Sur l'Ile des Deux Cocos à Blue Bay Le projet "Follies" toujours d'actualité…


Retour: Nouvelles Locales / Blue Bay

Suite au refus du permis EIA au projet "Follies", le groupe Naïade avait fait appel et le cas est toujours traité devant le Tribunal présidé par Me Gérard Angoh. Deux ans après, l'affaire avait été appelée en pro forma le 4 février 2003 et sera prise sur le fond le 16 avril 2003 devant audience publique. Ce qui révèle que le groupe Naïade n'a pas lâché prise dans sa volonté d'aller de l'avant avec son projet de construire un hôtel sur l'Ile des Deux Cocos. Par ailleurs, les différents "lanes" à utilisations spécifiques et pour la protection du parc marin de Blue Bay ont été décrits par le biais de communiqués publiés dans la presse cette semaine par le ministère de la Pêche.

Pour rappel, le permis EIA n'avait pas été octroyé par le comité de tutelle du ministère de l'Environnement en avril 2001 au projet Follies du groupe Naïade. Depuis, les données ont changé : il y a eu comme un "deal", comme cela se disait dans les rangs du gouvernement, comme quoi le groupe Naïade pourrait construire son hôtel dans le nouveau village balnéaire de Bel Ombre en abandonnant son projet si controversé sur l'Ile des Deux Cocos. Du coup, la "Folly" (maison existante d'architecture extravagante construite par le propriétaire de l'époque) qui était en piteux état sur l'îlot a été luxueusement restaurée dans le style mauresque pour en faire une halte touristique haut de gamme. Toutefois, M. Patrice Hardy nous précise qu'il s'agit en fait d'une remise en état d'un bâtiment historique qui appartient à sa société et que le groupe Naïade est "une entreprise citoyenne" qui a remis de l'ordre sur un site de plus en plus saccagé. Y a-t-il eu un permis spécifique pour cette nouvelle utilisation de l'Ile des Deux Cocos avec la maison rénovée ? Tout laisse croire que c'est le permis de développement datant du 6 décembre 1991 et octroyé par le Conseil de District de Grand Port/Savanne qui est en vigueur pour la villa de luxe. Mais ce fameux permis avait été obtenu pour la construction d'un hôtel se composant de 12 bâtiments constitués de 75 chambres, d'une piscine, d'un Club House, d'un bâtiment pour le personnel, d'un restaurant et d'une aire d'accueil selon le projet présenté en mars 1990 par la compagnie Blue Bay Tokey Island Ltd pour un développement touristique. Ce qui est bien différent de la "Folly" actuelle… Sinon, s'il s'agit d'une simple rénovation d'une maison en bord de mer comme l'explique M. Patrice Hardy, il y a quand même quelques procédures à suivre : en effet, il faut une autorisation du ministère du Logement et des Terres et un permis du Conseil de District avant de procéder à des travaux sur un bâtiment existant sur le littoral, de surcroît quand c'est sur un îlot.

Le projet "Follies" est donc toujours d'actualité, après sept ans de procédures à partir de la seconde moulure présentée en 1996 par le groupe Naïade (qui racheta entretemps la Blue Bay Tokey Island Ltd via la société Quatre Cocos Investment) dans le cadre d'une demande de permis EIA. Ce second projet faisait état de la construction sur l'Ile des Deux Cocos d'un hôtel de 120 chambres, d'une salle de conférences, d'une piscine et d'autres aménités. Le permis EIA fut refusé et le groupe Naïade fit appel contre cette décision du Comité EIA devant le Environmental Appeal Tribunal. Cette procédure d'appel fut prise de court par le State Law Office en 1998 qui statua que le groupe Naïade n'a nul besoin d'un permis EIA pour construire son hôtel selon le plan de 1991 puisque la loi sur la protection de l'environnement rendant obligatoire un Environnemental Impact Assessment n'a été promulguée qu'en 1993 sans effet rétroactif. L'appel logé devant le tribunal devenait alors caduc.

En septembre 2000, il y eut les élections générales et changement de gouvernement. Le nouveau ministre de l'Environnement, M. Rajesh Bhagwan dit haut et fort son sentiment à propos du projet Ile des Deux Cocos : "Je préfère un parc marin de cinq étoiles à un hôtel de dix étoiles !" Voilà qui est dit et confirmé, dans la partie juridique de l'affaire, par le State Law Office qui soumit un avis contraire au précédent : le projet "Follies" doit être traité selon la procédure du Environmental Impact Assessment (EIA). Re-belote donc pour le groupe Naïade qui présenta en novembre 2000 une demande de permis EIA pour son projet Follies. Le permis EIA fut refusé en avril 2001 et le groupe Naïade décida de faire appel. Ce qui sera entendu le 16 avril prochain.

Pas de permis EIA, un autre produit plus modeste, la "Folly" en opération plus un autre projet hôtelier à Bel Ombre : tout laissa donc croire que le groupe Naïade avait réellement plié bagage concernant son projet Follies. Eh bien non, puisque ses arguments seront présentés par ses hommes de loi, Mes Désiré Basset et Nanraj Patten, devant le Tribunal d'Appel. Et s'ils ont gain de cause, il n'y a aucune raison pour que la construction de l'hôtel "Follies" ne démarre sur l'Ile des Deux Cocos…

Le Week End 9 Fevrier 2003