Le capital écologique des Chagos


Retour: Diego Garcia / Nouvelles Locales

Les Chagos sont le plus grand archipel du monde. On pouvait imaginer sans peine son capital écologique. C'est une réalité aujourd'hui, après l'exposé du conseiller scientifique de la Mauritius Marine Conservation Society (MMCS), M. Philippe la Hausse de Lalouvière, qui s'est tenu le 4 décembre dernier. D'après des données scientifiques, l'archipel des Chagos constitue l'un des plus importants environnements marins du monde et est le lien, dans l'océan Indien, de la vie sous-marine entre les continents africain et australasian. Le plus large atoll du monde fait partie de l'archipel, c'est le Great Chagos et, avec ses quatre autres atolls (Peros Banhos, Salomon, Egmont et Diego Garcia), il y a de 55 à 67 îles qui datent seulement de 2 000 à 5 000 années. Il y en a qui ont disparu - dont une au 18e siècle - et d'autres qui ont émergé plus récemment, comme le Coin de Mire de Peros Banhos.

Si les Etats-Unis n'exploitent des Chagos que son capital militaire, ses alliés britanniques, eux, ont poussé plus loin et y ont récemment monté une expédition scientifique pour évaluer ses richesses écologiques. Car l'archipel est un site exceptionnel de biodiversité, où la mer autour des récifs est l'une des plus claires et dont le système récifal est un véritable trésor. La MMCS croit fermement que Maurice regagnera sa souveraineté sur les Chagos. Dans ce cadre, elle a lancé un appel pour que toute gestion future de l'archipel prenne en compte l'environnement exceptionnel de ces îles. Philippe la Hausse de Lalouvière de la MMCS a demandé au gouvernement de s'y préparer et surtout de prévoir d'établir sur l'archipel une Scientific Research Base. Une station qui pourrait être installée avec l'aide des pays de l'Indian Ocean Rim. Il rappelle que l'habitation de ces îles à nouveau devrait se faire de concert avec un Environmental Management Plan.

Plus de 550 000 oiseaux de mer de 17 espèces différentes, dont 167 000 sont des femelles en ponte sur les îles, constituent l'une de ces richesses, mais menacées. Car, des rats apportés là par des hommes font des ravages impunément… 43% des œufs retrouvés avaient été attaqués par des rats. Une flore intéressante; des papillons endémiques; des grands crabes; 220 espèces de coraux et 10 000 kilomètres de récifs qui se révèlent être l'un des écosystèmes les plus préservés; 784 espèces de poissons; des tortues dont les nids sur les îles sont en danger : autant de richesses qui interpellent la MMCS. Cette ONG demande au gouvernement de continuer sa lutte pour retrouver sa souveraineté sur les Chagos, de reconnaître la beauté naturelle et son capital écologique à travers un Environmental Management Plan, de déclarer certains des îlots réserves protégées et de contribuer à la mise en place d'un International Scientific Research Base à Chagos. Un courrier dans ce sens a été envoyé le 6 décembre au Premier ministre et au ministre de l'Environnement. Pour rappel, c'est depuis 1996 que la MMCS demande que les Chagos soient décrétés World Natural Heritage… Un combat sur un autre front pour Diego, mais avec le même objectif : retrouver l'intégrité tant territoriale qu'écologique…

9 decembre 2001 Le Week End