Le sort de l'île aux Bénitiers évoqué dans Africa Geographic


Retour

"Mauritian isle under threat" : c'est le titre d'un article que consacre le magazine Africa Geographic, dans sa dernière édition de mai 2002, au litige entourant le développement d'un projet hôtelier sur l'île aux Bénitiers. Une affaire qui s'internationalise, dans le même temps qu'une pétition pour la préservation de l'îlot lancée à travers le Net.

"Mark Twain, in his Following the Equator, stated, "You gather the idea that Mauritius was made first and then heaven. And that heaven was copied after Mauritius." It appears, though, that the island, unquestionably once a tropical-rainforest paradise, is fast sinking under the weight of development. The latest assault comes in the form of a plan to develop l'île aux Bénitiers on the south-western coast of Mauritius. Conservationists maintain that the proposed project by Food & Allied Industries Limited will have "devastating repercussions on the environmental and sociological ecosystems of our island" and have launched an international appeal for the protection, conservation and restoration of the terrestrial and marine biodiversity of the island".

C'est là ce qu'on peut lire dans la dernière édition d'Africa Geographic, magazine "about a continent worth saving", qui publie des articles sur l'Afrique, ses richesses, sa faune, sa flore, les possibilités de voyages qu'elle offre. Précédemment, en 2000, deux de ses reporters, Valerie Howard et Peter Goodman, avaient consacré un reportage à Maurice sous le titre "Mauritius star and key of the Indian Ocean".

L'évocation du problème de l'île aux Bénitiers dans Africa Geographic intervient peu après le lancement d'une pétition, au niveau national et international, où individus et organisations sont appelés à envoyer des lettres au gouvernement mauricien faisant connaître leurs opinions, prises de position voire inquiétudes concernant le développement hôtelier envisagé sur l'île aux Bénitiers. Cette démarche est coordonnée par Tania Haberland-Von Schalkwyk, qui a produit, il y a deux mois, un rapport très fouillé et détaillé mettant en avant la nécessité de préserver l'île aux Bénitiers, en dehors de tout développement hôtelier.

Dans le même temps qu'elle s'internationalise, cette affaire semble toutefois faire l'objet, localement, d'une période de flou au niveau des opposants au projet hôtelier. D'abord regroupés au sein du Collectif pour la Défense de l'île aux Bénitiers, certains protagonistes, notamment certains pêcheurs et plaisanciers regroupés au sein de la SAPO (Solidarité Anti-Pollution Ouest), se seraient retrouvés sensiblement en porte à faux par rapport aux prises de position très fortes énoncées dans le document de Tania Haberland-Von Schalkwyk. Ce en raison du fait que certains des membres de cette organisation utilisent eux-mêmes l'île aux Bénitiers, d'une certaine façon, comme attraction touristique.

Le week end

5 mai 2002