Méga-Projets d'hôtels : un constat qui fait peur


Retour: Nouvelles Locales

Voilà maintenant plusieurs semaines que les lecteurs des divers quotidiens de Maurice suivent les projets de construction de nouveaux hôtels et la mise en place du Integrated Resort Scheme ou IRS, c'est à dire la création d'espaces clos réservés aux étrangers, comprenant hôtels, maisons et golfs. Aux effets d annonce doit s'ajouter une analyse des faits que nous proposons ici.

Tout d'abord, de quoi s'agit-il ? Des projets d'une ampleur inconnue jusqu'ici devraient voir le jour dans les trois années à venir. Les superficies concernées (des milliers d'arpents), la quantité de bâtiments (une vingtaine d'hôtels de 300 chambres), l'importance des travaux (route deviées et espaces clôturés), entraîneraient une modification profonde et irréversible du paysage et du mode de vie mauriciens.

Ci-dessous un resumé des principaux projets annoncés :

1/ Au Sud

Un seul hôtel entre Souillac et le Morne aujourd'hui, contre une dizaine en projet. Cinq hôtels à Bel-Ombre, trois à St-Félix, des dizaines de maisons vendues à des étrangers, sans doute un golf à St-Félix, deux à Bel-Ombre incluant la destruction de l'usine, le château perdant par la même sa justification intrinsèque…

La route côtière n'existera plus, et une route passant a l'intérieur des terres, avec à droite l'espace artificiel d'un golf et à gauche le mur des hôtels comme perspective sur des kilomètres, l'accès à la mer étant de ce fait interdité à la population mauricienne.

2/ À l'Ouest

Le plus grand IRS devrait se situer À Wolmar, avec deux hôtels de plusieurs centaines de chambres, golf et morcellement pour étrangers.

Aux Salines Pilot, sur des centaines d'arpents, 4 hôtels seraient construits, deux golfs et une centaine de maisons pour étrangers, modifiant ainsi pour toujours ce lieu paisible de la Riviere Noire comprenant des vestiges des XVIIIe et XIXe siecles (Tour Martello, salines, maison).

Au Morne, villas et hôtel

3/ À l'Est

Des IRS seront developpés à Beau-Rivage, avec deux hôtels et villas en face de l'Ile aux Cerfs déja convertie en terrain de golf privé et à Beau-Champs où l'immense morcellement clôturé pour étrangers compte à lui seul 15 kilomètres de routes en cours de construction. Suivrait Anse Jonchée.

Au Nord, un projet " seulement " pour l'instant, à Massilia, près de Balaclava, lieu déjà saturé d'hôtels…

Après les faits, voici notre question : ce type de développement se fait-il dans l'intéret de notre pays ? Nous estimons que Maurice est perdante.

Pourquoi ?

1) Les Mauriciens seront étrangers chez eux puisque l'espace public et/ou sauvage sera privatisé. Plusieurs plages publiques ont été disproclaimed pour accueillir des constructions, alors que les Mauriciens apprécient de plus en plus le bord de mer et que les plages publiques sont de plus en plus bondées.

2) Le prix de la terre à Maurice devrait augmenter avec la vente de terre à des étrangers qui devront payer un minimum de Rs 15 millions pour l'achat des maisons IRS. Ce scénario a déjà eu lieu au début des années 80, quand des Hongkongais on pu acquérir de la terre. Il s'agit, dans le cas des IRS, des plus beaux sites de l'île. Comment les Mauriciens pourront-ils rivaliser pour acheter de la terre ?

3) Le paysage sera transformé irrémédiablement, avec les constructions le long des plages et des montagnes et la destruction de la végétation originelle.

4) Au niveau environnemental, justement, là, l'impact sera grand. Un seul fait : en contradiction avec la loi, les futurs hôtels du Sud comptent extraire du sable du lagon du Morne pour permettre à leurs clients de pratiquer des sports nautiques. Le dragage du lagon pour les pêcheurs du Morne récemment annoncé n'est qu'un subterfuge qui prépare le terrain de sport nautique des futurs hôtels.

Qu'on le comprenne bien : tous ces projets équivalent à un développement plus important que l'ensemble des réalisations d'infrastructures touristiques réalisées jusqu ici à l île Maurice… Avec calme et recul, ne faut-il pas réfléchir encore avant d'agir ?

Un journaliste français, de la chaîne de télévision Voyages, en reportage à Maurice, s'alarmait le mois dernier de ce choix de transformer à ce point notre île. Il en fera part dans son reportage diffusé sur les chaînes francaises.

Réagissons avec lui. Avec sagesse, préparons un avenir serein pour nos enfants.

Si vous vous sentez concernés par cet article, nous vous sommes gré de faire parvenir vos commentaires via l'adresse e-mail suivante : vigilants@yahoo. com

Merci

Groupe Jeunes Vigilants

Le Mauricien 28 novembre 2003