Mécontentement à l'Est Abattage illégal d'arbres sur l'île aux cerfs


Retour: Local News

Plusieurs arbres ont été abattus, avant-hier, sur l'île-aux-Cerfs. Selon le président de la Maho Pleasure Craft Association de Trou-d'Eau-Douce, Prem Beerbul, cet abattage illégal d'arbres marquerait " le début des travaux du projet de golf de Sun International ". Cet abattage devait susciter la colère des pêcheurs de la localité, qui se sont regroupés sur l'île en vue de manifester leur mécontentement afin de faire cesser ce " crime contre l'environnement ". Dans une déclaration au Mauricien, Prem Beerbul et Jean-Claude Dardenne, autre opérateur de bateaux de plaisance, ont insisté sur le fait que le système de tarif unitaire, le one-way ticket, et le parcours de golf ne sont que des stratagèmes pour chasser les Mauriciens de l'île-aux-Cerfs. Sun International, pour sa part, dément catégoriquement que des travaux relatifs au parcours de golf ont démarré…

Les membres de l'association Maho Pleasure Craft de Trou-d'Eau-Douce voient dans l'abattage de ces arbres sur l'île-aux-Cerfs le commencement des travaux d'aménagement du terrain de golf de Sun International. " Des hommes ont débarqué sur l'île avec des sabres et d'autres outils, et ont abattu plusieurs arbres ", indique Prem Beerbul, président de cette association. Il considère que, sans la mobilisation immédiate des pêcheurs et des autres habitants de Trou d'eau douce, conscients du " danger ", l'île aurait été sérieusement endommagée.

" Heureusement, avec manifestation banne pêcheurs, zotte finne arrête coupe pieds, mais ène responsable finn dire qui zotte pou révini demain avec la police pou qui zotte faire zotte travail sans problèmes ", dit Jean-Claude Dardenne. Selon lui, l'île sera clôturée et les Mauriciens n'y auront plus accès. Une grande partie de l'île, dit-il, sera réservée dans la foulée aux touristes qui pratiquent le golf. M. Dardenne lance donc un appel à tous les protecteurs de l'environnement et aux forces vives du pays pour une mobilisation générale à la fin du mois. " Cette île appartient aux Mauriciens avant tout et nous n'allons pas accepter que l'on nous en interdise l'accès, même sur une partie seulement ", insiste-t-il, en faisant remarquer que l'abattage des arbres cause un grand tort à l'écologie et affecte l'écosystème marin de l'île. M. Dardenne est d'avis que des actions appropriées doivent être envisagées à très brève échéance. " Nous sommes pour l'environnement et nous réclamons l'aide de tous les défenseurs de l'environnement et des Mauriciens en général en vue de dénoncer ce désastre écologique qui se prépare… "

M. M Beerbul et Dardenne dénoncent la stratégie de la direction de Sun International qui, selon eux, mettrait tout en œuvre pour éloigner les Mauriciens de l'île-aux-Cerfs. Il fait allusion au système de tarif unitaire, le one-way ticket que proposent certains propriétaires de bateaux, qui sont soutenus par Sun International. " Couma enn Mauricien pou capave paie Rs 300 pou ène aller-retour depi Trou-d'Eau-Douce à l'île-aux-Cerfs qui Sun International ti proposé dans ène réunion. Mauricien pas pou capave paie sa prix-là et zotte pou bizin arrête alle lors l'île ".


Démenti formel de Sun International
La direction de Sun International qui gère l'île-aux-cerfs dément catégoriquement l'abattage d'arbres sur l'île et nie également le fait que les travaux pour l'aménagement du parcours de golf ont commencé. Cependant, la direction de Sun International fait ressortir que l'île-aux-Cerfs est étendue et peut être l'objet de braconnages.

Le Mauricien 6 septembre 2001