Protestation ce matin contre le dépotoir de Richefond


 Retour: Nouvelles Locales

Les habitants de Richefond, village situé à proximité de St-Julien, dans l'Est du pays, sont descendus dans la rue, tôt ce matin, pour réclamer la fermeture immédiate du dépotoir de la localité. De grosses pierres ont été placées sur la voie d'accès au dépotoir, bloquant le passage, ce matin, à une file d'une vingtaine de camions de transport d'ordures appartenant aux collectivités locales. Exaspérés par "une situation qui n'a que trop duré", les habitants de la région se plaignent d'être incommodés, jour et nuit, par la pollution causée par la proximité du dépotoir: odeur nauséabonde, fumée, prolifération des mouches…

"Mo montré ou qui quantité mouches ena dans mo la caze. Enn manzé mo pas capav cuit", déclare Gérard Edouard, habitant de Richefond, à l'adresse d'un technicien du ministère de l'Environnement, dépêché sur place. "Extra pollution! Nou gagne honté pou invite compagné pou vinn à kot si tant ena mouches, mauvais l'odeur… Bann maladies asthmatiques pé lévé", se plaint la présidente de l'Association féminine de Richefond, Sunita Aklu. Des propos qui traduisent le sentiment de ras-le-bol des habitants. Ils dénoncent le laxisme des autorités concernées et le manque de considération à leur égard.

Au nombre d'une cinquantaine, hommes et femmes sont descendus dans la rue pour bloquer la route aux camions à ordures qui se dirigeaient, ce matin, vers le dépotoir de la localité."Enn ti grillade dans l'île aux Cerfs finn arrêté, ici la fumée pé touye dimounes, zot pas pé faire narien", déplore Suresh Venkatasamy, autre habitant de la localité. "Depi 6heures, nou lors la route, nou pé prié pou qui ministre de l'Environnement, Rajesh Bhagwan desçann guette nou", insiste Danesh Beersee. Ils déplorent que des ordures venant de diverses régions de l'île sont convergés à ce site. "La situation devient invivable. La santé de nos enfants est hypothéquée. Nous sommes contraints à utiliser des moustiquaires tant en été qu'en hiver", déclare Claude Mooken. De plus, après les récentes pluies, les habitants notent que les eaux en provenance du dépotoir se sont infiltrées dans la rivière de Richefond.

Selon nos renseignements dans les milieux de l'Environnement, le dépotoir de Richefond est le dernier d'un groupe de 21 dépotoirs qui sont appelés à disparaître. On fait remarquer que les appels d'offres pour la mise en place d'une nouvelle station de transfert se terminent le 18 janvier prochain et que d'ici quelques mois, ils auront un nouveau site pour le transfert des ordures.

Mais les habitants de Richefond ne l'entendent pas de cette oreille."Plusieurs réunions nou finn gagné dans biro CAB, avec ministère de l'Environnement ek District Council. Ministère l'Environnement ti donne parole pou ferme ça dépotoir là le 31 décembre 2001. Azordi, nou finn arrive le 8 janvier 2002, narien pas encore faire. Situation pé pli aggravé", constate Suresh Venkatasamy. Selon lui, le service de voirie dans le village est inadéquat; des orddures s'entassent dans tous les coins de rue. De plus, les habitants jugent inconcevable qu'un déportoir opère dans leur quartier. Une manière, soulignent-ils d' "adding insult to injury."

Interrogé, le ministre de l'Environnement, Rajesh Bhagwan, dit avoir dépêché l'unité technique de son ministère sur place. Il rappelle que la gestion des dépotoirs et autres stations de transfert concerne les Administrations Régionales.

A noter que c'est la deuxième fois que les habitants manifestent contre ce dépotoir.

A noter que c'est la deuxième fois que les habitants manifestent contre ce dépotoir, la première protestation ayant eu lieu en mars de l'année dernière.

 

Lesjongard: "Les ordures seront dirigées vers d'autres stations de transfert"

Sollicité pour des expliquations sur la situation qui prévaut à Richefond, le ministre des Administrations régionales, Joe Lesjongard, dans une déclaration au Mauricien, à 13h30, aujourd'hui, affirme que les camions de transport d'ordures seront désormais dirigés vers les autres stations de transfert. Une réunion d'urgence sera convoquée dans l'après-midi d'aujourd'hui, dans ce sens.

En attendant, il fait remarquer que les camions qui étaient bloqués par des habitants depuis ce matin, ont pu les déverser les ordures au dépotoir de Richefond.

Le Mauricien

8 Janvier 2002