Ruines du vieux Grand-Port Fort Frederik-Hendrik : périmètre délimité


Retour: Nouvelles locales / Patrimoine Mauricien / Les Hollandais à Maurice

Les dernières fouilles des archéologues hollandais sur le site historique du Vieux-Grand-Port n'ont pas été vaines. Ranjith Jayasena et son équipe quittent le pays lundi, satisfaits de cette cinquième mission. L'objectif fixé cette fois, soit découvrir la dimension du bâtiment de l'ancien fort Frederik-Hendrik, a été atteint. Quelques pièces de monnaie hollandaises et d'autres objets datant de l'époque retrouvés pendant cette dernière expédition sont venus s'ajouter à la collection naissante du Musée Frederik-Hendrik. D'autre part, les archéologues ramènent dans leurs valises un rapport, très positif, dont les données permettent de voir plus clair la manière dont vivaient les pionniers hollandais.

Le fort Frederik-Hendrik, construit à Vieux-Grand-Port par les Hollandais, en 1638, avait été détruit une première fois par un incendie en 1658 quand ils quittèrent l'île. Ils revinrent à Maurice par la suite et y restèrent jusqu'en 1710. Ils brûlèrent à nouveau les restes du fort à leur départ. L'équipe de jeunes archéologues a, pour les besoins de leur mission, tout d'abord eu à trouver les coins du bâtiment. Au bout de six semaines de travail ardu, après avoir retourné la terre, ils sont arrivés à découvrir trois angles. Cela suffisait pour calculer la dimension de la structure. " Nous en avons découvert une partie lors de nos précédentes fouilles. Maintenant, on connaît la dimension exacte. C'était un bâtiment rectangulaire de 18,8 mètres par 5,65 mètres. It's one of the major discovery for this year's expedition ", déclare Ranjith Jayasena, le team leader.

Les recherches ont été fructueuses également à d'autres niveaux. La dizaine d'archéologues ont déterré d'autres objets datant de l'ère hollandaise. La collection comprend, entre autres, des pièces de monnaie, des pipes, des morceaux de porcelaine et de verre, des boulets de canon, des morceaux de vase en terre cuite. Au cours de leurs fouilles, les chercheurs ont aussi découvert des ossements de rats. " Ils étaient bien visibles ", indique un membre de l'équipe.

Cette année, une Mauricienne passionnée par l'archéologie, Sushma Bachoo, qui détient un diplôme en histoire, de l'université de Maurice, a également participé aux fouilles, dont les résultats, dit-elle, représentent une mine d'informations pour les historiens et les chercheurs. " On peut confronter ces preuves archéologiques aux documents que l'on peut trouver aux Archives. Ces preuves archéologiques complètent aussi les travaux des historiens ", ajoute-t-elle.

Cette expérience auprès des archéologues étrangers, qui selon Sushma Bachoo représente " une étape importante dans la formation ", revêt également un cachet symbolique : le site du Vieux-Grand-Port, un héritage que les Mauriciens et les Hollandais ont en commun.

Le Mauricien 31 juillet 2004