environnement

Au-delà, à la bouche de la rivière Tombeau, s’étend le site pour le projet hôtelier intégré du Domaine du Massilia. Celui-ci comprend des villas, un parcours de golf et un hôtel. Le développeur a déjà déposé son dossier au Board of Investment pour les permis nécessaires.

Pour que ces développements puissent avoir lieu, il faudra améliorer la route de Ville Valio qui traverse les champs de canne pour relier la route de Balaclava à celle de Le Goulet. Le Domaine du Massilia propose de dévier celle-ci sur plus de deux kilomètres. Paul Bérenger assure que le développement de Balaclava obéira aux mêmes principes qui ont été appliqués à Bel-Ombre et à St-Félix. L’environnement, particulièrement fragile dans cette localité, sera protégé. Le projet nécessitera une forte intervention pour aménager des plages. Il faudra enlever des rochers, draguer et combler… Des activités qui ne manqueront pas d’influencer la santé du parc marin d’à côté.

"Il faudra se montrer très prudent", prévient le Premier ministre. Un de ses techniciens soutient qu’il n’y a pas de raison de s’alarmer. "Ailleurs dans le monde, des hôtels sont construits au beau milieu de parcs marins. Le tout est de savoir comment manœuvrer et jusqu’où on peut aller." Toute la communauté devrait bénéficier de la concrétisation du projet. Le Goulet et Petit-Gamin devraient en profiter particulièrement.