Développement touristique et industriel à Agaléga

Le Lodge Project du groupe IBL: Sélect et sélectif


Return to: Local News

Le groupe IBL a déposé aux autorités concernées son plan de développement commercial à Agaléga. D'emblée, il est établi qu'il est primordial d'adapter tout aménagement de l'île en fonction de son habitat naturel très préservé. C'est la raison pour laquelle, précisent les promoteurs, l'option d'un tourisme très exclusif a été adoptée. Le "Agalega Fishing & Nature Lodge Project" consiste en la construction d'un complexe hôtelier de quatre étoiles se situant à l'extrême sud de North Island. Rappelons qu'Agaléga est formée de deux îles : North Island (12,5 km de long et de 1,5 km de large) et South Island, long de 6,5 km. En terme de terres, la superficie totale est de 26 km2. Le Lodge comprendra 15 luxueux chalets avec des terrasses privées, un bar, un restaurant et une piscine. Le centre de pêche sera équipé d'une flotte de dix bateaux. Des bicyclettes seront mises à la disposition des visiteurs de l'hôtel pour circuler à travers l'île.

Agaléga sera, selon ce projet, une destination couplée à celle de Maurice : le "package" comprendra l'hôtel, les parties de pêche et le billet d'avion à partir de Maurice. Quel avion, pourrait-on demander ? L'île sera desservie par un "executive jet charter flight" dont le coût sera de $ 5,5 millions. Le Lodge sera vendu comme une destination unique pour la pêche au gros à travers des agents de voyage spécialisés, mais la plongée sous-marine sera également présentée comme un attrait. Les amoureux de la nature seront aussi ciblés. Les promoteurs promettent des emplois directs à 40 personnes, dont 60% seront des Agaléens qui seront formés à cet effet. Les postes de directeurs seront confiés à des expatriés. L'investissement prévu pour la construction du Lodge est de Rs 50 millions, y compris pour l'installation d'un "desalination plant" et d'un "waste water disposal system".

La pêche pour le plaisir et… l'industrie

Il est envisagé de mettre sur pied un "Fish Processing Plant" dont la matière première proviendra des prises effectuées par les touristes. Le poisson y sera nettoyé, découpé en filets, mis en sachets individuels et proposé à la vente à Maurice et à la Réunion. Une chambre froide d'une capacité de 100 tonnes devra être installée pour le stockage. Pour ce projet intégré dans le développement touristique, l'investissement est estimé à Rs 15 millions et la production de poisson prêt à l'exportation pourra être de 25 tonnes par mois. Une quinzaine de personnes, dont 12 résidents, seront employés à cet effet.

Outre le tourisme haut de gamme et le poisson, les ressources naturelles d'Agaléga inspirent beaucoup le groupe IBL. En effet, la culture d'algues - Eucheuma - pour la production de "agar-agar", ingrédient naturel utilisé dans le circuit alimentaire et l'industrie pharmaceutique, est en train d'être étudiée ainsi que l'élevage de concombres de mer, très demandés sur les marchés asiatiques.

Le terrain agricole est déjà occupé par les plantations de cocotiers qui couvrent 700 des 2 600 hectares d'Agaléga. Si le groupe IBL ne compte pas initier directement des projets dans le secteur de l'agriculture, en revanche, il compte aider à l'installation des infrastructures, au transport à l'aide de ses bateaux entre Agaléga et Port-Louis, et de commercialiser les produits ici.

Un environnement unique sur la voie du changement

Les promoteurs donnent l'assurance que le développement d'Agaléga comme destination touristique se fera dans le respect de la protection de l'environnement. Néanmoins, il serait utopique de croire qu'il n'y aurait aucun impact négatif sur l'environnement d'Agaléga. Surtout que ce projet touche une nature quasi vierge et que les travaux sont d'envergure. Des infrastructures pour l'accueil des cargos, une mise à niveau de l'actuelle piste d'atterrissage (longue de 1 320 mètres et large de 30 mètres), le stockage de carburants, le dragage du lagon pour pouvoir accommoder la flotte des dix bateaux de pêche, l'élargissement des passes dans le récif, la construction et la mise en opération de l'usine pour la préparation de poissons et les activités touristiques elles-mêmes, vont définitivement changer la vie à Agaléga. Il est vrai que la procédure EIA déterminera les paramètres de ce projet hôtelier mais le type d'hôtel proposé par IBL avec ses 15 chalets ne touchera qu'une clientèle aussi sélecte que sélective. On a peine à croire que les Mauriciens pourront débarquer aisément à Agaléga comme le feront les futurs résidents de ces 15 chalets luxueux, à bord de leur jet. Tout ça pour ça, est-on tenté de dire… Le développement ne peut être aussi sélectif alors que les deux îles qui forment Agaléga ont une valeur écologique inestimable, plus encline à devenir un site de conservation qu'un centre de pêche haut de gamme.

 

27 mai 2001

Le Week End