Parcours de golf à l'île-aux-cerfs: Le ministère de la Pêche favorable


Retour: Local News

Le projet de parcours de golf de Sun International sur l'île-aux-Cerfs fait actuellement l'objet de consultations entre les promoteurs, d'une part et les ministères de la Pêche et de l'Environnement, d'autre part. Selon nos informations, le ministère de la Pêche a déjà émis un avis favorable au projet du groupe hôtelier.

" Ils ont rempli toutes les conditions que nous leur avons imposées ", déclare-t-on à ce ministère. Prévues par le environment impact assessment (EIA), ces consultations sont un prélude au projet, dont les travaux devraient démarrer bientôt. De son côté, Sun International n'a pas encore donné une date officielle pour le début de ces travaux.

Rappelons que Sun International qui loue l'île-aux-Cerfs à bail, espère transformer la majeure partie des 87 hectares de l'îlot en un parcours de golf. Initié en 1998, le projet a tout de suite été contesté, pour des raisons essentiellement écologistes mais aussi économiques, par de nombreux opérateurs de bateaux de plaisance et par des pêcheurs de Trou-d'Eau-Douce.

Le Mouvement républicain (MR) avait, en mai dernier, perdu un appel effectué auprès du tribunal de l'environnement contre le parcours de golf sur l'île-aux-Cerfs, ce qui a, techniquement, ouvert la voie à la réalisation du projet.

En octobre 1998, un document rédigé par le Albion Fisheries Research Center (AFRC) du ministère de la Pêche, faisait état de profondes réserves par rapport à l'impact du projet sur l'île-aux-Cerfs. Ce document comportait des commentaires sur les conditions d'octroi du bail, la déforestation de l'îlot, l'extraction de sable, l'accès au public, entre autres.

Les experts du centre d'Albion avaient surtout mis l'accent sur la protection du lagon, la fragilité du milieu naturel et les intérêts de la communauté de pêcheurs de Trou-d'Eau-Douce et de Grande-Rivière-Sud-Est. Le document mentionne aussi l'existence d'une fishing reserve à Beau-Champ-Channel, à proximité de l'île-aux-Cerfs. Selon l'AFRC, cette réserve comporte une grande diversité d'espèces marines, et sert de pépinière pour les crabes, les langoustes, et les huîtres, et devrait souffrir de l'impact des travaux (tuyaux pour l'irigation du golf…). Toujours selon ce rapport, les promoteurs n'avaient pas donné d'éclaircissements sur la nature ou la quantité de produits qui seraient utilisés pour l'irrigation du parcours de golf.

L'AFRC avait également mis en exergue la " vulnérabilité " des 194 pêcheurs de Trou-d'Eau-Douce et Grande-Rivière-Sud-Est, qui selon des chiffres de 1998, rapportent 230 tonnes de poisson frais par an, et posent environ 60 casiers. Les palétuviers existant autour de l'île-aux-Cerfs (jusquà 50 mètres à l'intérieur de l'îlot, sur le versant ouest), y étaient aussi présentés comme " menacés par la construction du golf course ".

Le document mentionne, en outre, le fait que les effluents de la propriété sucrière de Deep-River/Beau-Champ, qui devraient normalement être traités, sont déversés, cinq mois par an, vers le sud, loin de la réserve marine. " It is better to live with an evil for five months than to live with the evil for all the twelve months of the year ", note, sans équivoque, le rapport du AFRC.

Au ministère de la Pêche, aujourd'hui, on affirme que toutes les conditions émises par les experts ont été prises en considération par le promoteur. La protection des palétuviers, notamment, devrait être prise en compte. D'autre part, les pêcheurs de Trou d'Eau Douce, devraient également être impliqués dans le projet.

Le Mauricien

26 septembre 2001