Pour sauver la Vallée de Ferney Nature Watch lance une pétition internationale


Retour: Nouvelles Locales

Ordonnez que l'autoroute du sud-est emprunte un autre tracé, de façon à sauver la Vallée de Ferney, qui abrite une des dernières forêts indigènes de Maurice: c'est là l'essentiel de la requête adressée au Premier ministre mauricien à travers une pétition nationale et internationale lancée par l'association Nature Watch. Cette démarche se justifie par l'incertitude qui plane autour de ce dossier, alors que la site visit que devait effectuer le Premier ministre aujourd'hui a de nouveau été reportée, en raison du mauvais temps.

Maurice n'a plus que 1,6% de ses forêts originelles, et la Vallée de Ferney abrite une part importante de ce faible pourcentage. Des recherches subséquentes ont de surcroît permis de constater qu'outre des crécerelles, espèce menacée, la vallée recèle aussi des espèces végétales que l'on croyait totalement disparues. C'est partant de ce constat que l'association Nature Watch s'est constituée et mobilisée à la fin de l'année dernière, en prenant connaissance du projet d'aménagement d'une autoroute du sud-est dont le tracé traversait cette Vallée de Ferney.

Face à cette protestation, venue se greffer sur des rapports défavorables d'organismes comme la Mauritian Wildlife Foundation ou la section Herbarium du MSIRI, le Premier ministre devait annoncer, en décembre dernier, qu'un tracé alternatif avait été proposé par la Road Development Authority, qui permettait de passer à droite de la vallée, mais qui impliquerait des coûts supplémentaires estimés à près de Rs 100 millions, en raison notamment de la nécessité de construire un pont suspendu. Le PM devait ainsi annoncer qu'un consultant étranger serait sollicité pour se prononcer avec précision sur ces coûts additionnels, laissant entendre toutefois que la possibilité de revenir au tracé initial à travers la Vallée de Ferney n'était pas totalement écartée si ces coûts se révélaient trop élevés.

Parallèlement, le Premier ministre avait fait savoir son intention d'effectuer une site visit le 27 décembre dernier, mais cette visite fut renvoyée à la dernière minute en raison du mauvais temps. Reprogrammée pour aujourd'hui, cette visite ne pourra à nouveau avoir lieu, le Premier ministre ayant décidé hier que le mauvais temps qui a rendu impossible la site visit prévue à St Félix ne permettrait pas non plus de descendre sur le terrain aujourd'hui à Ferney.

Situation toujours incertaine

Face à cette situation incertaine, l'association Nature Watch, menée par Alvin Brigemohun, a décidé de maintenir la mobilisation, notamment à travers une pétition circulée tant au niveau national qu'international. Intitulée "Sauvez la Vallée de Ferney !", cette pétition, adressée au Premier ministre Paul Bérenger, fait ressortir l'opposition formelle des signataires à la construction de l'autoroute du sud-est à travers la Vallée de Ferney. "Vos experts environnementaux vous ont soumis ces dernières semaines non pas un mais deux rapports. Ils vous disent clairement que quel que soit le tracé adopté dans la vallée, les dégâts à long terme seront considérables. Ils vous demandent d'éviter la vallée. Nous, les signataires, nous vous demandons de les écouter", fait ressortir cette pétition. "Il existe d'autres routes qui passent ailleurs que dans la vallée et qui seraient moins chères à construire", insiste Nature Watch, qui avait déjà proposé un tracé alternatif en décembre dernier. "En tant que Premier ministre qui dit agir au nom de l'intérêt national, nous vous demandons d'utiliser ces routes pour sauver la vallée. Ces routes d'ailleurs ne nécessiteraient pas la construction d'un tunnel et d'un pont suspendu comme prévu dans la vallée: autant d'argent économisé qui vous aidera à modifier les plans".

Cette pétition poursuit en rappelant que "Maurice est le tout premier pays au monde à avoir signé la Convention des Nations Unies pour la Protection de la Biodiversité. En 2002, le gouvernement s'est engagé devant les Nations Unies à tout faire d'ici 2010 pour réduire la disparition des espèces d'arbres et d'animaux menacés. Il est hors de question que l'on puisse bafouer ces principes et aller saccager la vallée de Ferney. Ordonnez que cette autoroute se fasse ailleurs !", conclut la pétition.

Il est parfaitement possible à la fois de sauver entièrement la vallée et de réaliser le projet d'autoroute, sans pour autant débourser une fortune, insiste encore Nature Watch dans un communiqué officiel émis le 2 février dernier. Qui fait également ressortir que développement durable et protection de la biodiversité sont directement liés.

Avec le nouveau renvoi de la site visit premierministérielle, il faudra encore attendre pour être fixés sur l'avenir de la vallée de Ferney, et sur la tournure que prendra cette fameuse autoroute

Le Week End 6 fevrier 2005