Fabrication d'éthanol à partir de la mélasse

«Relancez le projet pour le bien-être du pays";


Return to: Local News

La Mauritius Planters Agricultural By-Products Processing Co-operative Society Ltd (MPA Coop Sty) de Jugdish Goburdhun réclame du nouveau gouvernement l'application d'un projet de fabrication d'éthanol à partir de la mélasse. Cet alcool serait utilisé dans les moteurs, mélangé à de l'essence, comme cela a été fait depuis des décennies dans d'autres pays, dit-il. Les petits planteurs, « propriétaires "; de la mélasse, résidu de la fabrication de sucre, espèrent ainsi recevoir environ Rs 5 000 par tonne de mélasse, au lieu d'environ Rs 250 actuellement. L'objectif principal, assure toutefois Jugdish Goburdhun, est d'aider le pays en diminuant le budget dépensé sur l'essence et en réduisant la pollution.

« Depuis les années 70, des scientifiques mauriciens ont démontré la faisabilité d'un tel projet à Maurice. Il suffit que le gouvernement donne son feu vert ";. Jugdish Goburdhun avance ainsi qu'un projet de fabrication d'éthanol (un alcool) à partir de la mélasse serait rapidement réalisable et profitable. Avec des avantages pour le pays et pour les petits planteurs, selon lui. La mélasse est un sous-produit de la canne qui devrait être mieux exploité, selon la MPA. Celle-ci se plaint du faible prix offert par tonne de mélasse aux quelque 35 000 petits planteurs dont les cannes fournissent environ 75 000 tonnes de mélasse pas an. « 20% de la production totale de mélasse, qui est d'environ 200 000 tonnes, pourrait être transformée en éthanol pour être mélangé à l'essence ";, estime M. Goburdhun.

Selon les chiffres qu'il communique, Maurice importe chaque année près de 135 millions de litres d'essence, et l'utilisation de l'éthanol produit localement, mélangé à 10% ou 15% à de l'essence, permettrait de diminuer cette consommation et la pollution de l'air - et donc de diminuer le budget dépensé sur les pétroliers. « En n'utilisant pas cette option, nous perdons chaque année environ Rs 1 milliard ";, soutient la MPA.

Par ailleurs, cette utilisation de la mélasse apporterait aux petits planteurs des revenus plus importants grâce à la vente de ce résidu de la fabrication de la canne. Le prix payé aux planteurs par tonne de mélasse n'a cessé de baisser ces dernières années, jusqu'à environ Rs 250 par tonne, dit Jugdish Goburdhun. Or, la « fertiliser value "; de ce résidu est actuellement d'environ Rs 650 par tonne, selon lui. Les petits planteurs ne reçoivent donc pas les revenus auxquels ils devraient avoir droit grâce à la mélasse, dont la production locale est vendue en majeure partie à l'étranger, estime encore le leader du MPA.

Ce dernier propose donc la construction d'une unité de fabrication de l'éthanol à partir de la bagasse, au coût de Rs 300 millions. Cette unité pourrait être financée en joint-venture par les importateurs d'essence et la SIT, suggère-t-il. « Si le gouvernement ne veut se lancer lui-même, qu'il nous laisse prendre la mélasse nous-même pour fabriquer l'éthanol en joint-venture avec des groupes indiens qui ont une grande expérience dans ce domaine ";, clame Jugdish Goburdhun, qui déclare avoir établi des contacts au cours d'une conférence sur ce sujet en Inde, en février dernier.

 

29 avril 2001

L'Express